Édito
Affaire Depardieu : une controverse qu'Emmanuel Macron a lui-même initiée

Depuis le soutien affiché par le président de la République à Gérard Depardieu dans l'émission "C à vous", la polémique ne cesse de prendre de l'ampleur. Ce climat va peser sur le passage à la nouvelle année alors qu'Emmanuel Macron va présenter ses vœux dimanche.
Article rédigé par Jean-François Achilli
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le président Emmanuel Macron accueillet le Premier ministre slovène Robert Golob,  à l'Elysée à Paris le 13 décembre 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Emmanuel Macron, qui va présenter ses vœux du Nouvel An dimanche 31 décembre dans la soirée, prépare une initiative en janvier. Avec en toile de fond, une affaire Depardieu qui aura occupé tout l’espace. Le président de la République a donné rendez-vous avec la nation début janvier et le pays aura vécu huit jours au moins d’une controverse qu'Emmanuel Macron a lui-même initiée.

Tout est parti de l’interview présidentielle dans "C à Vous" mercredi 20 décembre sur France 5. La loi sur l’immigration, votée dans la douleur, soutenue par les Français, objet de division au sein de la majorité, a soudain été supplantée par le cas Gérard Depardieu. La question a été de savoir si Emmanuel Macron n’est pas allé trop loin dans la défense de celui qu’il a qualifié "d’immense acteur, victime d’une chasse à l’homme." Pas un mot pour les victimes supposées. Alors que les violences faites aux femmes ont été érigées grande cause du quinquennat en 2017.

Le président aurait voulu allumer un contrefeu à la loi immigration qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Le journal Le Monde, qui a fait état de doutes de Brigitte son épouse, y a vu une opportunité pour le chef de l’État de s’adresser à un électorat plus âgé et hermétique aux thèses wokistes. 

Difficile d’échapper à la déferlante Depardieu

Tout, depuis le départ, est excessif dans cette controverse. Tout ! Et d’abord, parce que c’est l’élément déclenchant, les paroles et les attitudes sexistes de Gérard Depardieu, diffusées deux semaines auparavant dans "Complément d’enquête" sur France 2. Excessif, lui aussi, le débat qui fait rage depuis, entre ceux qui veulent effacer l’ogre des écrans, de la mémoire collective. Et s’assoient allègrement au passage sur la présomption d’innocence... et ceux qui prennent sa défense mordicus. S’en est suivi une bataille de tribunes, celle d’une cinquantaine d’artistes dans Le Figaro pour dire "N’effacez pas Gérard Depardieu", versus celle de MeTooMedias dans Le Monde pour critiquer la position d’Emmanuel Macron. Dans cette histoire, qui occupe une place exorbitante dans l’espace médiatique, vous êtes pour ou vous êtes contre ! Il n’y a rien au milieu, aucune place pour la nuance.

Ce climat va peser sur le passage à la nouvelle année. Difficile d’échapper à la déferlante Depardieu. Elle raconte notre incapacité à débattre sereinement, à appréhender les enjeux de société à leur juste valeur. Dans cet affrontement, se retrouvent face-à-face : les hommes contre les femmes, les anciens contre les modernes, la majorité silencieuse contre les wokes.

Une semaine avec Gégé et la France s’est enflammée. Début décembre, Emmanuel Macron a parlé d’envoyer un message d’unité aux Français ... Bonne idée ! Il est temps que ce pays apprenne à se reparler. Il n’est jamais trop tard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.