Une pétition inédite demande le rapatriement des enfants de djihadistes français

Dans une tribune parue dans Le Monde ce samedi 19 juin, 110 personnes, parmi lesquels de nombreux artistes, demandent à la France de rapatrier les quelques 200 enfants détenus dans des camps au nord-est de la Syrie. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Depuis plus de deux ans, près de 200 enfants français sont détenus avec leurs mères dans les camps de Roj et d’Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie. (DELIL SOULEIMAN / AFP)

Une pétition inédite, signée par 110 personnes, et publiée dans Le Monde ce samedi 19 juin, demande le rapatriement des enfants de jihadistes français détenus dans les camps de Roj et d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie. "Les enfants des camps syriens sont des victimes que la France abandonne en leur faisant payer le choix de leurs parents", résument ainsi les signataires, parmi lesquels les artistes Sandrine Bonnaire, Costa-Gavras, Marie Darrieusecq et Claude Lelouch.

"Cette pétition montre que de plus en plus de personnes se rendent compte que la situation de ces enfants retenus dans les camps syriens ne peut plus durer", estime Adeline Hazan, magistrate, conseillère spéciale du président de l'Unicef France et signataire de la tribune, à franceinfo.

Leurs mères doivent être jugées en France

Au moins trente-cinq enfants ont été rapatriés en France mais sans leurs mères, qui pourtant "doivent être jugées en France"précise-t-elle. Les autorités kurdes ne veulent pas les juger et "appellent les Etats à prendre leurs responsabilités", ajoute Marie Dosé. Avocate au barreau de Paris, elle défend des enfants et femmes de djihadistes et réclame leur rapatriement.

D'autant plus que "dans la plupart des cas, il y a des familles (grands-parents, oncles...) qui sont tout à fait d'accord pour prendre en charge ces enfants", précise Adeline Hazan. "Il n'y a aucune raison de les maintenir là-bas dans des conditions contraires à la Convention internationale des droits de l'enfant."

Une opinion plus favorable

Selon les décomptes des services de renseignement, 200 enfants français sont présents en Syrie, et une centaine de mères. Pour la magistrate Marie Dosé, l'Elysée ne rapatrie pas ces enfants car "un sondage a fait d'état d'une opinion publique opposée" à cette opération. Mais l'opinion est justement "en train de bouger sur cette question" selon Adeline Hazan.

"On ne peut pas laisser des enfants dans des camps dans des conditions contraires à l'humanité."

Adeline Hazan, signataire de la tribune

- à franceinfo

Plusieurs pays européens, "la Belgique, la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas, l'Allemagne et la Suède sont en train de rapatrier ces enfants et leurs mères. La France devrait montrer l'exemple", estime Marie Dosé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.