Cet article date de plus de huit ans.

Ziad Takieddine renvoyé en prison après avoir bravé une interdiction de quitter la France

L'homme d'affaires franco-libanais, personnage central de l'affaire Karachi, avait été appréhendé, lundi, à Londres.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'homme d'affaires libanais Ziad Takieddine, mis en examen dans l'affaire Karachi, le 12 avril 2013. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La justice française a décidé, mardi 31 décembre, de placer l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine en détention provisoire pour non respect de son contrôle judiciaire, qui lui interdisait de quitter le territoire français. Il avait été interpellé, la veille, à Londres. Ce personnage clé de l'affaire Karachi, dans laquelle il est mis en examen, avait obtenu de récupérer son passeport pendant quinze jours, mais seulement pour se rendre au Sénégal pour des raisons professionnelles.

Ziad Takieddine a été interpellé, lundi, par la police aux frontières française, à la gare de Saint-Pancras, à Londres, alors qu'il s'apprêtait à prendre le train pour rentrer à Paris. L'homme d'affaires s'était également rendu à Beyrouth, au Liban, pour les fêtes.

Un de ses avocats fait appel

Evoquant "un vrai problème d'humanité dans cette décision", l'un de ses avocats, Joseph Cohen-Sabban, a immédiatement annoncé, mardi, qu'il faisait appel de la décision devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. 

"On lui mène la vie dure un 31 décembre", a dénoncé son autre avocat Dominique Penin. Selon lui, Ziad Takieddine "a voulu faire un crochet par Londres pour croiser ses enfants pour les fêtes de fin d'année". "C'est un homme de 64 ans et on l'arrête alors qu'il repartait en France", a déploré l'avocat.

Ziad Takieddine a passé cette année plus de trois mois en détention provisoire. Déjà soumis à une interdiction de quitter le territoire dans le cadre de son contrôle judiciaire, il était alors soupçonné d'avoir monnayé, pour 200 000 dollars, l'obtention d'un vrai-faux passeport diplomatique de la République dominicaine pour "préparer une cavale",selon les enquêteurs. Ces accusations avaient été qualifiées de "fable" par ses avocats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.