Assemblée nationale : l'alliance de gauche Nupes annonce le dépôt d'une motion de censure, demain, contre le gouvernement d'Elisabeth Borne

La Première ministre ne sollicitera pas de vote de confiance à l'Assemblée nationale. "On ne maltraite pas la démocratie impunément. Nous vous ferons donc venir de force devant le Parlement", avait lancé Mathilde Panot, cheffe de file des députés LFI.

L\'Assemblée nationale, le 29 juin 2022.
L'Assemblée nationale, le 29 juin 2022. (STEPHANE MOUCHMOUCHE / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les quatre groupes de la Nupes vont déposer une motion de censure contre le gouvernement d'Elisabeth Borne, mercredi 5 juillet à 14h30, selon plusieurs de ses membres à la veille de la déclaration de politique générale de la Première ministre. Ses signataires la présentent comme une "motion de défiance" à l'égard d'Elisabeth Borne, qui n'a pas prévu de demander un vote de confiance mercredi. 

"Cela mettra chacune et chacun face à ses responsabilités", a affirmé devant la presse la présidente des députés LFI Mathilde Panot. Les quatre groupes de gauche au Palais-Bourbon – LFI, PCF, écologiste, PS – s'y associent mais certains députés individuellement pourraient ne pas la cosigner, comme la socialiste Valérie Rabault qui a pris ses distances vis-à-vis de la Nupes. Ce direct est désormais terminé. 

Elisabeth Borne ne sollicitera pas la confiance des parlementaires. La Première ministre "ne sollicitera pas la confiance des parlementaires" mercredi lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée et au Sénat, a annoncé lundi le nouveau porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.  Une décision qui ne passe pas du côté du groupe La France insoumise, qui a dit vouloir déposer une motion de censure dès mercredi.

Le ministre François Braun évoque un "système de santé à bout de souffle". "Les urgences (...) sont malades, l'hôpital public n'est pas bien, et tout notre système de santé est à bout de souffle." Le nouveau ministre de la Santé, François Braun, a promis, lundi, de s'atteler "en urgentiste" aux dossiers qui l'attendent, dont la crise de l'hôpital.

Emmanuel Macron prend acte du refus des "partis de gouvernement" de participer à une coalition. Emmanuel Macron a déploré, lundi, le refus des "partis de gouvernement" de participer à "toute forme de coalition", en préambule du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement d'Elisabeth Borne.

Vingt et un sièges vacants à l'Assemblée nationale pour la majorité. Après avoir perdu la majorité absolue lors des élections législatives, Emmanuel Macron va désormais devoir se passer de 21 précieux sièges à l'Assemblée nationale. Avec le remaniement annoncé lundi, 11 députés ont en effet fait leur entrée dans le nouveau gouvernement en plus des 10 députés-ministres déjà en fonction dans le premier gouvernement d'Elisabeth Borne.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

23h00 : C'est le moment de vous présenter le "best of" de nos articles de la journée :

Yann Thompsons'est penché sur une étude de grande ampleur, dévoilée mardi par l'Insee et l'Ined. Cette dernière, intitulée "Trajectoire et Origines", montre notamment le sentiment de discrimination augmente en France,surtout chez les femmes.


Quelles sont les étapes qui attendent les mères et les enfants de jihadistes rapatriés en France ? La procédure qui encadre le retour de ces ressortissants qui vivaient jusqu'ici dans des camps de prisonniers jihadistes est désormais rodée, explique Violaine Jaussent.

"Passer de 8 élus à 89, ce n'est pas simple". Antoine Compte vous explique comment le RN tente de former ses nouveaux députés pour poursuivre sa dédiabolisation.

21h41 : "Il n'est pas logique que la Première ministre s'affranchisse de cette règle assez élémentaire : quand on vient présenter un projet politique, on cherche à savoir si il est soutenu par une majorité."

Elisabeth Borne, qui fait ce mercredi sa déclaration de politique générale, n'engagera pas sa responsabilité par un vote de confiance. Un état de fait qui déplait au premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, qui s'est exprimé sur franceinfo.

19h53 : Les députés de la Nupes ont présenté aujourd'hui leurs premières propositions communes sur le pouvoir d'achat. "Insoumis", socialistes, écologistes et communistes se sont mis d'accord autour de propositions déjà connues : le blocage des prix des loyers ou celui de l’essence à 1,40 euros le litre, la hausse du smic à 1 500 euros par mois ou encore l'augmentation des salaires.

19h07 : "Nous ne nous reconnaissons pas dans sa version", affirme un communiqué de La France insoumise, en réaction à la lettre publiée par Taha Bouhafs sur Twitter, quelques semaines après son retrait de la campagne législative. Le militant et journaliste était alors visé par un témoignage relatant des faits de violences sexuelles. Le parti de gauche affirme comprendre que "Taha Bouhafs souhaite se défendre" et affirme qu'il pourra être "entendu par nos instances", tout en rejetant toute faute.

18h45 : Avec le remaniement du gouvernement, de nombreuses appellations sont utilisées pour désigner les membres de l'équipe d'Elisabeth Borne. Ministre, ministre délégué et secrétaire d'État… quelle différence entre ces différentes appellations ? On vous explique tout cela ici.

18h01 : Il est 18 heures, voici le point sur l'actu :

Wout van Aert remporte la quatrième étape entre Dunkerque et Calais et conforte son avance au classement général, avant d'affronter les pavés, demain.


Les groupes de la Nupes (LFI, PS, EELV, PCF) vont déposer et signer ensemble une motion de censure contre le gouvernement. On vous explique comment fonctionne cet outil parlementaire.

#COVID_19 Le ministre de la Santé a annoncé que le seuil des 200 000 cas positifs en 24 heures serait franchi ce soir, avec "une résurgence épidémique sur l'ensemble du territoire".

Les résultats sont disponibles depuis ce matin, sur le site de l'Education nationale et sur la plateforme de franceinfo.fr. Le taux de réussite avant rattrapage est en baisse de 4,7 points, à 86%.


Deux enseignants ont été tués par balles à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, alors que le tireur est en fuite. Voici ce que l'on sait de cette affaire.

17h19 : Bonjour @Sylvie 72 et @taha. Près de deux mois après avoir dû jeter l'éponge dans la campagne des législatives, Taha Bouhafs est revenu pour la première fois sur les accusations portées à son encontre, dans un long message publié sur les réseaux sociaux. L'ancien candidat veut une "procédure juste et équitable" et critique l'attitude de Clémentine Autain et La France insoumise à son encontre.

17h19 : C'est quoi cette histoire entre Clémentine Autain et Taha Bouhafs ?

17h19 : Bonjour FI, un petit mot sur la lettre ouverte de Taha Bouhafs à LFI ?

16h53 : Après le dépôt de la motion de censure, demain après-midi, l'Assemblée nationale ouvre une période de 48 heures pendant laquelle le gouvernement tente de convaincre les indécis de ne pas signer ce texte. "Le vote ne peut avoir lieu que quarante-huit heures après son dépôt", précise d'ailleurs la Constitution. Le règlement de l’Assemblée nationale dispose également que le débat et le vote ne peuvent avoir lieu plus de trois jours de séance après l’échéance de ces 48 heures.

16h47 : La motion de défiance commune aux députés de la Nupes sera déposée demain, à 14h30.

16h12 : Vous êtes nombreux à m'interroger sur la motion de censure déposée demain par les différents groupes de la Nupes. Mon collègue Luc Chagnon vous explique comment fonctionne cet outil parlementaire brandi par LFI contre le gouvernement d'Elisabeth Borne.

15h34 : Bonjour , la motion de censure est votée au scrutin public, à la majorité absolue des membres qui composent l'Assemblée nationale. Seuls sont recensés les votes favorables à la motion de censure, ceux qui s'abstiennent étant considérés comme des soutiens du gouvernement.

15h34 : Le vote des députés est-il secret ? Si non, comment savoir pour quoi notre député a voté ? Merci

15h26 : Bonjour @PasCompris, @Nadia S. et @Sapin, une motion de censure est le moyen pour les députés de contrôler le gouvernement, de le censurer, de le renverser. Une fois la motion déposée, une discussion a lieu à l'Assemblée dans les 48 heures qui suivent. Pendant cette période, le gouvernement tente de convaincre les indécis de ne pas voter la motion qui pourrait lui être fatale.

Pour être adoptée, la motion de censure doit réunir les voix de la majorité absolue des députés, soit 289 voix. Si cette barre est atteinte, la motion de censure est adoptée et le Premier ministre présente la démission de son gouvernement au président de la République. Si cette barre n'est pas atteinte, comme ce devrait être le cas demain, le gouvernement reste en place.

15h14 : Bonjour FI, concrètement, combien de voix faudrait-il pour destituer le gouvernement ?

15h14 : Combien de votes faut-il pour que la motion de censure soit validée ?

15h14 : Qu'est ce qu'une motion de censure et à quoi sert-elle ?

14h52 : Sur cette motion de censure à venir, le RN et Les Républicains ont déjà déclaré qu'ils ne voteraient pas le texte déposé par La France insoumise. Avec moins de 150 voix pour, le vote de cette motion paraît donc impossible. Sauf retournement de situation, le gouvernement d'Elisabeth Borne ne sera pas renversé.

14h44 : Les quatre groupes de la Nupes vont voter la motion de censure déposée, demain, par La France insoumise, contre la Première ministre Elisabeth Borne. C'est ce qu'a appris franceinfo auprès des formations politiques concernées.

14h39 : Trois groupes sur quatre au sein de la Nupes : selon les informations de franceinfo, les députés socialistes vont "soutenir" la motion de censure déposée par La France insoumise, demain, contre Elisabeth Borne. Après le soutien des écologistes, seuls les communistes n'ont pas encore répondu à cet appel lancé par LFI.

15h45 : On vient d'apprendre que les députés écologistes allaient voter la motion de censure contre le gouvernement, comme l'a affirmé Julien Bayou (EELV) à BFMTV. La décision des socialistes et des communistes se fait encore attendre.

14h27 : Conférence de presse des groupes de la #NUPES pour présenter notre proposition de loi sur le pouvoir d’achat. A ⁦@Elisabeth_Borne⁩ de répondre demain et de montrer son ouverture aux mesures d’urgence de la gauche et des écologistes ! https://t.co/zn2grliYmc

14h27 : Les différents groupes politiques de la Nupes (LFI, PS, PC et EELV) ont organisé une conférence de presse commune, tout à l'heure. L'objectif ? Présenter leur proposition de loi sur le pouvoir de d'achat, à la veille de la déclaration de politique générale d'Elisabeth Borne. Je vous dis très vite si les quatre groupes voteront la motion de censure déposée par les "insoumis".

13h22 : Après un difficile et long silence, c’est le moment pour moi de reprendre la parole, pour vous donner les explications que je vous dois. Et demander les réponses que l’on me doit. Lettre ouverte à la @FranceInsoumise1/2 https://t.co/PXrXkvC2I1

13h25 : Taha Bouhafs reprend la parole, près de deux mois après son éviction aux législatives. Le journaliste engagé, visé par des accusations de violences sexuelles, demande notamment "une procédure juste et équitable" dans laquelle il pourrait savoir ce qui lui est "exactement" reproché. Il dit également que Clémentine Autain, députée LFI, l’a encouragé à dire qu’il quittait la campagne car il était victime d’attaques racistes.

13h00 : Faisons un point sur les contenus de franceinfo à ne pas rater à la mi-journée :

"Passer de 8 élus à 89, ce n'est pas simple" : à l'Assemblée national, le RN tente de former ses nouveaux députés pour poursuivre sa dédiabolisation. Antoine Comte vous raconte ce processus délicat ici.

Selon une étude de la Fondation Jean-Jaurès, 81% des Français sont favorables à l'inscription dans la Constitution du droit à l'avortement.

Voici ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins six morts lors de la fête nationale près de Chicago, hier.

12h53 : Le ministère de la santé me confirme que ce compte usurpe l'identité du ministre. Pourtant @TwitterFrance l'a certifié. Je me demande bien sur quelles bases... Il faut réagir et vite. https://t.co/MW91Sw5Nyw

12h52 : Attention aux comptes Twitter des personnalités politiques, même lorsqu'ils sont certifiés. Le compte @fbraungov usurpe ainsi l'identité du nouveau ministre de la Santé, rapporte un journaliste du média spécialisé APMnews.com.

11h27 : 🗣 "J'avais pas connaissance de cette tribune. Maintenant je pense que les gens peuvent évoluer et heureusement" 🗨 @MarleneSchiappa sur la nomination de Christophe Béchu▶️ #Les4V @Caroline_Roux https://t.co/2fSnj1TENA

11h27 : Interrogée sur les positions anti-mariage pour tous de Christophe Béchu, nouveau ministre de la Transition écologique, et de Caroline Cayeux, chargée des Collectivités territoriales, Marlène Schiappa estime sur France 2 que "les gens peuvent évoluer et heureusement".

11h33 : Yaël Braun-Pivet, nouvelle présidente de l'Assemblée nationale, confirme qu'un accord a été trouvé entre les présidents de groupes parlementaires pour la répartition des sièges dans l'hémicycle, indique une journaliste de France Inter sur Twitter. Dès demain, les députés seront donc répartis par groupes et non plus par ordre alphabétique.

11h02 : "Signal très particulier", "régression", "mépris"... Des élus réagissent au passage des Outre-mer dans le giron de l'Intérieur, note La 1ère. L'annonce risque d'être mal perçue auprès des Ultramarins, selon certains élus. place Beauveau (GUIZIOU FRANCK/HEMIS.FR/HEMIS.FR/HEMIS)

11h11 : Il est 9 heures, on fait le point :

#BAC Ca y est, les résultats du bac sont en ligne pour certaines académies (Nantes, Aix Marseille, La Réunion, Guyane, Mayotte, Orleans-Tours et Reims) ! Vous pouvez les consulter sur le site de l'Education nationale ou sur la plateforme de franceinfo.fr.


Emmanuel Macron réunit ce matin à l'Elysée les membres du gouvernement concernés par les mesures pour le pouvoir d'achat. Objectif : finaliser le projet de loi qui doit être présenté jeudi en Conseil des ministres.

Au moins six personnes ont été tuées et 26 blessés dans une fusillade survenue hier dans la banlieue de Chicago, à Highland Park, lors d'un défilé pour la fête de l'indépendance américaine. Le tireur a été interpellé. Une autre fusillade a eu lieu à Philadelphie, blessant deux policiers.


#IVG Plus de huit Français sur dix (81%) sont favorables à l'inscription dans la Constitution du droit à l'avortement, selon une étude de la Fondation Jean-Jaurès que vous révèle franceinfo en exclusivité. Mais seuls 31% d'entre eux jugent possible que le droit à l'IVG puisse être remis en cause dans un avenir proche.

11h12 : Avant cette réunion, une autre a lieu ce matin à l'Elysée entre Emmanuel Macron et les membres du gouvernement concernés par les mesures pour le pouvoir d'achat. Objectif : finaliser le projet de loi qui doit être présenté jeudi en Conseil des ministres.

08h54 : Le président de la République recevra les parlementaires de la majorité jeudi à 19h15, a appris franceinfo de sources parlementaires.

08h49 : Comment expliquer qu'aussi peu de femmes soient ministres de plein exercice ? "Si la Nupes n'avait pas appelé à ne donner aucune voix à Brigitte Bourguignon, elle serait parmi nous aujourd'hui", a répliqué la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, sur franceinfo, en rappelant que le gouvernement est "paritaire" dans son ensemble. Elle rappelle également qu'une femme est Première ministre et une autre préside l'Assemblée nationale.

08h34 : La socialiste Valérie Rabault, vice-présidente de l'Assemblée nationale, indique sur franceinfo qu'elle n'est "pas favorable" au dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement. "Une motion de censure n'a d'intérêt que si elle est votée et si elle ne l'est pas, ça veut dire qu'on donne raison au gouvernement qui sortirait grandi de cette séquence", a-t-elle justifié, alors qu'une telle motion est proposée par son partenaire, La France insoumise.

08h19 : Le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) dénonce une "parité de façade" dans le nouveau gouvernement, alors que 11 ministres sur 16 sont des hommes. "Malgré la nomination d’Elisabeth Borne en tant que Première ministre, engagement fort", il dénonce "des biais de genre et des stéréotypes de sexe" : quatre hommes sont à la tête des cinq ministères régaliens, et sept femmes à la tête des neuf ministères sociaux.

08h04 : "Il ne faut pas comparer ce qui n'est pas comparable. (...) Damien Abad ne pouvait plus continuer à travailler dans de bonnes conditions", avance le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, sur France Inter, pour justifier son départ du gouvernement, tandis qu'Eric Dupond-Moretti, mis en examen, ou Chrysoula Zacharopoulou, visée par deux plaintes pour viol, sont, eux, maintenus dans l'équipe d'Elisabeth Borne.

07h54 : "On continuera de prendre des mesures pour le pouvoir d'achat des Français mais on le fera dans une trajectoire de réduction des déficits", assure Gabriel Attal sur RTL. Comment le faire alors que les prévisions de croissance sont en baisse ? "On a un taux de chômage au plus bas depuis 15 ans, ce qui fait des recettes supplémentaires pour l'Etat", argumente le ministre des Comptes publics.

08h04 : "Le souhait, c'est d'avoir des ministres capables d'exercer leur mission sereinement. (...) Damien Abad va pouvoir s'exprimer et se défendre sereinement" en dehors du gouvernement, justifie Gabriel Attal, ministre chargé des Comptes publics, sur RTL, pour expliquer le départ du ministre visé par une enquête pour "tentative de viol".

07h20 : Le RN passe de 8 à 89 députés : un défi pour le parti d'extrême droite, qui rêve de finaliser sa dédiabolisation en se présentant comme un parti de gouvernement comme un autre. Notre journaliste Antoine Comte vous raconte comment il veut s'y prendre. Marine Le Pen, présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale, le 21 juin 2022. (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / AFP)(ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / AFP)

07h31 : "Je ne comprends pas comment Elisabeth Borne a pu accepter une telle régression."

Le remaniement ministériel voit le nombre de femmes ministres de plein exercice réduit à cinq contre onze hommes même si la parité est respectée en prenant en compte les ministres délégués et secrétaires d'Etat. "Emmanuel Macron fait un recul qui est inquiétant", ajoute la sénatrice PS de l’Oise sur franceinfo.

07h55 : Sans grande surprise, bon nombre de vos journaux s'intéressent ce matin à la composition du gouvernement remanié d'Elisabeth Borne, dévoilée hier. Les commentaires ne sont pas dithyrambiques, de L'Opinion à L'Humanité.Abonnement à L’Opinion Pas Cher avec le Bouquet 15 crédits ePresse.frPortada de l'Humanite (France)Abonnement à Libération Pas Cher avec ePresse.fr