"S'il ne va pas en prison, ce sera un simulacre de justice" : anti et pro Trump attendaient l’ancien président américain devant le tribunal à Washington

Le milliardaire, accusé d'avoir multiplié les mensonges pour tenter de renverser le résultat du scrutin après sa défaite de 2020, y faisait face à une juge pour une troisième inculpation.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
"Les présidents ne sont pas des rois", brandit sur une pancarte un manifestant à l'adresse de l'ancien président alors que sa voiture arrive au tribunal fédéral de Washington où l'attend la juge pour sa troisième inculpation. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Après New York, et Miami, la "kermesse" s'était déplacée jeudi 3 août à Washington, à dix minutes à peine du Capitole où les mensonges de Donald Trump avaient conduit à des émeutes, le 6 janvier 2021. Sans surprise, l’ancien président a plaidé "non coupable" de quatre chefs d'inculpation dont "complot contre l'État américain". L'acte d'accusation parle d'un "projet criminel" et reproche à Donald Trump d'avoir sapé les fondements de la démocratie américaine en tentant de subvertir le processus de comptabilisation des suffrages de plus de 150 millions d'Américains. Les deux autres poursuites pénales engagées contre lui cette année sont pour des fraudes comptables liées à l'achat du silence d'une actrice de films X et pour avoir conservé des documents classifiés après la fin de son mandat.

>> Perquisition chez Donald Trump : on vous résume les procédures judiciaires qui visent l'ancien président américain

Tout autour du tribunal fédéral, une forêt de caméras a été déployée par les centaines de journalistes qui suivent les réactions des quelques dizaines de partisans du milliardaire venus lui apporter leur soutien. 

"Je m'attends à ce qu'il gagne quatre points dans les sondages parce que c'est ce qui se passe à chaque inculpation, et j'y étais à chaque fois !"

Un partisan de Donald Trump

à franceinfo

"Donald Trump est en train de jouer au golf, moi, je suis avec mon drapeau et je passe du bon temps, poursuit son partisan. Parce que ce que font les démocrates contre lui, en fait, ça les détruit. Tout ce qui arrive aujourd'hui sera positif d'une façon ou d'une autre". 

>> États-Unis : les multiples inculpations de Donald Trump peuvent-elles perturber sa campagne pour la présidentielle de 2024 ?

En face d'eux, des opposants de l'ex-président les taquinent et célèbrent cette troisième inculpation en attendant, espèrent-ils, la prison. Il y a au total 78 chefs d'accusation. "S'il ne va pas en prison, ce sera un simulacre de justice", s’exclame un homme. 

"Des gens sont morts à cause de lui. Il a lancé une insurrection et a affaibli tout le gouvernement."

un manifestant anti-Trump

à franceinfo

Les participants aux émeutes ont été jugés et condamnés par centaines dans ce même tribunal fédéral de Washington. La juge Tanya Chutkan avait fait preuve, lors de ces audiences, d'une sévérité très remarquée. C'est elle qui est en charge du dossier Trump. Elle recevra l'ancien président le 28 août lors d'une audience pour déterminer la date du procès dont elle présidera les débats. En novembre 2021, alors qu'elle rejetait une demande du milliardaire de bloquer la divulgation d'informations sur ses agissements lors de l'assaut du Capitole, elle avait écrit dans sa décision cette phrase : "Les présidents ne sont pas des rois".

Anti et pro Trump attendaient l’ancien président américain devant le tribunal à Washington- le reportage de Loïg Loury

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.