Nupes : nouvelle passe d'armes entre Olivier Faure et Jean-Luc Mélenchon à propos des prochaines échéances électorales

Le calme n'aura duré que quelques semaines : les frictions reprennent au sein de la Nupes, notamment entre le patron du Parti socialiste Olivier Faure et le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon.
Article rédigé par Victoria Koussa
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Olivier Faure et Jean-Luc Mélenchon. (NORBERT GRISAY/MAXPPP - EMMANUEL DUNAND/AFP)

Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure et le leader historique de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon se sont écharpés sur Twitter, jeudi 17 août. Le sujet est toujours le même : l'absence d'alliance aux prochaines élections. Les relations se sont tendues entre les deux hommes ces derniers mois, qui n'échangent plus que par médias ou tweets interposés. Des tensions exacerbées par des désaccords autour des prochains scrutins : aux sénatoriales, le PS, le PCF et les écologistes ont conclu un accord sans inclure LFI qui voit s'éloigner la possibilité de faire entrer au Sénat un insoumis. Aux européennes, EELV s'oppose au projet de liste commune Nupes et a déjà désigné sa tête de liste, Marie Toussaint.

Sans le vouloir peut-être, Olivier Faure met une pièce dans la machine en tweetant "Les hostilités à droite ne font que commencer", en réaction au soutien de Nicolas Sarkozy à Gérald Darmanin. Mais il ajoute : "À la gauche de ne pas tomber dans la spirale mortifère de la division".

Il n'en faut pas plus à Jean-Luc Mélenchon pour réagir : "Incorrigible double langage !, répond-il sur le réseau social, faire l'union en se divisant aux élections sénatoriales et européennes ???" Dans la foulée, Olivier Faure rappelle qu'il n'a pas changé de numéro de téléphone, et qu'ils feraient mieux de se voir au lieu de s'invectiver sur Twitter. Réponse de l'insoumis : "Si tu veux revenir sur ces choix sectaires, adresse-toi aux responsables de LFI."

Comme pour siffler la fin de la récré, apparition du secrétaire général du Parti communiste Fabien Roussel, avec un tweet saluant la victoire des socialistes qui obtiennent la présidence du parlement espagnol : "Quand la gauche se rassemble (...) elle gagne, mais il souligne : dans le respect de sa diversité".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.