Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron en tête dans les sondages

Publié
Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron en tête dans les sondages
FRANCEINFO
Article rédigé par
J-C.Galeazzi - franceinfo
France Télévisions

Le journaliste Jean-Christophe Galeazzi détaille dans le 23 heures de franceinfo, samedi 5 mars, les différentes tendances du dernier sondage Ipsos concernant la prochaine élection présidentielle. Emmanuel Macron arriverait en tête au premier tour avec 30,5% des votes. 

L’élection présidentielle de 2022 se rapproche et pour l’instant, c’est Emmanuel Macron qui fait la course en tête dans l’opinion publique. Le journaliste Jean-Christophe Galeazzi, présent sur le plateau du 23 heures de franceinfo samedi 5 mars, se base sur les résultats d’un sondage Ipsos dans lequel l’actuel président de la République est crédité de 30,5% d’intentions de vote au premier tour. "+6,5% en un mois, c’est une très forte progression qui l’amène à faire le double de celle qui est deuxième dans ce sondage : Marine Le Pen. La candidate du RN semble se maintenir", annonce-t-il. Il souligne aussi que derrière Emmanuel Macron, "il y a un bloc de quatre candidats dans un mouchoir de poche" : Marine Le Pen (14,5%), Éric Zemmour (13%), Jean-Luc Mélenchon (12%), Valérie Pécresse (11,5%).

La primaire populaire soutient Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon pourra compter sur un nouveau soutien durant cette campagne présidentielle : la primaire populaire. "Le collectif, qui vise toujours à faire l’union de la gauche, appelle désormais à voter Jean-Luc Mélenchon", indique Jean-Christophe Galeazzi. Le journaliste rappelle que le candidat de La France Insoumise était arrivé troisième de ce scrutin remporté par Christiane Taubira. De son côté, Marine Le Pen "baisse mais se maintient plutôt, ce qui n’est pas le cas de son principal concurrent, Éric Zemmour, qui aurait bien besoin justement de relancer sa campagne demain (dimanche 6 mars) à Toulon (Var) avec le soutien de Marion Maréchal", explique le journaliste. Valérie Pécresse, elle, "semble dévisser : elle perd quatre points et paye peut-être les départs de certains cadres républicains vers Éric Zemmour d’un côté, vers Emmanuel Macron de l’autre", ajoute-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.