Cet article date de plus d'un an.

"J'ai vu tellement de soutien pour Trump" : l’absence de "vague bleue" lors de l'élection américaine ne surprend pas côté démocrate

Dans le fief de Joe Biden, à Wilmington dans le Delaware, les électeurs démocrates ne sont pas étonnés par le coude-à-coude avec Donald Trump dans la course à la Maison Blanche.

Article rédigé par
Sébastien Paour - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une supportrice du candidat démocrate Joe Biden regarde les résultats de l'élection américaine sur un écran géant devant le Chase Center de Wilmington dans le Delaware, le 4 novembre 2020 (photo d’illustration). (ROBERTO SCHMIDT / AFP)

Joe Biden sera-t-il le 46e président des États-Unis ? L’incertitude règne encore jeudi 5 novembre sur les résultats de l’élection américaine. Le décompte des votes a toujours lieu dans certains États-clés comme la Pennsylvanie ou la Géorgie. Le candidat démocrate est pour l’instant en tête, mais on est loin de la "vague bleue" annoncée. Une absence qui n’étonne pas vraiment les électeurs du camp Biden dans son fief de Wilmington dans le Delaware.

>> Suivez le résultat de l'élection américaine dans notre direct

Cette vague bleue, les sondeurs la voyaient déferler sur les États pris par Donald Trump en 2016, ou sur d’autres plus volontiers républicains. Parmi les explications de ce coude-à-coude dans la course à la Maison Blanche, il y a pour Laurie la campagne de terrain très dense du milliardaire président : "Je ne suis pas surprise que ce ne soit pas aussi bleu que ce qu’ils imaginaient parce que j'ai vu tellement de soutien pour Trump, des réunions ou des drapeaux."

Je pensais même que Donald Trump ferait beaucoup mieux que ce qu'il a fait [en 2016].

Laurie

Pour Robert, qui porte un t-shirt "Obama 2008", les millions de dollars dépensés par le camp Biden auraient dû lui permettre de remporter de nouveaux États : "Ça coûte encore beaucoup d’argent, et vous devez choisir où vous vous voulez le dépenser."

Joe Biden avait un peu plus de liberté pour aller au Texas ou en Floride, et y dépenser de l'argent, tout en continuant à se rendre sur ses principaux champs de bataille.

Robert

La vague démocrate était peut-être "une chimère", explique encore Robert, mais il veut croire que la vaguelette finira par grossir. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Présidentielle américaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.