Assistants parlementaires du FN : la justice européenne confirme que Marine Le Pen devra rembourser 300 000 euros au Parlement européen

La présidente du Rassemblement national a été déboutée d'un recours au sujet de cette décision prise en 2016.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen lors d\'un meeting en vue des élections européennes, le 21 mai 2019 à Villeblevin (Yonne).
La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen lors d'un meeting en vue des élections européennes, le 21 mai 2019 à Villeblevin (Yonne). (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Marine Le Pen devra bien s'acquitter d'un remboursement de 300 000 euros au Parlement européen, dans l'affaire des assistants parlementaires des députés européens FN. La justice européenne a rejeté, mardi 21 mai, un pourvoi de la présidente du Rassemblement national, dans une ordonnance consultée par "L'Oeil du 20 heures" de France 2.

Le Parlement européen avait décidé de demander le recouvrement de cette somme fin 2016. Marine Le Pen, qui contestait cette décision, avait été déboutée par le Tribunal de l'Union européenne en juin 2018. Elle avait déposé un pourvoi auprès de la Cour de justice de l'UE. Dans son ordonnance, celle-ci estime que le recours est "irrecevable" et "non fondé".

Le Parlement européen, qui s'appuie sur une enquête de l'organisme antifraude de l'Union européenne, considère que le salaire d'assistante parlementaire de Catherine Griset, versé entre 2010 et 2016, n'était pas justifié car elle n'aurait travaillé que pour le Front national en France, notamment comme directrice de cabinet de Marine Le  Pen.

Contactée par franceinfo, Marine Le Pen a dénoncé une "boule puante". "Personne n'est dupe", a-t-elle ajouté, sans davantage de commentaires. En mars, Marine Le Pen avait déjà été déboutée d'un recours similaire contre une demande de remboursement de 41 000 euros liée à l'emploi d'un autre assistant parlementaire, Thierry Légier, qui était son garde du corps. En février, la Cour de cassation française avait rejeté les demandes d'annulation de l'enquête ouverte en France contre le Front national dans cette affaire. Marine Le Pen est mise en examen.