Jardin, France info

Jardin. Comment bien pailler le pied des rosiers

Nos conseils pour bien choisir votre paillis et installer la bonne épaisseur.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Pour pailler, utiliser du paillis de branchages. Évitez les gros copeaux.
Pour pailler, utiliser du paillis de branchages. Évitez les gros copeaux. (ISABELLE MORAND / JL LEBRUN / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Pailler, couvrir le sol, ne jamais le laisser à nu : c’est un bon geste dont vous avez peut-être pris l’habitude au jardin ou en cultivant vos plantes en pot.

Le paillage n’a que des avantages : il empêche la pousse des adventices, celles qu’on appelle encore les mauvaises herbes ; il garde de la fraîcheur au sol et limite donc les arrosages. Il nourrit le sol en se décomposant. 

Les bons paillis

Mais du paillage, point trop n’en faut ! Notamment au pied des rosiers tout juste plantés ou même installés depuis longtemps chez vous. 

Quel type de paillis utiliser pour les rosiers ? Les conseils de Jean-Lin Lebrun, producteur et créateur de roses dans le Pas-de-Calais : "Sur 1 ou 2 cm, il faut pailler avec du broyage de branches, du gazon séché. Si vous avez des roseaux de Chine (Miscanthus) dans votre jardin, faites-en du paillis  en le coupant en petits morceaux avec un sécateur.

Dans le commerce, vous trouverez de la paillette de chanvre. C'est un matériau très intéressant. Quand il est humide, il forme un matelas insensible au vent. Le paillis de cacao est lui aussi intéressant, car il se dégrade vite en une année, et il nourrit le sol."

Les paillis bannis

Ce qu’il faut absolument bannir au pied des rosiers, ce sont les écorces de pin. Elles acidifient le sol et le rosier n’en a pas besoin. Oubliez aussi le paillis de copeaux de bois car ces copeaux contiennent trop de tanins et ils mettent longtemps à se décomposer. Pour se décomposer, ces copeaux vont aller puiser de l’azote dans le sol. Or l’azote, le rosier en a besoin pour bien se développer... 

La bonne épaisseur 

L’efficacité d’un paillage au pied du rosier est également lié à son épaisseur. Une couche de 2 à 3 cm suffit amplement. Si vous en mettez plus, vous risquez tout simplement de faire mourir votre sol en quelques années. 

Jean-Lin Lebrun a pu le constater : "Si vous installez 5 cm de paillage, c’est trop. Avec une telle épaisseur, la flore microbienne au ras du sol se retrouve piégée". La lumière, le pH, l’humidité sont modifiés. La matière organique ne se décomposera pas car elle manquera d’oxygène.

Quand le paillage est trop épais, il existe un risque d’asphyxie, de compactage des argiles et le sol peut en mourir. Le processus se fait sur 4, 5 ou 10 ans. Mais à la fin, le sol est mort."

Jean-Lin Lebrun (Pépinière Mela Rosa). 
Jean-Lin Lebrun (Pépinière Mela Rosa).  (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

En résumé…

Le paillage au pied des rosiers, c’est nécessaire, mais il ne faut surtout pas en abuser. Privilégiez toujours un paillis à décomposition rapide, y compris les tontes de gazon séchées car elles contiennent de l’azote très précieux pour le rosier. 

Merci à Jean-Lin Lebrun dont la pépinière Mela Rosa est installée à Grigny, dans le Pas-de-Calais. Il est le créateur de nombreux rosiers résistant bien aux maladies comme 'Chapi-Chapo', 'Louise Dupin', 'Les Yeux d'Elsa', 'Peace and Love'.

Lire aussi : Roseaux de Chine, faites en du paillis, par Isabelle Morand

Pour pailler, utiliser du paillis de branchages. Évitez les gros copeaux.
Pour pailler, utiliser du paillis de branchages. Évitez les gros copeaux. (ISABELLE MORAND / JL LEBRUN / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)