Violence après la mort de Nahel : un homme est-il décédé après un tir de flash-ball ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
À Marseille, dans la nuit du 1er au 2 juillet, Mohammed Bendriss est décédé, victime d’un projectile. Selon le parquet de Marseille, il pourrait s’agir d’un tir de flash-ball. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de sa mort.
Violence après la mort de Nahel : un homme est-il décédé après un tir de flash-ball ? À Marseille, dans la nuit du 1er au 2 juillet, Mohammed Bendriss est décédé, victime d’un projectile. Selon le parquet de Marseille, il pourrait s’agir d’un tir de flash-ball. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de sa mort. (France 3)
Article rédigé par France 3 - L.Feuerstein, A.Gavazzi, E.Zini
France Télévisions
France 3
À Marseille, dans la nuit du 1er au 2 juillet, Mohammed Bendriss est décédé, victime d’un projectile. Selon le parquet de Marseille, il pourrait s’agir d’un tir de flash-ball. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de sa mort.

Samedi 1er juillet, vers 22 h, il aurait envoyé une dernière vidéo à ses proches. Mohammed Bendriss filmait alors des policiers avec son portable. Peu de temps après, le jeune homme à scooter aurait été victime d’un projectile, peut-être un tir de flash-ball, estime le parquet de Marseille (Bouches-du-Rhône), mercredi 5 juillet. Dans la soirée, sa famille témoigne. Sa veuve est bouleversée. "Il m’a laissé avec deux enfants. […] Je trouve que c’est pitoyable de tuer des gens, alors qu’ils ont des familles", s’émeut-elle.

"On attend juste la justice"

Mohammed Bendriss serait décédé vers 1 h du matin cours Lieutaud, à quelques rues des affrontements, devant l’immeuble de sa mère. Le jeune homme de 27 ans avait un enfant de deux ans et sa femme était enceinte. Il n’était pas connu des services de police. "On attend juste la justice. On voudrait juste savoir qui l’a tué", déclare la cousine de Mohammed Bendriss. Samedi soir, le déploiement des forces de l’ordre était conséquent, RAID et GIGN étaient présents. Certains agents étaient munis de flash-ball. Une enquête pour coup mortel avec usage d’une arme a été ouverte. L’IGPN a également été saisie pour déterminer les circonstances précises du décès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.