Qui est Meghan Markle, l'actrice américaine qui a épousé le prince Harry ?

Le couple, fiancé début décembre, s'est marié ce samedi, au château de Windsor et en présence de plus de 600 invités. 

L\'actrice américaine Meghan Markle en route pour la chapelle St George du château de Windsor, le 19 mai 2018. 
L'actrice américaine Meghan Markle en route pour la chapelle St George du château de Windsor, le 19 mai 2018.  (ALASTAIR GRANT / AFP)

Eclipsera-t-elle Kate Middleton dans le cœur des adorateurs de la famille royale britannique ? Meghan Markle, 36 ans, a dit "oui" au prince Harry, samedi 19 mai, au château de Windsor, sous les yeux de plus de 600 invités. Le couple, fiancé depuis cinq mois, s'est rencontré en juillet 2016 et la relation a été dévoilée au grand jour en novembre de la même année. En attendant le début de la cérémonie, franceinfo vous résume ce qu'il faut savoir sur la désormais duchesse de Sussex.

>> Suivez et commentez les festivités du mariage du prince Harry et Meghan Markle dans notre direct

Elle est connue pour ses rôles à la télévision

C'était l'une des conditions pour épouser le prince Harry : en se mariant avec un des héritiers de la couronne d'Angleterre - le sixième dans l'ordre de succession - Meghan Markle a choisi de tirer un trait définitif sur sa carrière d'actrice. Elle est ainsi apparue dans de petits rôles dans des séries comme Fringe, Les Experts ou FBI : Portés disparus, mais son personnage le plus connu est celui de Rachel Zane dans Suits. Depuis 2011, elle y incarne une des assistantes d'un cabinet d'avocats. Elle devrait tirer sa révérence avec un clin d'oeil, puisque son personnage revêt lui aussi la robe blanche dans le dernier épisode de la saison 7.   

Aux côtés de son (futur) mari, engagé au Lesotho dans de nombreux programmes humanitaires, Meghan Markle consacrera sans doute beaucoup de son temps aux œuvres de charité. D'autant qu'elle a collaboré avec les Nations unies pour défendre l'égalité des genres et les droits des femmes. Elle dirigeait aussi un site consacré à l'art de vivre, The Tig, qui a fermé en avril.

Elle est américaine, catholique et divorcée

Voilà qui fera peut-être s'étrangler les plus traditionalistes à Westminster. Comme Kate Middleton, Meghan Markle est une roturière, mais elle est née encore plus loin de la noblesse britannique : à Los Angeles, en 1981. Il fut un temps où sa nationalité n'aurait pas été anodine : la dernière Américaine à avoir voulu épouser un membre de la famille royale, Wallis Simpson, a conduit son futur époux, le roi Edouard VIII, à abdiquer en 1936.

Il faut dire qu'elle était également divorcée, un statut qu'elle partage avec Meghan Markle : en 2011, celle-ci a épousé un producteur d'Hollywood, Trevor Engelson, dont elle a divorcé un peu moins de trois ans plus tard. Selon le site Deadline Hollywood (en anglais), Trevor Engelson travaille d'ailleurs sur une série comique dont les ressemblances avec la réalité ne sont sans doute pas fortuites : l'histoire d'un homme dont l'ex-épouse se marie à un prince britannique, et avec qui il doit partager la garde de ses enfants.

Enfin, la confession religieuse de la jeune femme aurait peut-être, à une autre époque, empêché cette union, puisque le fait d'épouser un ou une catholique excluait les membres de la famille royale de la ligne de succession, jusqu'à l'adoption de nouvelles règles en 2015, rappelle Le Monde. Si elle n'y était pas obligée, la future épouse a tout de même tenu à se faire baptiser, début mars, selon le rite anglican. 

Sa mère est afro-américaine, et elle a subi des commentaires racistes

Meghan Markle est née d'un père blanc, originaire d'Irlande et des Pays-Bas, et d'une mère noire américaine. Un métissage qui a été l'un des principaux sujets de commentaires quand sa relation avec Harry a été révélée, au point que Kensigton Palace a publié, en novembre 2016, un communiqué évoquant notamment "des articles de commentaires aux relents racistes" et "le sexisme et le racisme des trolls sur les réseaux sociaux".

Le Daily Mail, notamment, s'était penché sur l'enfance de Meghan Markle, la qualifiant de "(presque) directement sortie de Compton", référence à un quartier populaire de Los Angeles marqué par la criminalité, dans lequel elle n'a pourtant pas grandi. "Mes origines mixtes ont sans doute créé une zone grise autour de la façon dont je me définis, comme si j’avais un pied de chaque côté de la barrière, mais j’en suis venue à l’accepter", a-t-elle expliqué au magazine Elle (en anglais), dans une interview où elle revient longuement sur son expérience du racisme.