Présidentielle 2022 : Ciotti accuse Pécresse de ne pas avoir envoyé "un bon message" après sa désignation comme candidate

Eric Ciotti reproche à la candidate désignée lors du congrès LR de ne pas avoir repris certaines de ses propositions et "entend que ses idées soient représentées avec force".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Eric Ciotti salue ses partisans, le 5 décembre 2021, à Nice (Alpes-Maritimes), pour les remercier de leur soutien lors de la campagne pour le congrès LR. (MAXPPP)

Loyal mais critique. Le finaliste vaincu du congrès LR, Eric Ciotti, a mis la pression sur la candidate désignée, Valérie Pécresse, dimanche 5 décembre, en lui reprochant de ne pas reprendre certaines de ses propositions. "Le message qui a été lancé hier par Valérie Pécresse n'était pas un bon message", a critiqué le député des Alpes-Maritimes, à l'issue d'une réunion publique à Nice. "Je pense qu'aujourd'hui nous devons fonder un programme d'unité, de rassemblement et le message qui a été adressé hier soir a étonné beaucoup des personnes qui me soutiennent", a-t-il ajouté. 

"Je la soutiens, mais j'entends que mes idées soient représentées avec force, les idées d'une droite qui entend se faire respecter."

Eric Ciotti

devant la presse

Pour peser dans la campagne de Valérie Pécresse, Eric Ciotti a annoncé le lancement de son mouvement, baptisé A droite. "C'était un mouvement qui existait déjà, c'était celui de mes amis, mais il prend un dimension nationale, 40 000 militants m'ont soutenu", a avancé le député. "Je sens une force encore plus importante et cette force, elle va s'organiser et peser dans notre famille politique", a-t-il assuré.

Pécresse et Ciotti se sont appelés

Joint par France Télévisions, l'entourage d'Eric Ciotti a fait savoir que les deux finalistes avaient échangé au téléphone pendant 45 minutes en milieu de journée. "Ce n'est pas un coup de pression, c'est un message de vérité, a défendu le camp Ciotti. Eric, c'est l'arme anti-Zemmour. Si on gagne, ce sera en bloquant Zemmour, en le siphonnant. (...) Si Valérie avait dit 'à droite toute', elle aurait bloqué Zemmour."

De son côté, l'entourage de Valérie Pécresse a appelé Eric Ciotti à éviter d'être un "poil à gratter" pour œuvrer à la victoire de la droite. La candidate "avait déjà dit entre les deux tours du congrès qu'elle ne reprendrait pas l'idée du 'Guantanamo à la française' de Ciotti, il était sur le même plateau, il le savait déjà", a précisé le camp Pécresse à France Télévisions.

La direction du parti essaye de déminer. "C'est le tempérament d'Eric, il veut que ses idées soient respectées", estime l'entourage de Christian Jacob, président du parti. "Il aura toute sa place dans cette campagne (et) va faire campagne pour Valérie Pécresse sans aucune ambiguïté." Comme annoncé samedi, la candidate LR se rendra, lundi, à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), dans le village d'Eric Ciotti, une façon d'illustrer le "rassemblement" tant vanté à droite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.