Iran, Irak et Liban menacent les États-Unis, prêts à frapper de nouveau

L'Iran annonce dimanche 5 janvier qu'il s'affranchit davantage de l'accord de 2015 sur son programme nucléaire et qu'il ne s'imposait plus de limite à l'enrichissement d'uranium. Le ton monte après l'assassinat du général Soleimani par les États-Unis.

franceinfo

Une marée humaine à Machhad (Iran) pour rendre hommage au général Soleimani dimanche 5 janvier. Après les hommages en Irak, les Iraniens se pressent désormais devant le cercueil du militaire avant son inhumation mardi matin. Le deuil et la vengeance : au Parlement iranien, les députés debout scandent "Mort à l'Amérique!" Le président Hassan Rohani a annoncé dimanche 5 janvier au soir qu'il ne limitera plus ses activités d'enrichissement d'uranium , mais continuera à coopérer avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Le pays ne reprendra les négociations que si les Américains lèvent leurs sanctions.

Menaces de représailles

Dimanche matin, Donald Trump a menacé de représailles si l'Iran se vengeait. Le chef de la diplomatie américaine a assuré que les États-Unis agiraient dans le cadre de la loi. En Irak, le Parlement a voté la fin de la présence de la coalition internationale sur son territoire. À la télévision, le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah a aussi mis en garde les Américains. Dimanche soir à Bagdad, deux roquettes se sont abattues près de l'ambassade américaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président américain Donald Trump (gauche) et son homologue iranien Hassan Rohani.
Le président américain Donald Trump (gauche) et son homologue iranien Hassan Rohani. (NICHOLAS KAMM / IRANIAN PRESIDENCY / AFP)