Guerre entre le Hamas et Israël : les rescapés de l’attaque du festival de musique tentent de se reconstruire

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Le traumatisme causé par les attaques meurtrières du 7 octobre reste immense pour les Israéliens. De nombreuses initiatives, souvent locales, ont été mises en place pour assurer le suivi psychologique de celles et ceux qui en ont besoin, et permettre à la population de faire face à la situation. -
Guerre entre le Hamas et Israël : les rescapés de l’attaque du festival de musique tentent de se reconstruire Le traumatisme causé par les attaques meurtrières du 7 octobre reste immense pour les Israéliens. De nombreuses initiatives, souvent locales, ont été mises en place pour assurer le suivi psychologique de celles et ceux qui en ont besoin, et permettre à la population de faire face à la situation. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - S. Perez, C. Cormery, B. Bervas
France Télévisions
France 2
Le traumatisme causé par les attaques meurtrières du 7 octobre reste immense pour les Israéliens. De nombreuses initiatives, souvent locales, ont été mises en place pour assurer le suivi psychologique de celles et ceux qui en ont besoin, et permettre à la population de faire face à la situation.

Une thérapie collective à ciel ouvert, dans un jardin près de Tel-Aviv. Des rescapés du festival de musique attaqué par les terroristes du Hamas se retrouvent. Avec l’aide de psychologues, ils tentent d’apprivoiser l’après. Yarin Hadida et sa sœur Shiraz sont plus inséparables que jamais. "Pour moi, le temps s’est arrêté là-bas. J’ai l’impression que j’y suis encore, en danger. Je n’arrive pas à reprendre ma routine quotidienne", confie-t-il. 

Thérapie bénévole 

"Le soir, quand vous êtes seul avec vous-même, vous ne pouvez pas dormir", dit Shiraz. La psychothérapeute, Hadar Kidman Garsia, intervient bénévolement. Elle a fermé son cabinet pour se consacrer aux désespoirs de ces jeunes. "L’important c’est qu’ils ne restent pas enfermés chez eux, à regarder la télé et toutes ces images anxiogènes. Ici on les protège, on leur dit qu’ils ne sont pas seuls dans ce processus", explique-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.