Assistants parlementaires du FN : les juges aggravent la mise en examen de Marine Le Pen en "détournement de fonds publics"

La présidente du Rassemblement national (ex-FN) était entendue vendredi 12 octobre au palais de justice de Paris, selon les informations de franceinfo. 

Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national.
Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Les juges ont aggravé la mise en examen de Marine Le Pen en "détournement de fonds publics" vendredi 12 octobre, dans l’affaire des assistants parlementaires européens du FN, a appris franceinfo par Marine Le Pen. "Il n'y a aucun fait nouveau, mais une requalification", a indiqué l'ancienne présidente du FN.

Marine Le Pen était entendue vendredi au palais de justice de Paris. Elle était jusque-là mise en examen depuis juin 2017 pour "abus de confiance" et "complicité d’abus de confiance" dans l’affaire des assistants parlementaires européens du FN.

Marine Le Pen n'a pas répondu aux questions des juges sur le fond, arguant qu'elle attendait une décision de la Cour de cassation sur un recours devant être examiné le 27 novembre. "L'autorité judiciaire ne peut s'ériger en arbitre" de son travail politique de député, a-t-elle argumenté. "Nous sommes totalement innocents des faits qui nous sont reprochés", a-t-elle répété.

Une information judiciaire a été ouverte le 15 décembre 2016 pour abus de confiance et recel, escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé. L'enquête vise à déterminer si des assistants parlementaires de députés européens FN ont été rémunérés indûment par Bruxelles, alors qu’ils ne travaillaient que pour le parti.

Plusieurs dossiers judiciaires

L’ex-Front national et sa présidente sont par ailleurs impliqués dans plusieurs dossiers judiciaires. Au total, trois procédures judiciaires ont été ouvertes sur les campagnes électorales de 2012 à 2015 de l'ex-Front national. Dans un de ces dossiers, les juges d'instruction du pôle financier ont renvoyé en correctionnelle, le 14 septembre, deux proches de Marine Le Pen et un mouvement satellite du parti, l'association Jeanne.

Marine Le Pen est par ailleurs visée depuis septembre par une enquête préliminaire pour avoir publié sur Twitter un acte de procédure la concernant. Mise en examen en mars par le parquet de Nanterre pour avoir publié des photos d'exactions du groupe Etat islamique sur Twitter, Marine Le Pen avait rendu publique l'ordonnance de la juge d'instruction demandant une expertise psychiatrique.