Ambitieux, talentueux, clivant : retour sur le parcours politique de Benoît Payan, probable futur maire de Marseille

Il est en bonne position pour devenir le plus jeune maire de Marseille : Benoît Payan, 42 ans, aujourd'hui premier adjoint, est candidat après la démission surprise de Michèle Rubirola. Jusqu'ici ils fonctionnaient en duo, mais la maire démissionnaire souhaite que le binome s'inverse.

Article rédigé par
Mathilde Vinceneux - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Benoît Payan lors d'une conférence à Marseille (France) le 24 septembre 2020. Il assure alors l'intérim de Michèle Rubirola. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Benoît Payan commence la politique très jeune, à Marseille, là où il est né. Marie-Arlette Carlotti, sénatrice socialiste des Bouches-du-Rhône, l'a vu grandir en politique : "Je l'ai connu tout jeune, il avait 14 ou 15 ans et voulait adhérer aux Jeunes Socialistes. Il a fait une lettre de motivation ! Déjà il avait pointé du doigt l'avenir de cette ville, sans penser qu'il allait avoir des responsabilités. Il est engagé dans le combat politique contre toute la misère du monde." Benoît Payan finira par devenir, des années plus tard, secrétaire général du Mouvement des Jeunes Socialistes.

Il travaille avec Marie-Arlette Carlotti, lorsqu'elle était ministre dans le gouvernement Ayrault en 2012. Il oeuvre également beaucoup dans l'ombre des figures locales du socialisme, à la région au côté de Michel Vauzelle, au département sous la présidence de Jean-Noël Guérini, le baron local, noyé dans les affaires. Ambitieux, Benoît Payan ? 

"Oui il a une ambition, une envie énorme. Mais il n'a pas 'les dents qui rayent le plancher', ce n'est pas son style."

Marie-Arlette Carlotti, sénatrice socialiste

à franceinfo

En 2014, il est élu conseiller municipal à Marseille. Il préside le groupe socialiste d'opposition et dénonce à ce titre à de nombreuses reprises la politique du maire de droite Jean-Claude Gaudin, notamment l'état déplorable des écoles à Marseille. Un an plus tard, en 2015, il est élu au département au côté de Michèle Rubirola : c'est là que commence leur duo, et il oeuvre pour la création d'une union de la gauche. Olivia Fortain, adjointe à la maire de Marseille, se souvient : "Il était convaincu et convaincant. Il savait bien, comme d'autres, que cette élection municipale de 2020 était un moment historique, parce qu'il était temps de mettre un terme à 25 ans d'incurie à Marseille."

Trop clivant pour être tête de liste

Pourtant, considéré comme "trop clivant", il doit renoncer à la tête de liste. Mais après la victoire électorale du "Printemps marseillais" et dès l'investiture de la nouvelle équipe municipale le 4 juillet 2020, il est toujours sur le devant de la scène, toujours sur la photo au côté de la maire Michèle Rubirola. En septembre dernier, il la remplace pendant un mois, quand elle s'absente après une opération chirurgicale. Il préside le Conseil municipal à sa place et donne une conférence de presse en fustigeant le gouvernement et le ministre de la santé Olivier Véran pour leur décision de fermer des bars et restaurants à Marseille. Bref : c'est un professionnel qui sait parfaitement faire de la politique. L'un de ses plus grands adversaires politiques le reconnaît : c'est un orateur brillant, un jeune talentueux, il fera sans doute un très bon maire.

Portrait de Benoît Payan, probable futur maire de Marseille : reportage de Mathilde Vinceneux
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.