Présidentielle 2022 : "L'immigration zéro deviendra un objectif clair de notre politique", promet Eric Zemmour en meeting

Ce dimanche politique est marqué par les meetings d'Eric Zemmour et de Jean-Luc Mélenchon, dans des registres très différents.

Eric Zemmour salue la foule lors de son arrivée au meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis), le 5 décembre 2021.
Eric Zemmour salue la foule lors de son arrivée au meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis), le 5 décembre 2021. (JULIEN DE ROSA / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Grande première pour Eric Zemmour. Cinq jours après l'annonce de sa candidature à la présidentielle, l'ancien journaliste a animé, dimanche 5 décembre, son premier meeting de campagne, au Parc des Expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis). Annonçant la création de son parti, baptisé Reconquête, il a évoqué certains axes de sa campagne de "grand rassemblement", parmi lesquels "l'immigration zéro", "le culture du mérite et de l'effort" à l'école ou la sortie de la France du commandement militaire de l'Otan.

Une succession d'incidents à Villepinte. Avant le début du discours, la préfecture de police de Paris a annoncé, en fin d'après-midi, l'interpellation de 46 personnes qui se trouvaient dans une zone interdite aux manifestations. Une équipe de "Quotidien" a été brièvement exfiltrée du Parc des Expositions. Lors de son arrivée dans la salle, Eric Zemmour a ensuite été agrippé par un homme qui a passé ses bras autour de la nuque du candidat. Pendant le discours, des militants antiracistes ont été agressés par des partisans d'Eric Zemmour après avoir tenté de perturber le meeting.

Une manifestation anti-Zemmour à Paris. Selon le décompte de la préfecture de police de Paris, environ 2 200 personnes ont défilé, dimanche, pour dénoncer la candidature d'Eric Zemmour, à l'appel d'une cinquantaine de syndicats, partis et associations. Deux personnes manifestants ont été interpellés. "Zemmour a fui Paris", s'est réjouie l'union syndicale Solidaires, après le choix du candidat de tenir son meeting à Villepinte et non à la Villette, à Paris, comme initialement prévu. 

Jean-Luc Mélenchon lance sa campagne. Le candidat de La France insoumise a mobilisé ses militants, dimanche, en début d'après-midi, lors d'un premier meeting, à La Défense (Hauts-de-Seine). "La France, ce n'est pas l'extrême droite, a-t-il lancé. La France c'est la sécurité sociale, la santé publique, l'émancipation, l'école, la recherche, le partage." Il a appelé ses partisans "au combat".

Eric Ciotti critique les débuts de Valérie Pécresse.  Au lendemain de sa défaite au second tour du congrès LR, Eric Ciotti a jugé que les premières déclarations de la candidate désignée n'envoyaient "pas un bon message". Il lui reproche de ne pas avoir repris certaines de ses propositions, qui permettraient pourtant, selon son entourage, de "siphonner" Eric Zemmour.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h03 : Il est 23 heures, on ferme ! Voici les informations de la soirée :

Des militants SOS Racisme venus protester contre le "racisme" d'Eric Zemmour lors de son meeting à Villepinte (Seine-Seint-Denis) ont été agressés par des participants et vont porter plainte. Plusieurs journalistes rapportent également avoir été invectivés, et l'équipe de "Quotidien" a même due être momentanément exfiltrée de la salle.

Eric Zemmour a été blessé au poignet après qu'un homme l'a empoigné avant de monter sur scène, a par ailleurs appris franceinfo auprès de l'un de ses porte-paroles. Le candidat a reçu une incapacité temporaire de travail de 9 jours, selon ses proches, et compte déposer plainte. Le suspect a été placé en garde à vue.


• Jean-Luc Mélenchon a également tenu son premier meeting de campagne. "Non, la France ce n'est pas l'extrême droite", a martelé le candidat insoumis, lors d'un discours à La Défense, en banlieue parisienne.

Un nouveau Conseil de défense sanitaire doit se tenir lundi. "A priori il n'est pas question de mesures restrictives mais d'incitations", a appris France Télévisions d'une source proche de l'exécutif.

Ce direct est terminé. Il reprendra lundi, à 6 heures.

22h54 : Bonsoir , d'après le discours qu'Eric Zemmour a tenu cet après-midi, il ne semble pas encore avoir les 500 parrainages d'élus nécessaires pour se présenter au scrutin présidentiel. "Je dis aux maires de France, chers élus du peuple, (...) vous avez le pouvoir de redonner la parole à des millions de Français", a-t-il lancé à leur encontre.

22h52 : Bonsoir, une question à laquelle vous avez certainement déjà répondu mais je retente 😉Éric Zemmour est candidat mais a-t-il les signatures nécessaires pour participer à l’élection présidentielle ?Mille merci ☺️ Et belle soirée 🌇🌇

22h46 : La ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Elisabeth Moreno, apporte à son tour son "soutien" aux militants de SOS Racisme agressés à Villepinte (Seine-Saint-Denis) alors qu'ils étaient venus dénoncer le "racisme" d'Eric Zemmour.

22h45 : "Ma France, ce n'est pas celle des semeurs de haine. (...) Notre combat démocratique sera total, sans relâche", réagit à son tour le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, à propos des journalistes et militants de SOS Racisme chahutés lors du meeting d'Eric Zemmour.

22h38 : L'homme qui s'est jeté au cou d'Eric Zemmour avant son discours à Villepinte (Seine-Saint-Denis), cet après-midi, a été placé en garde à vue après avoir été rapidement maîtrisé par le service de sécurité du candidat, a appris franceinfo. On ne connaît pas pour l'instant ses motivations.

22h30 : "On reconnaît toujours l’extrême droite à sa façon de s’attaquer aux journalistes et [aux] militant-e-s humanistes", réagit le candidat EELV à la présidentielle, Yannick Jadot, après les violences contre des militants de SOS Racisme et les invectives à plusieurs journalistes lors du meeting d'Eric Zemmour.

22h31 : Eric Zemmour a été blessé au poignet après qu'un homme l'a empoigné avant de monter sur scène lors de son meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis), a appris franceinfo auprès du porte-parole de l'association des amis d'Eric Zemmour, Antoine Diers, confirmant une information de BFMTV. Le candidat a reçu une incapacité temporaire de travail de 9 jours, selon ses proches, et compte déposer plainte.

21h18 : Battu au second tour du congrès LR, Eric Ciotti annonce le lancement de son mouvement, au sein du parti Les Républicains, baptisé A droite.

21h00 : Un photographe rapporte également avoir été victime d'un "vol de matériel", ciblé par des "projectiles" et reçu des "insultes" alors qu'il couvrait le meeting d'Eric Zemmour.

20h53 : "Des pourris", des promesses de "ratonnade"... Des journalistes de Mediapart qui assistaient au meeting d'Eric Zemmour rapportent avoir été invectivés par des participants et avoir reçu "des coups anonymes" lors de l'agitation provoquée par l'exfiltration de l'équipe de "Quotidien", chahutée par les militants.

20h43 : Bonsoir @Louis, la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Mathilde Panot, a revendiqué sur franceinfo la présence de 5 000 personnes à La Défense. De son côté, Eric Zemmour a assuré à la tribune que 15 000 personnes étaient présentes à Villepinte. Mais difficile de s'assurer de la réalité de ces chiffres. L'équipe d'Eric Zemmour a ainsi indiqué que quelque 12 000 chaises avaient été disposées dans la salle, mais plusieurs journalistes ont noté que certaines parties de la salle étaient encore vides durant le meeting.

20h40 : Combien de personnes au meeting de Melenchon ? Et combien au meeting de Zemmour ? Merci

20h21 : Il est 20 heures passées, voici les titres de l'actualité :

Des violences ont éclaté durant le meeting d'Eric Zemmour à Villepinte (Seine-Seint-Denis). Des militants SOS Racisme venus perturber le meeting ont été agressé par des participants, et vont porter plainte. L'équipe de "Quotidien" a par ailleurs due être momentanément exfiltrée de la salle, après des invectives du public.

"Non, la France ce n'est pas l'extrême droite", avait déclaré un peu plus tôt Jean-Luc Mélenchon, lors d'un discours à La Défense, en banlieue parisienne.

Les chiffres des nouvelles contaminations et hospitalisations sont toujours en hausse. Un Conseil sanitaire doit se tenir demain. "L'enjeu, c'est de voir quels sont derniers leviers qu'on pourrait actionner sans faire peser des contraintes sur les personnes vaccinées. A priori il n'est pas question de mesures restrictives mais d'incitations", a appris France Télévisions d'une source proche de l'exécutif.

#FOOT L'entraîneur du club de foot de Saint-Etienne, Claude Puel, a été démis de ses fonctions après la lourde défaite contre Rennes (5-0), selon les informations recueillies par la direction des sports de Radio France.



20h04 : Avant Eric Zemmour, c'est Jean-Luc Mélenchon qui tenait sa première grande réunion publique de la campagne, à La Défense (Hauts-de-Seine). Si vous avez loupé notre direct consacré à ce sujet, vous pouvez lire cet article et visionner le résumé de France 3.

19h59 : Une fusion entre LR et Eric Zemmour en vue de la présidentielle ? Cela semble être le souhait du député Les Républicains Guillaume Peltier, qui poste sur Twitter une photo meeting du candidat d'extrême droite à Villepinte (Seine-Saint-Denis). "Comment rester insensible au discours pour la France d'Eric Zemmour ?", se questionne-t-il, appelant à "unir tous les électeurs de droite".

19h50 : Les militants de SOS Racisme qui ont fait l'objet d'une agression par des participants au meeting d'Eric Zemmour, après s'être dressés dans la salle revêtus de t-shirt "non au racisme", vont porter plainte, a assuré le président de SOS Racisme.

19h43 : "C'est Jean-Luc Mélenchon qui, aujourd'hui, porte le projet écologique le plus conséquent."

La porte-parole de Jean-Luc Mélenchon a estimé sur franceinfo que "la candidature de Jean-Luc Mélenchon est celle de la rupture avec nos modes de production et de consommation", davantage que celle de Yannick Jadot (EELV).

18h57 : Pendant ce temps, Eric Zemmour continue son discours. "Je veux supprimer le droit du sol et je veux durcir drastiquement les conditions de naturalisation", a lancé le candidat. Il souhaite également "expulser les chômeurs étrangers après six mois de recherche infructueuse".

18h52 : Une militante de SOS Racisme, interrogée par le journaliste Clément Lanot, assure qu'ils étaient venus faire une "action pacifiste". L'association a réagi sur Twitter, dénonçant une "réponse plus que violente". Cinq militants sont "blessés", selon elle.

18h49 : On en sait un peu plus sur les affrontements qui ont eu lieu durant le meeting d'Eric Zemmour. Des militants de SOS Racisme présents dans la salle ont affiché des t-shirt "non au racisme", en levant le poing. Certains des participants au meeting ont répliqué en frappant les militants de l'association antiraciste, qui ont ensuite été exfiltrés.

18h34 : "L'école doit retrouver sa mission prioritaire (...) : la transmission des savoirs. Elle ne doit plus chercher à être la plus inclusive possible, mais rétablir le culte du mérite et de l'effort."

Eric Zemmour aborde désormais la partie de son programme consacrée à l'éducation. Il promet de dévoiler de nouvelles mesures "au fur et à mesure de [s]a campagne."

18h23 : Après un début de discours consacré à désigner ses ennemis, puis un passage sur les critiques (sexisme et racisme) qui lui sont adressées, Eric Zemmour évoque désormais les questions économiques. Parmi ses propositions : réduire les cotisations salariales et baisser les impôts de production pour les entreprises.

18h37 : Les incidents au meeting d'Eric Zemmour, où plusieurs groupes se sont affrontés au fond de la salle pendant le discours du candidat, sont désormais terminés, rapportent plusieurs journalistes de France Télévisions sur place. Les causes et le déroulé des affrontements ne sont pas encore très clairs, mais nous vous en dirons plus quand ça sera le cas.

18h07 : Impossible de le deviner en regardant les images fournies par l'équipe du candidat à la télévision, mais plusieurs journalistes sur place rapportent que des affrontements entre plusieurs groupes d'individus ont lieu dans la salle, alors qu'Eric Zemmour s'exprime.

18h10 : A noter que cette explication sur son rapport aux femmes est nécessaire pour le candidat. Les femmes ne votent que très peu pour Eric Zemmour, selon les sondages.

18h11 : Eric Zemmour consacre désormais de longues minutes à se défendre des accusations de misogynie dont il fait l'objet (il est accusé d'agressions sexuelles par plusieurs femmes et se revendique de "l'anti-féminisme"). Il rend hommage aux femmes qui l'ont élevé, "à la fois aimantes et exigeantes".

18h00 : Il est 18 heures, on fait un nouveau point sur l'actualité :

Quarante-huit personnes ont été interpellées à Paris et à Villepinte (Seine-Saint-Denis), lors de rassemblements contre la candidature d'Eric Zemmour à la présidentielle. Le candidat vient de démarrer son premier meeting, d'où a momentanément été exclue l'équipe de "Quotidien", après des invectives du public. Suivez notre direct.

"Non, la France ce n'est pas l'extrême droite", avait déclaré un peu plus tôt Jean-Luc Mélenchon, lors d'un discours à La Défense, en banlieue parisienne.


Que doit-on attendre du Conseil sanitaire de demain ? "L'enjeu, c'est de voir quels sont derniers leviers qu'on pourrait actionner sans faire peser des contraintes sur les personnes vaccinées. A priori il n'est pas question de mesures restrictives mais d'incitations", a appris France Télévisions d'une source proche de l'exécutif.

17h56 : "Ils veulent nous interdire de défendre nos idées, ils veulent me rendre inéligible, ils veulent nous voler la démocratie."

Durant les premières minutes de son discours, Eric Zemmour pointe ceux qui, selon lui, veulent "sa mort politique", voire sa "mort tout court" : les médias, ses opposants politiques et les jihadistes.

17h50 : A peine entamé, le discours du candidat est brièvement interrompu par les cris du public. "On est chez nous", scandent les personnes qui assistent au meeting d'Eric Zemmour.

17h43 : Eric Zemmour entame son discours pour son premier meeting de campagne à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Il devrait disserter pendant une heure. Alors qu'il rejoignait la scène, il a été empoigné par un homme dans le public, immédiatement maîtrisé par le service d'ordre.

17h28 : Deux personnes ont été interpellées dans ce premier rassemblement contre la candidature d'Eric Zemmour, entre Barbès et La Villette. Par ailleurs, 46 autres personnes ont été interpellées à Villepinte (Seine-Saint-Denis), où se tient le meeting du candidat. Elles ont été verbalisées pour manifestation sur un périmètre interdit.

17h37 : Environ 2 200 manifestants ont défilé à Paris pour dénoncer la candidature à l'élection présidentielle et le discours "raciste" du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, à l'appel d'une cinquantaine de syndicats, partis et associations, selon la préfecture de police.

17h06 : "C'est la candidate de la Manif pour tous, c'est la candidate de droite, mais d'une droite qui, je l'espère, va revenir dans le champ républicain."

Lors des débats organisés dans le cadre du congrès LR, "pas un candidat, pas une candidate (...) n'était capable de dire que les idées de Zemmour sur le grand remplacement étaient des inepties", a déploré le candidat EELV, sur France 3.

16h38 : Le parti d'Eric Zemmour s'appellera Reconquête, confirme son entourage à franceinfo. C'est sous la bannière de cette formation, qu'il devrait présenter lors de son meeting à Villepinte (Seine-Saint-Denis) tout à l'heure, que le polémiste se présentera à l'élection présidentielle.

16h26 : Le meeting d'Eric Zemmour a démarré à Villepinte (Seine-Saint-Denis), avec les premières prises de parole. Alors que 12 000 chaises ont été installées, pour ce meeting originellement prévu dans la salle plus petite du Zénith de La Villette, la salle n'est pas comble, note notre journaliste sur place.

16h12 : On vous en parlait il y a quelques minutes : des journalistes de l'émission "Quotidien" ont dû être exfiltrés du meeting d'Eric Zemmour alors que la foule s'en prenait à eux. Ils ont ensuite pu regagner le meeting, selon plusieurs journalistes.