États-Unis : le Nebraska souhaite renforcer la main d’œuvre étrangère

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
États-Unis : le Nebraska souhaite renforcer la main d’œuvre étrangère
États-Unis : le Nebraska souhaite renforcer la main d’œuvre étrangère États-Unis : le Nebraska souhaite renforcer la main d’œuvre étrangère (Franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - B. Mousset, A. Lévêque
France Télévisions
franceinfo
La Maison-Blanche a annoncé, mardi 18 juin, la mise en place de mesures permettant la régularisation de centaines de milliers de personnes. Une décision salutaire pour le Nebraska (États-Unis), en quête de main d’œuvre, notamment dans le secteur de l'automobile.

Dans l’État du Nebraska (États-Unis), les immenses champs de blé saturent le paysage. Un territoire rural à l’électorat conservateur, au milieu duquel se dressent quelques usines. Parmi ces dernières, celle de la multinationale japonaise Kawasaki. L’activité du gigantesque entrepôt situé à Lincoln repose notamment sur le travail de la main d’œuvre étrangère. "Les travailleurs immigrés représentent 30 % des effectifs. Sans eux, nous serions obligés d’arrêter le travail et de refuser des contrats", explique le président de l’usine, Mike Boyle.

Des postes non pourvus et une baisse de la natalité

Ramiro Avalos fait partie de ces travailleurs. Originaire du Mexique, cet homme a fui le pays, en compagnie de sa femme et de ses enfants, pour occuper la fonction d’inspecteur-qualité à l’usine de Kawasaki. "Nous avons aimé le cadre de vie à Lincoln", dit-il. Des cours d’anglais sont aussi dispensés pour les étrangers. Le patronat veut continuer à attirer ces travailleurs immigrés pour pallier des problèmes structurels. "Nous avons entre 50 000 et 80 000 emplois à pourvoir. Le Nebraska subit une baisse de la natalité", déplore Bryan Slone, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Nebraska.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.