Cet article date de plus d'un an.

Déclaration de politique générale : Elisabeth Borne ne sollicitera pas la confiance des parlementaires

Sans majorité absolue, le gouvernement d'Elisabeth Borne se voit contraint de chercher des majorités au cas par cas, selon les textes. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La Première ministre Elisabeth Borne à l'Elysée, à Paris, le 4 juillet 2022. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Elle ne se pliera pas à l'usage, faute de majorité. La Première ministre Elisabeth Borne "ne sollicitera pas la confiance des parlementaires" mercredi, lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée et au Sénat, a annoncé lundi 4 juillet le nouveau porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.

>> Suivez l'actualité politique dans notre direct au lendemain du remaniement

"Nous ne sommes pas certains que les conditions de cette confiance auraient été réunies (…) Nous travaillerons texte par texte" pour construire des majorités, a-t-il précisé à l'issue du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement Borne. "La confiance ne se décrète pas a priori, elle se construit patiemment texte après texte", a lancé Olivier Véran, qui a estimé que la main était "tendue avec bienveillance" aux parlementaires des oppositions.

Les précédents Edith Cresson et Michel Rocard

Sans majorité absolue, le gouvernement d'Elisabeth Borne se voit contraint de chercher des majorités au cas par cas, selon les textes. Tous les Premiers ministres de la Ve République se sont pliés à l'exercice de la déclaration de politique générale, mais plusieurs d'entre eux, comme Edith Cresson et Michel Rocard, ne l'ont pas fait suivre d'un vote de confiance.

Toutefois, cette décision ne passe pas du côté du groupe La France insoumise, qui a dit vouloir déposer une motion de censure dès mercredi, ce qui nécessite la signature d'au moins un dixième des députés. Elle doit ensuite être adoptée à la majorité absolue pour renverser le gouvernement.

"On ne maltraite pas la démocratie impunément", a tweeté la cheffe de file du groupe LFI à l'Assemblée nationale, Mathilde Panot, qui entend faire "venir de force" la Première ministre "devant le Parlement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.