Russie : Evguéni Prigojine, homme d'affaires proche de Poutine, admet avoir créé le groupe paramilitaire Wagner

Figure de l'ombre, ce proche du Kremlin de 61 ans a révélé avoir fondé le groupe en 2014 pour envoyer des combattants dans le Donbass en Ukraine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'homme d'affaire Evguéni Prigojine et le président russe Vladimir Poutine dans une usine à Saint-Petersbourg, en septembre 2010.  (ALEXEY DRUZHININ / SPUTNIK)

Son influence à Moscou est grande, mais son nom peu connu. Evguéni Prigojine, un homme d'affaires proche du Kremlin, a reconnu lundi 26 septembre avoir fondé en 2014 le groupe paramilitaire Wagner. Ce groupe intervient de manière officieuse dans de nombreux conflits dans le monde, dont la guerre en Ukraine. Pour Evguéni Prigojine, Wagner est un "pilier" de la défense des intérêts russes. L'homme de 61 ans, qu'on surnomme le "cuisinier de Poutine" (car sa société de restauration a approvisionné le Kremlin) admet ainsi ce que puissances occidentales et médias affirmaient depuis longtemps.

>> Suivez les dernières infos de notre direct sur la guerre en Ukraine

Dans une publication sur les réseaux sociaux de son entreprise Concord (lien en russe), l'homme d'affaires dit avoir fondé le groupe afin d'envoyer des combattants compétents dans le Donbass en 2014, cette région d'Ukraine où Moscou a orchestré l'émergence d'un mouvement séparatiste armé. "C'est à ce moment-là, le 1er mai 2014 qu'est né un groupe de patriotes qui a pris le nom de Groupe tactique de bataillon Wagner", dit-il dans ce communiqué.

Une figure trouble du système Poutine

Wagner, dont la présence a été documentée depuis huit ans en Ukraine, en Syrie, en Libye ou encore en Centrafrique et au Mali, est perçu par ses détracteurs comme l'armée de l'ombre de Vladimir Poutine, promouvant les intérêts russes en fournissant des combattants, mais aussi des instructeurs militaires et conseillers.

Le président russe avait démenti, en octobre, que le groupe réalisait ses basses œuvres et servait les intérêts de l'État russe. L'aveu d'Evguéni Prigojine intervient après la diffusion ce mois-ci sur les réseaux sociaux d'une vidéo semblant le montrer en train de recruter des prisonniers dans un pénitencier de Russie pour aller se battre dans les rangs de Wagner sur le front ukrainien. L'armée russe y est en difficulté, et Vladimir Poutine a ordonné la semaine dernière une mobilisation de centaines de milliers de réservistes pour tenter de reprendre la main.

Evguéni Prigojine est une des figures les plus troubles du système poutinien. En Russie, il a poursuivi en justice l'opposant numéro un du Kremlin, Alexeï Navalny, aujourd'hui incarcéré. Il est aussi accusé d'être derrière au moins une "usine à trolls" qui a participé aux efforts d'ingérence dans la présidentielle américaine de 2016 qui avait vu la victoire de Donald Trump. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.