DIRECT. L'Iran doit "renoncer à des représailles" contre les Etats-Unis, demande le ministre français des Affaires étrangères

L'Iran a promis une "riposte militaire", une "dure vengeance" qui frappera "au bon endroit et au bon moment" après la mort de son général, auquel une marée humaine a rendu hommage lundi à Téhéran.

Des milliers de personnes assistent aux funérailles du général Qassem Soleimani le 6 janvier 2020 à Téhéran (Iran).
Des milliers de personnes assistent aux funérailles du général Qassem Soleimani le 6 janvier 2020 à Téhéran (Iran). (FATEMEH BAHRAMI / ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Portrait de leur héros souriant en main, la foule s'est massée bien avant 8 heures (5h30 heure de Paris) aux abords de l'université de Téhéran. Le centre de la capitale iranienne était noir de monde, lundi 6 janvier, pour rendre hommage au général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi par une frappe américaine en Irak, dont les répercussions se font toujours sentir dans la communauté internationale.

L'Iran a promis une "riposte militaire", une "dure vengeance" qui frappera "au bon endroit et au bon moment". Le gouvernement iranien doit "renoncer à des représailles", a relevé Jean-Yves Le Drian sur BFMTV."Personne ne veut la guerre. Tout le monde dit 'ce n'est pas possible, il faut arrêter l'escalade', donc prenons les moyens pour le faire", a-t-il affirmé. "La seule condition, c'est que les deux parties [Etats-Unis et Iran] s'engagent dans un processus de négociations pour permettre la stabilité régionale", a-t-il ajouté.

Des funérailles très suivies. Devant le cercueil du général, le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a dirigé une courte prière en arabe. Puis une marée humaine en deuil a accompagné les cercueils du général Qassem Soleimani et de ses compagnons d'armes, également tués dans l'attaque de drone américaine. En tête du cortège, des Gardiens de la Révolution se sont affairés à renvoyer vers la foule les keffieh, chemises ou autres vêtements qui leur sont lancés, après les avoir frottés sur les cercueils pour attirer la protection des "martyrs" à ceux qui les porteront.

Eviter "davantage de violence et de provocations". Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé lundi l'Iran à éviter "davantage de violence et de provocations", à l'issue d'une réunion extraordinaire des ambassadeurs de l'Alliance atlantique sur la crise entre Washington et Téhéran. Lors de cette réunion des ambassadeurs des 29 pays de l'Otan, les responsables américains ont informé leurs partenaires à propos de l'opération lors de laquelle le général iranien Qassem Soleimani a été tué en Irak.

Rencontre des chefs de la diplomatie de l'UE. Les ministres européens des Affaires étrangères se réuniront quant à eux vendredi pour discuter des moyens de préserver l'accord sur le programme nucléaire iranien. Ils réfléchiront aux réponses à apporter à Téhéran de s'affranchir davantage de l'accord de 2015 sur son programme nucléaire et de ne plus limiter l'enrichissement d'uranium.

Des sites culturels iraniens dans le viseur de Trump. Le président américain a menacé l'Iran de représailles majeures et réaffirmé dimanche soir sa menace de frapper des sites culturels iraniens, malgré le tollé provoqué en Iran comme aux Etats-Unis, où de nombreuses voix l'accusent de vouloir perpétrer un "crime de guerre".

L'Irak menacé de sanctions. Dimanche, le Parlement irakien a voté pour réclamer l'expulsion de l'armée américaine du pays. Celle-ci risque donc son deuxième retrait forcé d'Irak en une décennie. En réponse, Donald Trump a menacé l'Irak de sanctions. Lundi, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a jugé que ces menaces n'étaient "pas d'une très grande aide".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #IRAN

20h43 : "Personne ne veut la guerre. Tout le monde dit 'ce n'est pas possible, il faut arrêter l'escalade', donc prenons les moyens pour le faire. Et les moyens pour le faire c'est d'abord que la partie iranienne renonce à des ripostes et des représailles mais aussi qu'on ouvre des négociations, que l'Iran revienne dans l'accord [nucléaire] de Vienne et que la négociation sur la stabilité régionale puisse se mettre en oeuvre."

Sur BFMTV, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a réagi à l'escalade des tensions au Moyen-Orient.

20h19 : Voici les principales informations de la soirée :

La circulation des trains restera "perturbée" mardi du fait de la grève contre le projet de réforme des retraites, avec 3 TGV sur 4 mais seulement un Transilien sur deux, et aucune ligne de métro totalement fermée, selon la SNCF et la RATP. Le service sera "proche" de celui d'aujourd'hui, a souligné la direction de la RATP.

Alors que son procès s'ouvre à New York, l'ancien magnat de Hollywood Harvey Weinstein est inculpé à Los Angeles pour deux cas d'agression sexuelle, en 2013, annonce la procureure californienne Jackie Lacey.


"Ne menacez jamais la nation iranienne". Le président iranien Hassan Rohani a répondu en ces termes à son homologue américain, Donald Trump. Ce dernier avait réaffirmé qu'il ne laisserait pas l'Iran se doter de l'arme nucléaire, au lendemain de l'annonce par Téhéran de sa décision de s'affranchir de toute limite sur l'enrichissement d'uranium.

Des avocats de Carlos Ghosn s'en sont pris aujourd'hui tant au système judiciaire japonais qu'au gouvernement français, à deux jours d'une conférence de presse très attendue de leur client, après sa spectaculaire fuite du Japon où il est accusé de malversations financières.

19h27 : "Ceux qui font référence au nombre 52 devraient également se souvenir du nombre 290. #IR655", a indiqué Hassan Rohani, faisant référence à la tragédie de l'Airbus du vol Iran Air 655, abattu en juillet 1988 par un navire américain au-dessus du Golfe et ayant coûté la vie à 290 personnes.

19h27 : "Ne menacez jamais la nation iranienne".

Voici comment le président iranien Hassan Rohani a répondu à Donald Trump, sur Twitter. La veille, le président américain avait promis de bombarder 52 sites d'Iran si Téhéran cherchait à s'en prendre aux intérêts américains après la mort du général Qassem Soleimani.

18h43 : Le regain de tension au Moyen-Orient a des conséquences sur les marchés. Les cours du pétrole se stabilisent tandis que les Bourses mondiales ont encore reculé. Pourquoi ? Parce que "la crise iranienne a considérablement réduit l'appétence au risque des investisseurs", qui craignent une "hausse drastique du prix du pétrole" susceptible de "souffler un vent contraire sur l'économie mondiale", résume Milan Cukovic, analyste de marché chez Axitrader, cité par l'AFP.

18h45 : Que s'est-il dit lors de la réunion extraordinaire des ambassadeurs de l'Otan sur la crise entre Washington et Téhéran ? "Les alliés ont appelé à la retenue et à la désescalade", a déclaré le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg. "Un nouveau conflit ne serait dans l'intérêt de personne, donc l'Iran doit s'abstenir de davantage de violence et de provocations", a-t-il indiqué.

18h17 : Il est 18 heures et voici les principales informations de cet après-midi.

La circulation des trains restera "perturbée" mardi du fait de la grève contre le projet de réforme des retraites, avec 3 TGV sur 4 mais seulement un Transilien sur deux, et aucune ligne de métro totalement fermée, selon la SNCF et la RATP. Le service sera "proche" de celui d'aujourd'hui, a souligné la direction de la RATP.

Le magnat du cinéma Harvey Weinstein est ressorti du tribunal de New York où a débuté son audience aujourd'hui, selon les images qui nous parviennent de New York cet après-midi. Le procès ne concerne directement que deux des victimes présumées, alors que plus de 80 femmes l'ont accusé.


Le président américain Donald Trump a réaffirmé qu'il ne laisserait pas l'Iran se doter de l'arme nucléaire, au lendemain de l'annonce par Téhéran de sa décision de s'affranchir de toute limite sur l'enrichissement d'uranium. "L'Iran n'aura jamais d'arme nucléaire !", a-t-il tweeté


Des avocats de Carlos Ghosn s'en sont pris aujourd'hui tant au système judiciaire japonais qu'au gouvernement français, à deux jours d'une conférence de presse très attendue de leur client, après sa spectaculaire fuite du Japon où il est accusé de malversations financières.



16h32 : "Préserver les accords et s'assurer de leur mise en oeuvre doivent rester une tâche prioritaire pour tous les partenaires", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, après la décision de Téhéran de réduire ses engagements dans le domaine nucléaire.

16h31 : Bonjour @anonyme, Moscou a pressé cet après-midi tous les pays engagés dans l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 de continuer d'en faire une "priorité", et a demandé aux Européens de remplir leurs obligations pour s'assurer que l'Iran s'y conforme.

16h31 : Comment réagit Poutine à la situation actuelle ?

16h36 : Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se tiendra vendredi sur l'Iran.

16h13 : Le président américain Donald Trump a réaffirmé cet après-midi qu'il ne laisserait pas l'Iran se doter de l'arme nucléaire, au lendemain de l'annonce par Téhéran de sa décision de s'affranchir de toute limite sur l'enrichissement d'uranium. "L'Iran n'aura jamais d'arme nucléaire !", a-t-il tweeté

16h08 : "Nous nous rassemblons, comme les hommes libres à travers le monde, pour faire face au Satan américain", a proclamé un responsable rebelle devant la foule réunie sur la place dite de "Bab al-Yemen", à l'entrée de la vieille ville de la capitale yéménite.

16h17 : Des centaines de Yéménites ont manifesté aujourd'hui à Sanaa, au Yémen, à l'appel des rebelles Houthis soutenus par Téhéran, pour dénoncer l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani et de ses compagnons d'armes dans une frappe américaine en Irak.

13h12 : La population a offert le spectacle d'un rassemblement d'unité et d'une ampleur jamais vue depuis les manifestations et contre-manifestations de la contestation post-électorale de 2009 en Iran.




(Saeid Zareian / DPA / AFP)






13h10 : Aux cris de "Mort à l'Amérique", une marée humaine en deuil a accompagné aujourd'hui à Téhéran les cercueils du général Qassem Soleimani, commandant le plus populaire d'Iran, et de ses compagnons d'armes tués dans une attaque de drone des Etats-Unis en Irak.



(IRANIAN PRESIDENCY / HANDOUT / Anadolu Agency / AFP)

12h27 : Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a déclaré aujourd'hui "regretter profondément" la dernière annonce de l'Iran sur la levée de toute limite sur l'enrichissement d'uranium.

12h26 : Il est midi, l'heure de faire un point sur l'actualité :

• Une marée humaine en deuil a accompagné à Téhéran les cercueils du général Qassem Soleimani, le commandant le plus populaire d'Iran, et de ses compagnons d'armes, tués vendredi par une frappe américaine en Irak. L'ayatollah Ali Khamenei a prononcé une courte prière devant les cercueils.

• Des milliers de réservistes de l'armée sont déployés sur des zones ravagées par les feux de forêt dans trois Etats australiens, après un week-end catastrophique au cours duquel de vastes étendues boisées ont laissé place à des paysages de cendres. Voici notre diaporama.

•Le procès du producteur de cinéma Harvey Weinstein, accusé de viols et d'agressions sexuelles, doit s'ouvrir cet après-midi à Manhattan. Voici ce qu'il faut savoir avant le début du procès.

Once Upon a Time... in Hollywood de Quentin Tarantino et 1917, drame historique de Sam Mendes, se sont illustrés hier soir lors de la soirée des Golden Globes, qui lancent traditionnellement la course aux prix cinématographiques à Hollywood, avec en ligne de mire les Oscars. Voici le palmarès complet.

• La rentrée promet d'être mouvementée. La contestation contre la réforme des retraites est désormais entré dans son deuxième mois et ses opposants misent sur un regain de mobilisation, en attendant les deux journées de manifestations prévues jeudi et samedi, pendant que l'exécutif assure "être ouvert à la discussion".

11h52 : Des Gardiens de la Révolution juchés sur le camion de tête du cortège funèbre du général Qassem Soleimani ont renvoyé vers la foule les keffieh ou autres vêtements qui leur sont lancés, après les avoir frottés sur le cercueil pour attirer la protection des "martyrs" à ceux qui les porteront.



(Ebrahim Noroozi/AP/SIPA)

11h29 : Bonjour @Baba En tant que général de la Force Qods, branche externe des Gardiens de la Révolution, Qassem Soleimani opérait dans de nombreux pays dont l'Irak, l'Afghanistan, le Liban, la Syrie ou le Yémen. L'objectif initial de cette force était d'"exporter" la révolution iranienne puis de promouvoir le pouvoir iranien dans la région, rappelle Al-Jazeera. L'Iran est ainsi présent en Irak depuis plusieurs années et entretient des "liens étroits" avec les politiques irakiens. Des forces de sécurité irakiennes obéissent par ailleurs "directement" à l'Iran. Vous trouverez plus d'explications dans notre article.

11h18 : Mais que faisait Soleimani en IRAK ?

11h25 : Bonjour @Jonathan24ans Rassurez-vous, une "Troisième Guerre mondiale", de la même ampleur que les deux conflits du XXe siècle, a tout de même peu de chances d'arriver. Les acteurs clés qui pourraient être impliqués dans un tel conflit, par exemple la Russie ou la Chine, ne sont pas directement concernés par la mort du général Qassem Soleimani, rappelle BBC News. Toutefois, cet événement pourrait être déterminant pour le futur du Moyen-Orient et la place qu'y jouent les Etats-Unis. Des représailles iraniennes importantes sont à prévoir, qui pourraient conduire à un cycle d'actions et de réactions entraînant un conflit total entre les deux pays.

11h04 : Imaginons une 3eme guerre mondiale. Serais-je obligé d'aller faire cette dernière? Moi qui suis anti armées, j'avoue que l'idée même de toucher une arme me rendrait malade ( question sérieuse)

10h45 : Lors de la cérémonie en hommage à son père assassiné, la fille du général iranien Qassem Soleimani a déclaré que "Trump le fou" ne devrait pas penser que la mort de son père signifie que "tout est fini".

09h02 : On fait le point sur l'actualité :

• Le guide suprême iranien Ali Khamenei a prononcé une courte prière à l'Université de Téhéran devant le cercueil du général Qassem Soleimani tué vendredi par une frappe américaine en Irak. Toutes les informations sont à retrouver dans notre direct.

Des réservistes de l'armée sont déployés aujourd'hui sur des zones ravagées par les feux de forêt dans trois Etats australiens, après un week-end catastrophique au cours duquel de vastes étendues boisées ont laissé place à des paysages de cendres. Voici six chiffres qui montrent la gravité de ces feux.

Once Upon a Time... in Hollywood de Quentin Tarantino et , drame historique de Sam Mendes, se sont illustrés hier soir lors de la soirée des Golden Globes, qui lancent traditionnellement la course aux prix cinématographiques à Hollywood, avec en ligne de mire les Oscars. Voici le palmarès complet.

• La rentrée promet d'être mouvementée. Le mouvement contre la réforme des retraites est désormais entré dans son deuxième mois et ses opposants misent sur un regain de mobilisation, en attendant les deux journées de manifestation prévues jeudi et samedi, pendant que l'exécutif assure "être ouvert à la discussion".

07h59 : La présidente de la Chambre des représentants aux États-Unis, la démocrate Nancy Pelosi, a déclaré que la Chambre présenterait et voterait une résolution pour limiter les actions militaires de Donald Trump concernant l'Iran.



(SAUL LOEB / AFP)

07h55 : "La mort de Soleimani est un coup dur, mais ce n'est pas un coup dur pour le système."

Interrogé par Al-Jazeera (en anglais), le spécialiste estime que la mort du général Qassem Soleimani ne devrait pas avoir de conséquence sur l'influence de l'Iran dans la région, car l'organisation militaire qu'il dirigeait (la Force Al-Qods) a réussi à largement s'implanter de la Syrie à l'Irak, en soutenant les régimes et organisations chiites.

14h02 : Le Guide suprême iranien, Ali Khamenei, a présidé une courte prière à l'université de Téhéran devant le cercueil du général Qassem Soleimani. Il était entouré, entre autres, du président iranien, Hassan Rohani, du président du Parlement, Ali Larijani et du chef des Gardiens de la Révolution, le général Hossein Salami.




13h53 : La foule qui stationne autour de l'université ou qui défile sur plusieurs kilomètres le long des avenues Enghelab ("Révolution" en persan) et Azadi ("Liberté") agite de nombreux drapeaux rouges (couleur du sang des "martyrs") ou iraniens, mais aussi des drapeaux libanais ou irakiens. Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei doit présider dans la matinée une prière en l'honneur du général.



(THE OFFICE OF THE IRANIAN SUPREM/The New York Times-REDUX-REA)

13h29 : Le centre de Téhéran est noir de monde ce matin pour l'hommage au général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi par une frappe américaine en Irak. Portrait du militaire souriant en main, la foule s'est massée bien avant 8 heures aux abords de l'université de Téhéran. Voici des images prises par la chaîne de télévision iranienne Al-Kawthar TV.






(AL KAWTHAR)

12h53 : On fait le point sur l'actualité pour démarrer :

• La tension est encore montée en Irak, trois jours après l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid américain. Le Parlement irakien a réclamé au gouvernement l'expulsion des troupes américaines du pays et une faction pro-Iran a appelé les soldats irakiens à s'éloigner des bases où se trouvent les forces américaines.

Semaine décisive pour le gouvernement, avec deux journées de mobilisations prévues en fin de semaine, et la reprise des négociations. Le patron de la CFDT, Laurent Berger, a fustigé sur France 2 le sujet qui fâche, l'âge pivot, "une mesure injuste et inutile".

• Emmanuel Macron a annoncé avoir proposé "une aide opérationnelle immédiate" de la France à l'Australie pour lutter contre les incendies qui ravagent le pays et qui ont déjà fait 24 morts.

• La SNCF, au 32e jour de la grève contre la réforme des retraites, annonce une "nette amélioration" du trafic pour aujourd'hui, alors que le trafic à la RATP restera "très perturbé".