Vidéo Guerre en Ukraine : Convoy, l'autre société paramilitaire qui combat pour le compte du Kremlin

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Convoy, l'autre société paramilitaire qui combat pour le compte du Kremlin -
Guerre en Ukraine : qu'est-ce que la milice russe Convoy ? Convoy, l'autre société paramilitaire qui combat pour le compte du Kremlin - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - M. Burgot, C. Legros, @RevelateursFTV, L. Lavieille
France Télévisions
France 2
Réplique à moindre échelle de Wagner, la milice Convoy s’est donné pour mission de défendre la Crimée annexée par Moscou en 2014. Leur commandant est l’ancien bras droit du leader de Wagner.

C'est le symbole d'une certaine privatisation de la guerre en Ukraine. Convoy (Конвой, en russe) est une nouvelle société paramilitaire (SMP) russe créée à la fin de l'année 2022. Sa mission : permettre à Moscou de garder la main sur la péninsule de Crimée et arrêter la future contre-offensive de l'armée ukrainienne.

>> DIRECT. Guerre en Ukraine : retrouvez toutes les dernières informations

Le ministère de la Défense britannique a confirmé, le 4 avril, dans son bulletin quotidien sur la guerre en Ukraine, la naissance d'une nouvelle organisation paramilitaire, "parrainée et développée par la Russie". Selon cette note, "Moscou est susceptible de financer le développement de nouvelles sociétés paramilitaires dans l'objectif de réduire l'importance du groupe Wagner dans l'invasion de l'Ukraine".

Des hommes "capables de tout"

"SMP Convoy recrute, rejoins le régiment de volontaires." Deux visuels aux allures de campagne de recrutement sont apparus mi-novembre sur une chaîne Telegram russe baptisée Convoy. Les conditions : être un homme, avoir moins de 60 ans et posséder la nationalité russe. La compagnie brasse large. Aucune expérience militaire spécifique n'est requise. "Si vous n'avez pas de formation militaire, nous vous renseignerons", explique une affiche.

Deux visuels aux allures de campagne de recrutement publiés par la SMP Convoy en novembre sur sa chaîne Telegram. (CONVOY)

Son fondateur, Sergueï Axionov, chef de la République de Crimée annexée, est un proche de Vladimir Poutine. Cette milice, c'est sa solution pour garantir l'intégrité de la Crimée occupée. Ses membres sont d'ailleurs surnommés les "Axionovtsy", les "hommes d'Axionov".

L'ancien homme d'affaires, soupçonné de liens avec le crime organisé, en a officiellement annoncé la création mi-mars, sur le plateau de la télévision russe Crimea 24. Interrogé sur la capacité de l'armée régulière russe à défendre la Crimée après sa mise en déroute par les forces ukrainiennes à Kherson en novembre 2022, Sergueï Axionov répond : "Nous avons formé une unité professionnelle de reconnaissance et d'assaut [Convoy] exclusivement composée de volontaires. Tous possèdent une expérience des zones de guerre. Quand on les voit, on sait qu'ils sont capables de tout."

Une milice premium

Comme le révèle un ancien membre de cette unité interrogé fin mars par le site d'investigation russe Important Stories, les membres de Convoy toucheraient entre 200 000 et 300 000 roubles par mois, soit entre 2 200 et 3 300 euros. La rémunération de ces mercenaires, engagés pour une durée de trois à six mois, est garantie par la signature d'un double contrat : l'un avec la société Convoy, basée à Saint-Pétersbourg, l'autre avec le ministère de la Défense russe.

D'autres avantages leur sont promis : une assurance santé, une assurance-vie, le titre de vétéran de guerre. Pour tout combattant ayant servi pendant un an au sein de la SMP, des terres en Crimée ou en Abkhazie, région située à l'est de la mer Noire qui a déclaré son indépendance de la Géorgie en 1992. Un traitement généreux qui contraste avec celui des hommes du groupe Wagner, qui se sont régulièrement plaints sur les réseaux sociaux du manque de moyens et du non-versement de leur prime.

Les conditions seraient confortables sur le terrain également, si l'on en croit de nombreux clips de communication publiés sur les chaînes YouTube et Telegram du groupe. Dans l'un d'eux, un mercenaire témoigne : "Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour accomplir notre mission. Et cela est assuré par Sergueï Axionov."

Une "armée de réserve"

Les deux groupes doivent désormais cohabiter, mais il n'y a, a priori, pas de rivalité entre les deux organisations. Convoy s'implante dans les régions de Kherson et de Zaporijjia. Wagner combat à Bakhmout. D'ailleurs, le commandant de Convoy, Konstantin Pikalov, est un proche d'Evguéni Prigojine, le patron de Wagner. Présenté sous son pseudonyme militaire – Mazai – dans un reportage de la propagandiste russe Olga Kurlaeva, il est en réalité l'ancien bras droit de Prigojine en Afrique. Comme le révèle une enquête conjointe des médias Bellingcat, The Insider et Der Spiegel, Konstantin Pikalov a notamment supervisé, entre 2018 et 2020, l'implantation de Wagner à Madagascar et en République centrafricaine.

Actuel commandant de Convoy, Konstantin Pikalov, dit Mazaï, réaffirme l'importance de la Crimée pour Moscou au micro de la chaîne de télévision russe Rossiya 24. (ROSSIYA 24)

Officiellement, Convoy est "BARS-30", le 30e bataillon de réserve de l'armée russe. Alors que le centre d'entraînement de cette nouvelle milice est basé à Pereval'ne, dans le sud de la Crimée, sa "zone de responsabilité" s'étend jusqu'aux régions de Kherson et de Zaporijjia. Si les informations manquent encore à ce jour, la présence de Convoy sur le terrain est déjà attestée.

Le gouverneur par intérim de Zaporijjia, Yevgeny Balitsky, affirmait dès le mois de janvier à des médias russes que le bataillon Livadia "créé à l'initiative du chef de la République de Crimée, Sergueï Axionov" était déjà présent "en première ligne". Il précisait alors que les mercenaires "n'étaient pas encore directement impliqués" dans les combats. A Kherson, la présence de Convoy a été confirmée par une affiche d'information publiée vendredi 21 avril sur la chaîne Telegram du groupe.

Affiche d’information sur l'action de Convoy à Zaporijjia et Kherson publiée le 21 sur la chaîne Telegram du groupe. (CONVOY)

Dans un encadré rouge intitulé "Nouvelles du front", la pancarte décrit l'action cordonnée de Convoy et de l'armée russe pour "stopper toute tentative des forces armées ukrainiennes de gagner la rive gauche du Dniepr". "Nos drones ont détruit les forces de l'armée ukrainienne qui tentaient de poser un pied sur les îles au sud du Dniepr". Mais aucune image ne permet à ce jour d'attester cette intervention.

Vladimir Poutine n'a pas réagi publiquement à la création de cette milice. Mais les experts et analystes internationaux s'accordent sur l'intérêt que constitue Convoy pour le chef du Kremlin. Cette société paramilitaire peut apparaître comme une alternative stratégique puissante pour Moscou, alors que Prigojine et le groupe paramilitaire Wagner entretiennent une relation tendue avec Sergueï Choïgou, le ministre de la Défense russe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.