On vous explique les soupçons de conflit d'intérêts visant le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler

L'association anticorruption Anticor porte plainte contre Alexis Kohler pour "prise illégale d'intérêts", "trafic d'influence" et "corruption passive".

Le secrétaire général de l\'Elysée, Alexis Kohler, le 24 octobre 2017, à Paris.
Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, le 24 octobre 2017, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Il est "le plus puissant haut fonctionnaire de France", selon Le Monde. Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, est visé par une plainte de l'association Anticor pour "prise illégale d'intérêts", "trafic d'influence" et "corruption passive". Une enquête a été ouverte, a annoncé dans la foulée le parquet national financier, lundi 4 juin. Elle vise des soupçons de conflit d'intérêts entre ses postes dans la fonction publique et ses liens avec l'armateur italo-suisse MSC. On vous résume le dossier.

>> Suivez les dernières infos sur l'affaire Alexis Kohler dans notre direct

Quelle est l'origine de l'affaire ?

S'appuyant sur des révélations de Mediapart, Anticor pointe les liens familiaux et professionnels étroits qui existent entre le bras droit d'Emmanuel Macron et l'armateur italo-suisse Mediterranean Shipping Company, plus connue sous ses initiales de MSC, géant des croisières et client important des chantiers navals STX de Saint-Nazaire.

Alexis Kohler concédait à L'Express en juillet 2017 être un cousin "lointain" d'un actionnaire de MSC. Mais le secrétaire général de l'Elysée est en réalité parent avec la famille italienne Aponte, la fondatrice et la propriétaire de MSC, comme l'a révélé Médiapart. La mère d'Alexis Kohler est la cousine germaine de Rafaela Aponte, qui a cofondé l'entreprise avec son mari Gianluigi en 1970.

Qu'est-il reproché à Alexis Kohler ? 

Il a occupé des postes-clés dans le même secteur que MSC. Au début des années 2010, l'actuel secrétaire général de l'Elysée travaille à l'Agence des participations de l'Etat (APE). Il s'y occupe du secteur des transports. A ce titre, il siège aux conseils d'administration de Renault, d'Aéroports de Paris, mais aussi des chantiers STX de Saint-Nazaire. "Alexis Kohler ne pouvait ignorer qu'il existait un conflit d'intérêts à représenter l'Etat français [chez STX France] alors même que sa famille était propriétaire de l'un de ses principaux clients", accuse Anticor.

Selon l'association anticorruption, le conflit d'intérêts continue. Alexis Kohler devient directeur adjoint du cabinet de Pierre Moscovici, alors ministre de l'Economie et des Finances, de mai 2012 à mars 2014, puis directeur de celui d'Emmanuel Macron, d'août 2014 à août 2016. Le haut fonctionnaire occupe des postes stratégiques à Bercy alors que l'Etat surveille de près le dossier très politique des chantiers navals de Saint-Nazaire, les derniers de France.

Le haut fonctionnaire a même travaillé pour l'armateur. Alexis Kohler quitte les services de l'Etat en août 2016 pour devenir directeur financier de MSC à Genève. Tout en occupant ses nouvelles fonctions, il s'engage dans la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. "Je me suis occupé de recruter et de former l'équipe, de mettre en place les fondements du mouvement; puis du programme en assurant la coordination des équipes", explique-t-il à L'Express.

Il revient cependant en mars 2017 à Bercy, à l'occasion d'une réunion consacrée aux chantiers navals de Saint-Nazaire. MSC, son nouvel employeur, tente alors d'empêcher le rachat des chantiers STX par le constructeur italien de paquebots Fincantieri. En vain. "J'avoue que nous avons été tous très surpris de découvrir le nom d'Alexis Kohler dans la délégation des armateurs, glisse à Mediapart Christophe Sirugue, alors secrétaire d'Etat à l'Industrie. Au point que mes services ont demandé l'avis de la commission de déontologie pour vérifier s'il pouvait y participer, s'il n'y avait quelque incompatibilité. Formellement, rien ne s'opposait à sa présence."

Comment l'exécutif défend Alexis Kohler ? 

Le secrétaire général de l'Elysée assure qu'il n'a jamais caché ses liens familiaux, indique Le Monde. L'Elysée affirme au quotidien qu'"Alexis Kohler a toujours informé sa hiérarchie de ses liens personnels" avec MSC : elle juge les "soupçons totalement infondés". S'il est resté administrateur des chantiers navals lorsqu'il officiait à l'APE, "c'est à la demande expresse de ses supérieurs", assure au journal l'entourage d'Emmanuel Macron.

L'entourage d'Emmanuel Macron souligne les décisions concernant la participation de l'Etat dans les chantiers navals n'étaient pas prises par Alexis Kohler, mais par la direction du Trésor. Selon l'Elysée, cité par Le Monde, Alexis Kohler, lorsqu'il était à Bercy, s'est à chaque fois "déporté", quand était abordé le dossier des chantiers navals. "C'est Julien Denormandie [actuel secrétaire d'Etat et ex-conseiller à Bercy auprès de Pierre Moscovici et Emmanuel Macron] qui s'occupait de ces sujets", assure la présidence de la République.

"Lors des très nombreuses réunions à Bercy qui ont ponctué ces années, je n'ai jamais croisé Alexis Kohler, resté visiblement à l'écart de ce dossier", abonde dans Le Monde une source anonyme interne à MSC. Ce que des hauts fonctionnaires, présents à Bercy à cette époque, confirment également au quotidien.