Législatives : à qui va profiter la bagarre politique autour du pouvoir d'achat ?

écouter (3min)

Qui parviendra à s'emparer de l'inquiétude principale des Français ? Le pouvoir d'achat, véritable thème imposé dans la campagne des législatives, est complexe à manier pour certains grands partis. Le "Brief politique" avec Victoria Koussa.

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, lors d'un déplacement à Marseille, le 5 mai 2022. (STEPHANE FERRER / HANS LUCAS)

Au sein de la majorité comme de l'opposition, un thème s'impose dans cette campagne éclair des législatives : le pouvoir d'achat. "Il n'y a pas un foyer qui n'en parle pas", assure un député de la majorité en pleine campagne de porte-à-porte : que ce soit des factures, du ticket de caisse au supermarché, à la pompe... Autant de grain à moudre pour Jean-Luc Mélenchon, qui veut être celui qui en parle le plus, qui veut protéger les français d'une inflation galopante. 

Une conférence de presse de la Nupes entièrement dédiée au pouvoir d'achat s'est d'ailleurs tenue mercredi 25 mai. Et le leader insoumis et ses alliés déroulent : blocage des prix ou encore augmentation du Smic à 1500 euros net par mois, dès le premier jour s'ils obtiennent la majorité. Pas de mesure nouvelle, mais faire campagne, c'est l'art de la répétition, assure-t-on.

"Ca n'imprime pas"

De son côté, la majorité, elle, est plus effacée sur le sujet. En tout cas, "ça n'imprime pas", déplorent des Marcheurs. Le projet de loi, qui sera présenté après les législatives pour maintenir notamment le bouclier tarifaire sur l'énergie, "est inaudible" dans la campagne déplore un conseiller : "personne n'a conscience que le premier acte du quinquennat sera pour le pouvoir d'achat."

La faute, d'après lui, à l'absence d'un chef à la tête du parti pour gérer la communication, Stanislas Guerini ayant rejoint le gouvernement. "Le président doit s'en emparer", plaide ce même conseiller, qui espère de grandes annonces "dans la dernière ligne droite" de la campagne.

Où est la droite ?

Et la droite arrive-t-elle à s'aligner ? Au niveau national, on l'entend peu sur le sujet. C'est pourtant ce qui arrive en tête du programme des LR aux législatives sur leur site, dont une baisse des taxes sur les carburants au Rassemblement national. 

Certains s'inquiètent en voyant Jean-Luc Mélenchon occuper l'espace sur ce thème : il faut des ajustements programmatiques, assurent des proches de Marine Le Pen, qui n'a pas donné suite. Celle qui se présentait pourtant comme la candidate du pouvoir d'achat à la présidentielle est bien plus discrète pendant cette campagne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.