"Complément d'enquête". Emmaüs : "Rendez-nous l’abbé Pierre !"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 75 min
Complément d'enquête
Article rédigé par France 2
France Télévisions
La direction de l'association est accusée de maltraitance par une partie des "compagnons" qu’elle a sortis de la misère, et certains responsables sont pointés du doigt : détournement de fonds, conditions de travail dangereuses, logements insalubres ou harcèlement... "Complément d’enquête" sur la face cachée d’Emmaüs.

C’est peu de dire que le choc est rude pour la direction d’Emmaüs ! Elle fait partie des associations préférées des Français et pourtant, elle se voit accusée de maltraitance par une partie de ses "compagnons", qu’elle a sortis de la misère.

"Emmaüs y’en a marre, l’esclavage c’est fini !" : ce violent slogan est même venu troubler les célébrations des 70 ans de l'appel de l’abbé Pierre. A la manœuvre, une cinquantaine de compagnons du Nord qui dénoncent, depuis l’été 2023, les conditions de vie dans leur communauté.

122 communautés Emmaüs en France

Emmaüs, c’est d’abord la folle histoire de l’abbé Pierre, héros de la Résistance devenu député, rendu célèbre par son appel de l’hiver 1954. Le prêtre, décédé en 2007, a inventé un modèle de solidarité pour les plus démunis. Il a aidé plusieurs générations de sans-logis à sortir de la rue grâce au fruit de leur travail.

Aujourd’hui, ce sont notamment 122 communautés réparties dans tout le pays, qui hébergent "sans condition" des centaines de familles, dont 70% d’étrangers sans papiers. En échange du gîte, du couvert et d’un modeste pécule, ces "compagnons" réparent et vendent vieux vélos, meubles ou vêtements d’occasion, en tout 328 tonnes d’objets donnés par les Français l’an dernier.

Un statut juridique particulier

Mais le mouvement Emmaüs connaît aussi sa part d’ombre. Avec leur tradition d’autogestion et leur statut juridique très particulier, certaines communautés dépasseraient allègrement les bornes. Et plusieurs responsables sont pointés du doigt : détournement de fonds, conditions de travail dangereuses, logements insalubres ou harcèlement, les accusations se multiplient et une partie des "compagnons" se révoltent.

Comment ce si beau mouvement, admiré dans le monde entier, en est arrivé là ? "Complément d’enquête" sur la face cachée d’Emmaüs.

Une enquête de Rébecca Khananié, Mathias Denizo et Vincent Gobert / CAT et CIE.

Dans les fauteuils rouges : Tarek Daher, délégué général d’Emmaüs France.

La rédaction de "Complément d'enquête" vous invite à commenter l'émission sur Facebook ou sur X avec le hashtag #ComplementDenquete.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Parmi nos sources

- Emmaüs et l'abbé Pierre, d'Axelle Brodiez-Dolino (éd. Presses de Sciences Po, 2009).

- Le site internet d'Emmaüs France.

- L'article de loi sur le statut des personnes accueillies dans les OACAS.

- Les avis du CNLE (Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale) sur le renouvellement de l'agrément OACAS.

- "L'exception Emmaüs", article extrait de la revue du Gisti, "Pein Droit" n° 126, octobre 2020.

- Les discussions à l'Assemblée nationale autour du décret dit "Emmaüs".

- La thèse de Joël Ambroisine sur les communautés Emmaüs (université Paris III Sorbonne-Nouvelle, 2017).

- L’enquête du Monde sur la grève au sein des communautés Emmaüs du Nord (9 novembre 2023).

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.