Violences policières : Adama Traoré, George Floyd, même combat ?

Aux États-Unis, la mort de George Floyd lors d’une interpellation a précipité des dizaines de milliers de manifestants dans les rues. En France, c’est celle d’Adama Traoré, décédé en 2016, qui a suscité la colère. Les précisions de la journaliste Sophie Neumayer sur le plateau de France 2.

FRANCE 2

En quoi les affaires Adama Traoré et George Floyd sont-elles comparables ou diffèrent-elles l’une de l’autre ? "Dans tous les deux cas, un homme noir est mort au cours d’une arrestation, mais plusieurs points diffèrent. Le plaquage ventral n’est pas discutable lors de l’arrestation de George Floyd, les vidéos amateur l’attestent. Le policier a été licencié et inculpé pour homicide involontaire. Dans le cas d’Adama Traoré, les faits sont plus complexes : quatre ans après, on ne peut pas dire s’il y a eu plaquage ventral ni combien de temps exactement a duré l’interpellation. Les expertises divergent sur ces points", indique la journaliste Sophie Neumayer sur le plateau du 20 Heures.

Les statistiques ethniques sont interdites en France

"On l’entend dans les rues : beaucoup évoquent du racisme, du moins de la discrimination raciale. Depuis des années, des associations se battent contre le contrôle au faciès. La difficulté en France pour évaluer ce phénomène, c’est que les statistiques ethniques sont par principe interdites. Un chiffre fourni par le directeur de la police tend à relativiser : en 2019, année marquée par le mouvement des ‘gilets jaunes’, avec beaucoup de violences, sur les 1 500 enquêtes dont l’IGPN a été saisie, seuls 30 concernent des faits de racisme, soit à peine 2%. Reste que récemment, des affaires ont choqué, comme celle d’un Égyptien traité de ‘bicot’ par des policiers sur L’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Les autorités ont cependant vite réagi : les deux policiers ont été suspendus", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants réunis devant le palais de justice de Paris réclament la vérité sur les causes de la mort d\'Adama Traoré, le 2 juin 2020.
Des manifestants réunis devant le palais de justice de Paris réclament la vérité sur les causes de la mort d'Adama Traoré, le 2 juin 2020. (JULIEN BENJAMIN GUILLAUME MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)