Cet article date de plus d'un an.

"Complément d'enquête". Sandrine Rousseau, en vert et contre tous !

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 75 min
Ce replay n'est plus disponible.
Article rédigé par France 2
France Télévisions
Féministe convaincue, verte radicale, adepte du parler cash, Sandrine Rousseau s’est imposée dans le paysage politique et médiatique à coup de petites phrases explosives et de polémiques enflammant les débats. "Complément d'enquête" sur le parcours d'une femme qui a fait de la provocation sa marque de fabrique.

L’image est étonnante : Sandrine Rousseau, économe à la main, pèle un kilo de pommes de terre tout en résumant l’intrigue de son premier livre, un polar : "C’est un homme qui est retrouvé mort et une partie du torse arraché, enfin… épluché, et cet homme est entouré de femmes dans sa vie, et donc il faut savoir qui a eu cette idée saugrenue de l’éplucher." Nous sommes en 2007, c’est sa toute première apparition à la télévision, une archive savoureuse à l’aune de la femme politique qu’elle deviendra des années plus tard.

Féministe convaincue, verte radicale, adepte du parler cash, Sandrine Rousseau s’est imposée dans le paysage politique et médiatique à coup de petites phrases explosives et de polémiques qui enflamment le débat. Le barbecue ? "Un symbole de virilité". Julien Bayou ? Coupable, selon elle, de "comportements de nature à briser la santé morale des femmes". Le travail ? "Une valeur de droite" pour celle qui revendique "un droit à la paresse"

Entre passion et ambition

Sandrine Rousseau a fait de la provocation sa marque de fabrique, assumée, quitte à agacer et s’attirer les foudres de ses détracteurs sur les réseaux sociaux. Porte-voix avant l’heure des victimes de violences sexuelles et sexistes, elle est adorée par les uns et détestée par les autres. Tellement clivante qu’au sein même de son propre parti, rares sont ceux qui ont envie de parler d’elle dans le cadre d’un portrait.

Pourquoi une telle culture du clash ? Sandrine Rousseau est-elle une ambitieuse prête à écarter ses adversaires politiques pour parvenir à ses fins ? Une éco-féministe passionnée qui va jusqu’au bout pour imposer ses convictions ? "Complément d'enquête" sur le parcours de celle qui électrise depuis des mois le débat public.

Une enquête de Rola Tarsissi, Sébastien Lafargue, Marielle Krouk et Vincent Buchy.

Dans les fauteuils rouges : Sandrine Rousseau, députée de Paris (EELV).

La rédaction de "Complément d'enquête" vous invite à commenter l'émission sur Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #ComplementDenquete.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Parmi nos sources

Diverses études réalisées sous la direction de François Kraus pour l'institut IFOP :

- Sur "l'homme déconstruit" : conclusions du rapport de l'observatoire Wyylde de la déconstruction, rapport complet "Un homme construit ou déconstruit ? Ce que veulent les femmes, ce que sont les hommes" (février 2022).

- Sur le droit à la paresse : conclusions d'une "Enquête sur l’implication professionnelle des Français et leur perception de la valeur travail" (octobre 2022), rapport complet.

- Sur la création d’un délit de non-partage des tâches ménagères : conclusions de l'enquête "Les Français et la question du délit de non-partage des tâches domestiques" (avril 2022), rapport complet.

- Sur le rapport entre genre et consommation de viande : conclusions de l'"Enquête sur les rapports au genre et à la politique des amateurs de viande" (septembre 2022), rapport complet.

- Le site internet de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

- Les ouvrages : Parler, de Sandrine Rousseau (éd. Flammarion), Par-delà l’androcène, d'Adelaïde Bon, Sandrine Roudaut, Sandrine Rousseau (éd. Le Seuil), Françoise d’Eaubonne et l’écoféminisme, de Carole Goldblum (éd. Le Passager clandestin).

- L'Observatoire citoyen de l’activité parlementaire.

- Le site internet de Sciences Po Lille.

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.