Législatives 2022 : "On est d'accord aujourd'hui sur l'essentiel", assure l'eurodéputée LFI Manon Aubry

"Si cet accord capote pour deux ou trois circonscriptions ici et là, je pense que ce n'est pas du tout à la hauteur. Et je pense que cela serait la honte d'aller le défendre devant les Français", a-t-elle déclaré sur franceinfo, lundi.

L\'eurodéputée LFI Manon Aubry sur franceinfo, le 2 mai 2022.
L'eurodéputée LFI Manon Aubry sur franceinfo, le 2 mai 2022. (FRANCEINFO)
Ce qu'il faut savoir

Elle évoque un "exploit à la hauteur de l'espoir". L'eurodéputée LFI Manon Aubry s'est montrée prudente mais confiante après l'accord conclu, en vue des élections législatives, entre La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts. "On est d'accord aujourd'hui sur l'essentiel", a-t-elle déclaré sur franceinfo, lundi 2 mai. "Ce n'est pas parce que nous ne sommes pas d'accord sur 1% [de l'ensemble des propositions] que nous n'allons pas réussir", a-t-elle ajouté, soulignant des "points programmatiques" qui font consensus la retraite à 60 ans, le smic à 1 400 euros net, ou encore "le blocage des prix de première nécessité". Interrogé sur les éventuelles tensions avec les députés sortants, notamment socialistes, elle a déclaré : "Si cet accord capote pour deux ou trois circonscriptions ici et là, je pense que ce n'est pas du tout à la hauteur. Et je pense que cela serait la honte d'aller le défendre devant les Français." Suivez notre direct.

Le Parti radical de gauche refuse l'accord électoral à gauche. "Nous ne pouvons pas mettre l'étiquette du PRG à côté de candidats contre l'universalisme européen", a dit à la presse Guillaume Lacroix, président du parti de centre-gauche. Les désaccords entre le PRG et l'Union populaire sur "la république laïque", la sortie du nucléaire et, plus particulièrement, "la désobéissance" aux traités européens ont justifié l'absence du PRG à la table des négociations.

 Une grande journée de négociations. Après l'accord conclu entre La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 mai, c'est au tour du Parti socialiste et du Parti communiste de régler les derniers détails d'un possible accord en vue des élections législatives. Le PS, arrivé chez LFI pour poursuivre les négociations en milieu de matinée, est toujours assis à la table des négociations en début d'après-midi, a appris France Télévisions. La délégation communiste est attendue dans la soirée, et non plus en début d'après-midi comme initialement annoncé.

 Fabien Roussel "espère" un accord "aujourd'hui". "Il n'y a pas de plan B." Sur le plateau de franceinfo, Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, a déclaré : "J'espère que, nous aussi, nous parviendrons aujourd'hui à conclure cet accord, dans la journée, dans la soirée, dans la nuit s'il le faut". Et d'ajouter : "Il n'y a qu'un plan A, c'est de nous rassembler pour construire cette grande coalition de la gauche pour avoir notre revanche sur l'élection présidentielle."

LFI et EELV créent une "Nouvelle Union populaire écologique et sociale". La formation menée par Jean-Luc Mélenchon et celle de Yannick Jadot sont parvenues à trouver un accord pour les législatives dans la nuit de dimanche à lundi, après plusieurs jours de discussions. Sur 577 circonscriptions, une centaine seront réservées aux écologistes.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

23h47 : Dans la matinée, l'eurodéputée a salué, toujours sur franceinfo, un "moment historique", pour désigner l'accord signé dans la soirée d'hier entre son parti et Europe-Ecologie Les Verts en vue des législatives.

23h46 : "On est d'accord aujourd'hui sur l'essentiel."

Invitée du 23 heures de franceinfo, la députée européenne de la France insoumise (LFI) Manon Aubry est revenue sur l'accord en cours de négociation entre son parti, le Parti socialiste, EELV et le Parti communiste en vue des élections législatives. "Si cet accord capote pour deux ou trois circos ici et là, je pense que ce n'est pas du tout à la hauteur, a-t-elle ajouté. Et je pense que cela serait la honte d'aller le défendre devant les Français."

22h10 : Un accord entre le Parti socialiste et la France insoumise "serait un acte important", a estimé sur franceinfo le maire PS de Nancy, Mathieu Klein. "Il faut entendre ce que les électeurs de gauche ont exprimé lors de l'élection présidentielle", affirme l’élu, à savoir, "le besoin que la gauche soit capable de discuter, de dialoguer, de s'entendre et peut-être, d'incarner une espérance". Mathieu Klein, maire socialiste de Nancy, à Nancy, le 8 octobre 2021.  (CEDRIC JACQUOT / MAXPPP) (CEDRIC JACQUOT / MAXPPP)

22h05 : Bonsoir . A priori, il y a peu de chances qu'un accord soit conclu entre la France insoumise et le Parti communiste cette nuit. Un cadre du PCF a confié à France Télévisions : "Ça se prolongera sûrement demain. Je ne pense pas qu'on règle tout en quelques heures ce soir." Selon lui, "un accord ambitieux sera la garantie de notre succès commun !"

22h04 : Bonjour, est-ce que LFI et le PCF ont des chances de conclure un accord cette nuit ?

20h37 : Dans le Puy-de-Dôme, les élus de gauche sont également optimistes, comme le rapporte France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. "Si on arrive à impulser une bonne dynamique et à être majoritaires à l’assemblée, on peut imposer une cohabitation", espère-t-il. L'union en vue des élections législatives est attendue et espérée par de nombreux élus de gauche du Puy-de-Dôme. (S.Barlot / FTV)

20h32 : En Gironde, l'alliance à gauche est vue comme "une belle aventure qui commence" par les leaders EELV. Pour Clément Rossignol Puech, maire EELV de Bègles qui avait pris la suite de Noël Mamère, "c’est extrêmement important et historique." Quant à Nicolas Thierry, patron des écologistes à la région, il estime que "c'est une excellente nouvelle pour cette première étape". La nouvelle union populaire écologique et sociale est née de l'accord signé dimanche soir par Julien Bayou ( sur la photo), secrétaire national EELV, et l'équipe de la France Insoumise et son leader Jean-Luc Mélenchon. Quel accueil à cet accord en Gironde ?

(ALAIN JOCARD / AFP)

20h37 : Si des négociations sont toujours en cours au siège de La France insoumise, l'alliance à gauche suscite des espoirs partout en France. Dans le Pas-de-Calais, la gauche est largement majoritaire, avec 23 communes dirigées par un maire socialiste. France 3 Hauts-de-France est allé interroger ces élus pour savoir ce qu'ils pensent d'une telle alliance pour peser aux législatives. « Le Parti socialiste doit négocier mais pas à n’importe quel prix. » (VINCENT ISORE / MAXPPP)

20h25 : Eric Zemmour se dit "très tenté" par une candidature et rendra sa décision dans "quelques jours", a-t-il déclaré sur BFMTV. Le candidat du parti Reconquête a précisé qu'il "hésite encore" car il se demande s'il pourra, en se présentant, "aider tous [ses] camarades qui sont sur le pont". "Il faut mener la campagne nationale, pour aller aider les uns et les autres. Ce n'est pas évident", a-t-il insisté.

20h10 : Il est 20 heures, voici le point sur l'actualité :

• Les négociations à gauche continuent. Insoumis, écologistes et socialistes discutent actuellement au siège de LFI pour tenter d'élargir la Nouvelle Union populaire écologique et sociale en vue des élections législatives. Une réunion est prévue à 22 heures avec le Parti communiste. Mais au fait : l'accord conclu la nuit dernière est-il vraiment "historique" ?

• Où en est l'évacuation de l'usine Azovstal, dernière poche de résistance à Marioupol ? L'immense site industriel, aujourd'hui ravagé par les combats, abrite toujours des soldats ukrainiens ainsi qu'un grand nombre de civils. Leur évacuation se fait au compte-gouttes, après d'âpres négociations. Franceinfo fait le point sur la situation.

• Partout en France, des policiers se sont mobilisés en soutien à leur collègue mis en examen pour "homicide volontaire", après la mort de deux personnes sur le Pont-Neuf à Paris. Les syndicats de police plaident notamment pour une "présomption de légitime défense".

• Une plainte déposée en mars dernier pour "prise illégale d'intérêts" visant le ministre de la Justice et ancien avocat Eric Dupond-Moretti a été classée sans suite, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information de BFMTV.

18h15 : Il est 18 heures, voici le point sur l'actualité :

Les négociations à gauche continuent. Insoumis, écologistes et socialistes discutent actuellement au siège de LFI pour tenter d'élargir la Nouvelle Union populaire écologique et sociale en vue des élections législatives. Mais au fait : l'accord conclu la nuit dernière est-il vraiment "historique" ?

• De la frontière polono-ukrainienne jusqu'au sud de la France, de Lublin, en Pologne, à Munich, en Allemagne, franceinfo est allé à la rencontre de bénévoles et de déplacés ciblés par des trafiquants d'être humains. Enquête de notre journaliste Valentine Pasquesoone.

• Partout en France, des policiers se sont mobilisés en soutien à leur collègue mis en examen pour "homicide volontaire", après la mort de deux personnes sur le Pont-Neuf à Paris. Les syndicats de police plaident notamment pour une "présomption de légitime défense".

Une plainte déposée en mars dernier pour "prise illégale d'intérêts" visant le ministre de la Justice et ancien avocat Eric Dupond-Moretti a été classée sans suite, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information de BFMTV.

17h11 : "On ne cherche pas simplement à trouver un accord en résistance à ce que fait le gouvernement, mais un accord qui permette de gagner une majorité. Nous discutons sérieusement, point par point, et je suis venu rappeler ce que sont nos exigences. (...) L'aventure peut être extraordinaire, et peut changer la vie des gens."

Arrivé au siège de La France insoumise, Olivier Faure s'est exprimé face à la presse avant de continuer les négociations en vue des élections législatives.

16h48 : Julien Bayou arrive siège de la LFI. L’écologiste rejoint Olivier Faure et les socialistes à l’étage où les négociations se poursuivent. Les communistes sont attendus dans la soirée. Ce n’est plus qu’une question d’heures pour l’accord #StayTuned #NUPES #UnionDeLaGauche @LEXPRESS https://t.co/EJT2bzoWAT

16h48 : Après avoir conclu cette nuit un accord avec les Insoumis, les écologistes se joignent aux négociations avec les socialistes. Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, vient d'arriver au siège de LFI.

16h42 : Comment faire campagne pour les législatives quand on a fait moins de 5% à l'élection présidentielle ? La question se pose à droite chez Les Républicains et les centristes. Dans certaines régions, une solution a été trouvée avec une campagne qui va être régionalisée. Explications.

16h26 : L'accord conclu cette nuit entre La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts est-il vraiment "historique", comme le clame La France insoumise ? Nous avons interrogé des spécialistes pour y voir plus clair.




(STEPHANE DUPRAT / HANS LUCAS / AFP)

15h46 : Invité surprise, le patron du PS @faureolivier vient d’arriver au QG de LFI avec la délégation socialiste. Les négociations reprennent avec deux sujets majeurs toujours pas réglés : l’Europe et les circonscriptions. Fumée rose bientôt ? #NUPES #UnionDeLaGauche @LEXPRESS https://t.co/Ewfo0UNvuR

15h45 : Olivier Faure vient d'arriver au siège de La France insoumise pour participer aux négociations en vue d'un accord pour les élections législatives. C'est la première fois que le Premier secrétaire du PS prend directement part aux pourparlers.

15h42 : Guillaume Lacroix annonce que le PRG ne rejoindra pas l’union de la gauche aux législatives. Une centaine de députés seront investis indépendamment «nous connaissons les conséquences que cela peut avoir en terme électoral. C’est à mon tour d’être un peu insoumis » dit-il @BFMTV

15h39 : Merci, mais non merci. Guillaume Lacroix, président du Parti radical de gauche, annonce ne pas vouloir rejoindre la Nouvelle Union populaire écologique et sociale fondée hier soir par LFI et EELV. "Nous connaissons les conséquences que cela peut avoir en termes électoraux", indique le responsable politique, dont le parti compte actuellement trois députés.

15h24 : Les discussions entre La France insoumise, le PS et le PCF ne semblent pas près d'aboutir. La rencontre entre Insoumis et communistes a en effet été reportée à 22 heures ce soir, annonce un cadre communiste à France télévisions. Les négociations avec les socialistes, entamées ce matin, durent encore.

15h06 : "Ce qui attend les partis, notamment le Parti socialiste, s'ils acceptaient cette alliance, c'est tout simplement une disparition de leurs idées, et aussi une disparition de leur parti politique". A l'image d'Aurore Bergé, présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée nationale, de nombreux responsables de la majorité tirent à boulets rouges sur l'accord scellé entre LFI et EELV dans le cadre des législatives. Nous avons compilé leurs réactions dans un article.




(BAPTISTE ROMAN / HANS LUCAS / AFP)

14h35 : Vous voulez voter aux élections législatives 2022 mais vous n'êtes pas inscrit sur les listes électorales ? C'est encore possible. Vous avez jusqu'à mercredi pour vous inscrire en ligne et jusqu'au vendredi 6 mai pour faire la démarche en mairie ou par courrier. Nous vous expliquons tout ici.

14h02 : Voici le point sur l'actualité à 14 heures :

• Que contient l'accord noué entre La France insoumise et EELV cette nuit ? Alors que les négociations se poursuivent avec le PS et le PCF, éléments de réponse dans cet article.

• L'armée ukrainienne affirme avoir détruit deux patrouilleurs russes qui naviguaient près de l'île des Serpents, en mer Noire. Suivez la situation sur le front dans notre direct.

• De la frontière polono-ukrainienne jusqu'au sud de la France, de Lublin, en Pologne, à Munich, en Allemagne, franceinfo est allé à la rencontre de bénévoles et de déplacés ciblés par des trafiquants d'être humains. Enquête de notre journaliste Valentine Pasquesoone.


• Des syndicats de police ont organisé des rassemblements devant des tribunaux et des commissariats en France pour protester contre la mise en examen pour "homicide volontaire" du policier qui a tué deux hommes qui ont forcé un contrôle sur le Pont-Neuf à Paris, le 24 avril.

13h35 : Alors que la délégation communiste est attendue dans un peu moins d'une demi-heure au siège de La France insoumise pour tenter de conclure un accord en vue des élections législatives, nos amis de France 3 font un point sur les négociations.

13h26 : "Nicolas Sarkozy a toujours affirmé la nécessité d'assumer ses choix. Aujourd'hui, il faut qu'il dise clairement s'il veut être un pilier de la majorité macroniste, ou s'il croit à la nécessité d'une opposition de droite."

L'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy appelle l'ancien chef de l'Etat à la "clarté", au nom de la "loyauté", sur son positionnement vis-à-vis de la droite et d'Emmanuel Macron, dans une interview au Figaro.

12h45 : Le chef des urgences à l'hôpital parisien Georges Pompidou a réitéré sa proposition "qu'entre les gens raisonnables, c'est-à-dire les partis de gouvernement, il y ait un accord de gouvernement un peu à l'allemande". Sur le nucléaire, les retraites ou la santé, "nous sommes d'accord avec un certain nombre de mesures proposées par Emmanuel Macron", a ajouté Philippe Juvin, qui avait été l'un des deux seuls à ne pas voter la semaine dernière la motion adoptée par LR pour affirmer son "indépendance" face à la macronie.

12h48 : Un bloc de centre-droit va-t-il émerger pour tenter de contrer l'union annoncée des partis de gauche aux élections législatives ? Interrogé à ce sujet dans les "4 Vérités" sur France 2, l'ex-candidat à la primaire de LR, Philippe Juvin, a plaidé pour un accord de gouvernement "à l'allemande" avec la majorité présidentielle.

12h15 : Jean Lassalle ne se représentera pas à l’élection législative 2022 ⁦@F3Aquitaine⁩ ⁦@francetv⁩ https://t.co/hkLcKFvRFY

12h18 : Député des Pyrénées-Atlantiques depuis bientôt vingt ans, Jean Lassalle va faire ses adieux à l'hémicycle. L'ancien candidat à l'élection présidentielle vient d'annoncer qu'il ne se représenterait pas lors des élections législatives. Il explique devoir subir une opération à cœur ouvert prochainement, et a proposé à son frère Julien d'être candidat à sa place.

12h16 : Il est midi, voici le point sur l'actualité :

• Que contient l'accord noué entre La France insoumise et EELV cette nuit ? Alors que les négociations se poursuivent avec le PS et le PCF, éléments de réponse dans cet article.

• L'armée ukrainienne affirme avoir détruit deux patrouilleurs russes qui naviguaient près de l'île des Serpents, en mer Noire. Suivez la situation sur le front dans notre direct.

• De la frontière polono-ukrainienne jusqu'au sud de la France, de Lublin, en Pologne, à Munich, en Allemagne, franceinfo est allé à la rencontre de bénévoles et de déplacés ciblés par des trafiquants d'être humains. Enquête de notre journaliste Valentine Pasquesoone.


• L'Olympique lyonnais a écrasé l'Olympique de Marseille (3-0), hier soir au stade Vélodrome, pour le dernier match de la 35e journée de Ligue 1.

11h53 : Un cadre communiste confie à France Télévisions ce matin que son parti "espère signer un accord ce soir ou dans la nuit".

11h44 : Les deux principales formations de gauche, LFI et EELV, ont acté, dans la nuit de dimanche à lundi, la naissance de la "Nouvelle union populaire écologique et sociale". Mais que contient cet accord ? Eléments de réponse dans cet article.

Le secrétaire national d'EELV, Julien Bayou, répond à la presse lors de la manifestation du 1er mai 2022 à Paris. (STEPHANE DUPRAT / HANS LUCAS / AFP)

(STEPHANE DUPRAT / HANS LUCAS / AFP)

11h58 : Au sein du Rassemblement national, tout le monde n'est pas d'accord avec la ligne officielle du refus d'alliance. Le conseiller régional RN Philippe Vardon de Provence-Alpes-Côte d'Azur a réclamé que la question des alliances aux législatives avec Reconquête !, le mouvement d'Eric Zemmour, soit tranchée en conseil national. "Balayer aussi brutalement toute perspective d'union, ou même simplement de discussion, revient tout bonnement à sacrifier le RN dans le Sud", estime l'élu niçois.

11h32 : Après l'accord intervenu dimanche soir entre EELV et LFI, les négociations ont repris aujourd'hui en vue d'un accord le plus large possible pour les élections législatives. Voici le programme :

• À 11h30, une première réunion tripartite aura lieu entre LFI, EELV et le PS.


• À 14 heures, ce sera au tour des communistes de revenir à la table des négociations au siège de LFI.

11h19 : Bonjour @Jane. C'est une question à laquelle nous pourrons vous répondre avec certitude le 19 juin, jour du second tour des législatives. En attendant, on peut dire que c'est l'objectif affiché de cette nouvelle alliance, mais que ce serait une première depuis 20 ans et l'alignement du calendrier électoral. Depuis 2002, les législatives suivent la présidentielle et c'est toujours le président élu qui a décroché une majorité.

11h15 : Une question : si tous les partis de gauche s'entendent pour un programme puis des candidatures communes, est-ce que cela peut donner une majorité qui permette d'imposer J L Mélenchon comme premier ministre ? Question pas facile je suppose...Merci pour votre travail !

09h39 : "C'est historique parce que ça enclenche le début d'une dynamique", déclare ce matin sur franceinfo Manuel Bompard, le directeur de campagne de La France insoumise aux législatives. Des discussions doivent avoir lieu avec le PS et le PCF dans la journée. "Je considère qu'on est d'accord sur 90-95% des sujets. C'est positif, on marque une première étape", a-t-il insisté, estimant qu'il peut y avoir "des approches un peu différentes" et que "ce n'est pas déterminant", car "chacun conservera sa liberté".

09h06 : Pomme de discorde entre LFI, EELV et le Parti communiste, la question du nucléaire "ne sera pas dans le contrat de législature", annonce le dirigeant communiste Fabien Roussel sur franceinfo, très confiant dans la signature prochaine d'un accord avec La France insoumise.

12h21 : Il est 9 heures, voici le point sur l'actualité :

• L'alliance est scellée. La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts ont conclu un accord pour les élections législatives, sous la bannière de "Nouvelle Union populaire écologique et sociale". Des discussions doivent se tenir aujourd'hui avec les communistes et le PS.

• De la frontière polono-ukrainienne jusqu'au sud de la France, de Lublin en Pologne à Munich en Allemagne, franceinfo est allé à la rencontre de bénévoles et de déplacés ciblés par des trafiquants d'être humains. Enquête de notre journaliste Valentine Pasquesoone.

116 500 personnes ont manifesté dimanche en France, selon le ministère de l'Intérieur. Ils étaient "plus de 210 000", selon la CGT. Cinq manifestants nous racontent pourquoi ils ont défilé.

• L'Olympique lyonnais a écrasé l'Olympique de Marseille (3-0), hier soir au stade Vélodrome, pour le dernier match de la 35e journée de Ligue 1.

08h48 : 🗣 Une cohabitation possible ? ➡️ "C’est pas que j’y crois, c’est qu’il n’y a pas d’autres voies. On ne peut pas aujourd’hui aller à ces élections avec la seule ambition d’être les champions de l’opposition”, dit Fabien Roussel, pour qui “ces différences sont une richesse”. https://t.co/RkV5F1ynHw

09h11 : Pendant ce temps-là, sur franceinfo, Fabien Roussel revient sur les négociations en cours entre son parti, le PCF, et La France insoumise. "J'espère que, nous aussi, nous parviendrons aujourd'hui à conclure cet accord, dans la journée, dans la soirée, dans la nuit s'il le faut", a-t-il déclaré.

08h43 : "Des désaccords subsistent sur l'international, mais nous pouvons nous mettre d'accord sur des mesures qui relèvent de l'Assemblée et agir pour le climat."

Sur BFMTV, le numéro un d'EELV revient sur l'accord annoncé cette nuit.

08h13 : Quelles sont les chances de la nouvelle alliance LFI-EELV aux législatives ? Sur franceinfo, le politologue Jean Petaux estime que "la marche est très haute pour l'emporter dans ce troisième tour".

Jean-Luc Mélenchon, lors de la manifestation parisienne du 1er-Mai 2022, appelle à l'union de la gauche pour les législatives. (CEDRIC BUFKENS / MAXPPP)

(MAXPPP)

09h05 : Bonjour @Législatives suite. Je vous l'accorde, il n'est pas toujours simple de s'y retrouver entre ce qui relève du Premier ministre et du président de la République. Nous avons justement publié un article la semaine dernière pour faire le point. Rappelons quand même que ce scénario n'est pas le plus probable : depuis l'instauration du quinquennat et l'alignement des calendriers, le vainqueur de la présidentielle a toujours obtenu une majorité aux législatives dans la foulée.

08h05 : Merci beaucoup Thomas et @legislatives, c’est exactement la question que je me posais ! Mais alors qui décide quand les positions du PM et celle du président divergent totalement ? (Sur l’Europe et l’OTAN par exemple)…

09h04 : "J'observe que des choses inimaginables il y a quelque temps, grâce aux résultats de l'élection présidentielle, sont en train de bouger."

Sur franceinfo canal 27, Alexis Corbière veut croire à un accord avec le PS et le PCF, au lendemain de l'alliance avec les écologistes.

08h07 : "La direction du Parti socialiste se range derrière le frondeur qui a réussi."

Sur RTL, l'élu PS, opposé de longue date à tout accord avec Jean-Luc Mélenchon, regrette les tractations en cours et compare ce dernier à l'opposition interne qui avait compliqué le mandat de François Hollande.

09h02 : Bonjour @Legislatives. Vous avez raison sur le papier : le président de la République nomme le Premier ministre et rien n'empêcherait Emmanuel Macron, en cas d'éventuelle victoire de la gauche, de choisir une autre personnalité issue de la nouvelle majorité. Sauf qu'en pratique, les députés refuseraient très probablement d'adouber une autre personnalité que le leader "insoumis". Ce qui pourrait contraindre le président à suivre leur choix. C'est ce qu'il s'est passé lors des précédentes cohabitations. En 1986, François Mitterrand aurait pu nommer un autre représentant du RPR que Jacques Chirac, mais les députés de droite ne l'auraient pas laissé faire.

07h37 : Bonjour, M. Mélenchon appelle les citoyens à le nommer Premier ministre ; mais n'est-ce pas le Président qui nomme le PM ? Si l'union de la gauche emporte les législatives, le président Macron choisira qui bon lui semble dans ce parti, non ?