Pouvoir d'achat, coût du transport maritime, pénurie de matières premières... Le "8h30 franceinfo" de Michel-Édouard Leclerc

écouter (7min)

Le président des centres E. Leclerc était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 21 septembre 2021.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Michel-Édouard Leclerc, président des centres E. Leclerc, était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 21 septembre 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Michel-Édouard Leclerc, président des centres E. Leclerc, était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 21 septembre 2021. Pouvoir d'achat, coût du transport maritime, pénurie de matières premières... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia. 

Pouvoir d'achat : "Les carburants vont augmenter"

"Il ne faut pas se faire d'illusions, les carburants vont augmenter et, en plus, avec une sacrée hypocrisie de la part de tout le monde", déclare Michel-Edouard Leclerc. Selon lui, "le politique laisse faire". "Tout le monde a dit, même ceux qui ne sont pas écologistes, que les carburants d'origine fossile doivent augmenter, pour dissuader les émissions de carbone", poursuit-il.

"Là, c'est la triple peine, insiste-t-il. Vous payez le gaz 9% [en septembre] plus cher, vous payez l'électricité plus chère et vous payez le carburant beaucoup plus cher". "Même pour les bonnes pratiques écologiques, il faut faire avec le tempo du pouvoir d'achat des gens", affirme le président des centres E. Leclerc. 

Pour "une commission d'enquête" sur le coût du transport maritime

Michel-Édouard Leclerc "propose aux parlementaires de créer une commission d'enquête" ou "une mission d'information" sur l'augmentation du coût du transport maritime. Cela permettrait selon lui "de faire le tri, dans toutes ces augmentations qu'on nous annonce, entre l'ivraie et le bon grain". "Il serait quand même bête, alors que l'État a mis beaucoup d'argent sur les sociétés françaises pour les aider à passer la crise du Covid-19, qu'en plus il y ait des opérateurs privés, financiers qui se servent", affirme-t-il.

Pénurie de matières premières : "Il y aura des jouets à Noël"

"Il y aura des jouets à Noël", assure Michel-Édouard Leclerc. Il fait cette promesse alors que certains composants, notamment électroniques, nécessaires à la fabrication de ces jouets manquent et que le prix de ces articles connaît une envolée en raison des augmentations des coûts de transport.

"Il y a une sorte de chantage qui est organisé", dénonce le président des centres E. Leclerc. "Comme il y a une tendance à la hausse et que tout le monde est un peu pris de court, il y a des tas de gens qui te disent 'j'en ai pas [des jouets], mais si tu mets plus cher, j'en aurai'", explique-t-il, faisant le parallèle avec "les masques pendant la période de crise".

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mardi 21 septembre 2021 :

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 8h30 franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.