Covid-19 : Jean-Michel Blanquer était en vacances à Ibiza lorsqu'il a annoncé le nouveau protocole sanitaire dans les écoles

"Ce n'est pas parce qu'il n'était pas là qu'il n'était pas au travail", assure le cabinet du ministre de l'Éducation nationale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre français de l'Education, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, à l'Elysée à Paris, le 22 décembre 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'entretien polémique de Jean-Michel Blanquer au journal Le Parisien, pour annoncer un nouveau protocole sanitaire dans les écoles à la veille de la rentrée scolaire, le 2 janvier dernier, a en fait été réalisé alors que le ministre de l'Éducation nationale était en vacances à Ibiza, aux Baléares, en Espagne, a appris franceinfo auprès du ministère, lundi 17 janvier, confirmant une information de Mediapart.

>> Protocole sanitaire à l'école : Jean-Michel Blanquer critiqué par les oppositions pour avoir annoncé les règles depuis Ibiza

"Ce n'est pas parce qu'il n'était pas là qu'il n'était pas au travail, qu'il n'était pas connecté et loin de ce qu'il se passait", assure de son côté le cabinet du ministre Jean-Michel Blanquer. "Le ministre travaille, ce n'est pas parce qu'il aurait été au bureau que cela aurait changé les choses, déclare-t-il. L'équipe était là et lui était en permanence en lien avec nous en télétravail."

"Le symbole est terrible" pour les syndicats

En pleine cinquième vague du Covid-19, le ministère affirme donc que les vacances du ministre n'ont pas eu d'incidence sur la mise en place tardive du protocole, qui a par la suite été allégé par Jean Castex. "Le symbole est terrible, relève tout de même sur franceinfo la secrétaire générale du syndicat SNES-FSU Sophie Vénétitay. Bien évidemment, tout le monde a le droit de prendre des vacances mais là, on était la veille d'une rentrée très particulière."

"On attendait tous de savoir comment on allait faire la rentrée et on découvre qu'en fait, le ministre était à des milliers de kilomètres de là !"

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du syndicat SNES-FSU

à franceinfo

Alors que plusieurs syndicats ont lancé un nouvel appel à la grève jeudi 20 janvier dans les écoles, les collèges et les lycées après le mouvement d'ampleur de jeudi dernier, "cette révélation alimente la fracture et le sentiment de mépris que peuvent avoir beaucoup de personnels dans l'Education nationale", estime Sophie Vénétitay. "Jean Castex était notre interlocuteur la semaine dernière. Là, ça ne va pas arranger nos relations avec le ministre."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gouvernement de Jean Castex

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.