"Je n'irai pas" : Marine Le Pen refuse de se soumettre à une expertise psychiatrique pour ses tweets sur l'Etat islamique

Dans cette affaire, la présidente du Rassemblement national est mise en examen pour "diffusion d'images violentes" après avoir posté sur Twitter, en 2015, des photos de l'Etat islamique.

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, le 16 septembre 2018 à Fréjus (Var).
La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, le 16 septembre 2018 à Fréjus (Var). (YANN COATSALIOU / AFP)

"Je n'irai pas, bien entendu, me soumettre à cette expertise psychiatrique" : depuis la salle des Quatre colonnes de l'Assemblée nationale, Marine Le Pen s'est brièvement adressée à la presse, jeudi 20 septembre. "J'attends de voir comment les magistrats comptent m'y contraindre", a ajouté la présidente du Rassemblement national. 

Plus tôt dans la journée, elle s'était insurgée contre le fait d'être invitée à se soumettre à une expertiste psychiatrique  dans l'affaire des photos de l'Etat islamique diffusées sur Twitter en 2015. "Je croyais avoir eu droit à tout, avait-elle écrit sur Twitter. Jusqu'où vont-ils aller ?" 

Dans cette affaire, Marine Le Pen est mise en examen pour "diffusion d'images violentes", un délit passible de trois ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende. Tout était parti d'une émission de RMC, où Jean-Jacques Bourdin avait dressé un parallèle entre le Front national et le groupe Etat islamique. Des propos qui avaient mis hors d'elle la présidente du mouvement. Elle avait riposté en postant sur le réseau social des photos d'exécutions perpétrées par le groupe jihadiste, avec ce commentaire : "Jean-Jacques Bourdin, Daech, c'est ça."

Une procédure "automatique" 

Contacté par franceinfo, Jacky Coulon, secrétaire national de l'Union syndicale des magistrats (USM), estime qu'il s'agit d'une procédure "automatique""Il y a une expertise psychiatrique obligatoire dans le cadre de la mise en examen lorsqu'il s'agit d'une diffusion de message violent, ajoute-t-il. C'est effectivement l'application de l'article 706-47 du Code de procédure pénale. L'argument de l'acharnement judiciaire ne tient donc pas du tout. C'est une personnalité politique, mais on ne peut pas dire qu'il s'agit d'une décision politique." Le magistrat précise que Marine Le Pen peut refuser de répondre à la convocation.

Une analyse pas forcément partagée par le leader de La France insoumise. Jean-Luc Mélenchon a, en effet, critiqué cette expertise psychiatrique sur Twitter, estimant entre autres que "madame Le Pen est politiquement responsable de ses actes politiques. Tous les moyens ne sont ni bons ni acceptables pour la combattre."