franceinfo junior , France info

franceinfo junior. C'est quoi la réforme du bac ?

Alors qu'un appel à la grève est lancée dans les établissements scolaires ce jeudi, Alexis Morel, journaliste éducation à franceinfo, explique ce qu'est la réforme du bac à des collégiens. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Manifestation d\'enseignants contre la réforme du bac, le 24 janvier 2019 à Toulouse.
Manifestation d'enseignants contre la réforme du bac, le 24 janvier 2019 à Toulouse. (THIERRY BORDAS / MAXPPP)

Journée de mobilisation pour les élèves, les enseignants et les personnels de l'éducation ce jeudi 24 janvier. Entre autres motifs, ils se mobilisent pour le retrait de la réforme des lycées et de Parcoursup, l’abandon du projet de service national universel, l’arrêt des suppressions de postes et l’augmentation des salaires... L'un des principaux griefs concerne aussi la réforme du bac, lancée par le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. Mais c'est quoi cette nouvelle version du bac ? Pourquoi certains s'y opposent ? Au micro de franceinfo junior, Alexis Morel, journaliste éducation à franceinfo, répond aux questions d'élèves de sixième.

"Pourquoi il y a eu la réforme du bac ?" commence Ilyas. Le journaliste de franceinfo lui explique qu'il y a plusieurs raisons et que "cela dépend qui on écoute : si on écoute le ministère, le bac ne prépare pas assez efficacement aux études supérieures, à ce qui se passe après le bac". Il y aurait trop "d'épreuves finales au mois de juin qui ne représentent pas forcément le vrai niveau des élèves et qui sont très lourdes, très compliquées à organiser".
Néanmoins, pour les opposants à cette réforme, notamment les syndicats d'enseignants, cette réforme du bac "vise à faire des économies parce que le bac coûte cher à organiser et ça permet au ministre de supprimer des postes, de baisser le nombre de professeurs". Environ 2 600 postes vont être supprimés à la rentrée au collège et au lycée, précise le journaliste éducation. 

La fin des filières S, ES,L...

Maxime se demande alors si les règles du bac vont changer. Il y a "de gros changements", répond Alexis Morel, avant d'en détailler les principaux dont "la fin des filières". A partir de la classe de première, on devait choisir entre la filière S, ES ou L pour un bac général par exemple mais "ça ne va plus exister du tout. C'est remplacé par des spécialités, il y en aura en moyenne sept ou huit par lycée. Les lycéens devront en choisir trois en classe de première", par exemple mathématiques, physique chimie, langues étrangères, sciences économiques,...

Ensuite, autre changement notable : "Il y a aura beaucoup moins d'épreuves finales au mois de juin : il n'y en aura plus que quatre, explique Alexis Morel. Toutes les autres matières seront évaluées avec le contrôle continu, tout au long de l'année." Les premiers à passer ce nouveau bac sont les élèves actuellement en seconde, ils doivent d'ailleurs choisir prochainement leurs spécialités. De nouvelles modalités qui inquiètent les élèves car "toutes les spécialités ne seront pas présentes dans tous les lycées, ils estiment que c'est inégal, que cette réforme n'est pas équitable". Ils sont aussi inquiétés "par le contrôle continu" avec la peur que tous les élèves ne soient pas évalués de la même manière, continue le journaliste.

► Est-ce que ça va changer leur charge de travail ? Quel bac est le préféré des élèves ? Au micro de franceinfo junior, Alexis Morel décrypte le sujet en répondant aux questions d'élèves du collège de la Villeneuve à Saint-André-les-Vergers (Aube).

franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d\'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com.
franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Cette semaine sur franceinfo junior

► En démocratie, à quoi ça sert de débattre ?

► Comment sont fabriqués les billets de banque ?

Manifestation d\'enseignants contre la réforme du bac, le 24 janvier 2019 à Toulouse.
Manifestation d'enseignants contre la réforme du bac, le 24 janvier 2019 à Toulouse. (THIERRY BORDAS / MAXPPP)