Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Le pape François, son ennemi, c'est la finance

François est le plus populaire des papes. Un pape normal. Il parle librement et vit humblement au Vatican. Son combat : la finance. "Complément d'enquête" l'a suivi lors d'une rencontre avec des chômeurs calabrais, place Saint-Pierre à Rome.

Voir la vidéo
avatar
Valerie KowalFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"C'est une injustice de ne pas avoir de travail. Quand on n'arrive pas à gagner son pain, on perd sa dignité. C'est le drame de notre époque." Les paroles du pape François vont droit au cœur des milliers de pèlerins de la place Saint-Pierre. C'est un pape accessible, chaleureux et populaire. Depuis son élection, en 2013, il ne cesse de désacraliser son image. Et surtout, c'est un pape qui parle du chômage et condamne la finance. Il en a fait l'une de ses priorités. C'est la première fois qu'un souverain pontife s'intéresse à l'économie réelle.

Après la messe, il passe une heure à serrer des mains et embrasser les plus fervents. Et ce jour-là, il a rendez-vous avec un groupe de chômeurs calabrais. Une conversation à bâtons rompus s'engage aussitôt. "C'est terrible de penser que plus de 40 % des jeunes Italiens n'ont pas de travail. (...) Ce système économique met au centre le Dieu argent et pas la personne humaine. C'est l'argent qui commande."  Le pape parle librement, et cela étonne.