Accord LFI - EELV : "Je crois que c'est un moment historique", dit Manon Aubry, l'une des négociatrices de La France insoumise pour les législatives

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Alors que La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts ont signé un accord pour former la "Nouvelle Union populaire écologique et sociale" lors des élections législatives, les discussions se poursuivent avec le Parti socialiste et le Parti communiste français.

"Je crois que c'est un moment historique", se réjouit lundi 2 mai sur franceinfo Manon Aubry, députée européenne La France insoumise, alors que son parti et Europe-Ecologie Les Verts ont signé dimanche 1er mai dans la soirée un accord en vue des législatives. "C'est une Union populaire autour d'un programme", d'après Manon Aubry, membre de l’équipe de négociation du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, en vue d’une union des gauches pour les législatives. Cet accord attribue notamment une centaine de circonscriptions pour le pôle écologiste.

>> Législatives 2022 : suivez l'actualité des élections dans notre direct

"C'est d'abord un programme de transformation de la société pour changer la vie de millions de gens. Pas juste un accord sur un coin de table, de tambouille électorale "tu prends trois circos et ainsi de suite, ajoute Manon Aubry. Les premières choses que nous avons faites avec EELV est de discuter de notre ambition pour le pays si nous devions gouverner ensemble après le mois juin".

Manon Aubry cite la retraite à 60 ans, le blocage des prix de première nécessité, le Smic à 1 400 euros net et "la désobéissances à un certain nombre de règles européennes qui nous empêcheraient de mener cette ambition écologique et sociale". L'une des propositions des écologistes retenue dans le programme est d'"offrir un vélo à l'ensemble des jeunes". Le nucléaire n'est pas encore dans le texte, LFI doit en discuter avec les communistes, seule force de gauche à s'opposer au retrait du nucléaire.

L'eurodéputée indique que les partis doivent "finir le travail programmatique complet dans la semaine", avant de le présenter à une Convention commune samedi, où les partis investiront leurs candidats aux législatives.

"L'objectif n'est pas d'écraser les autres forces", d'après Manon Aubry. "Nous avons proposé un nombre de candidatures à chaque force politique bien plus que ce qu'ils ont fait à la proportionnelle à l'élection présidentielle. Nous avons pris nos responsabilités, parce que nous voulions ce rassemblement et qu'il y a de l'espoir et de l'enthousiasme qui s'est levé lors du premier tour", ajoute Manon Aubry.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.