Guerre en Ukraine : on vous explique où en est l'évacuation de l'usine Azovstal, dernière poche de résistance à Marioupol

L'immense site industriel, aujourd'hui ravagé par les combats, abrite toujours des soldats ukrainiens ainsi qu'un grand nombre de civils. Leur évacuation se fait au compte-gouttes, après d'âpres négociations. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une vue aérienne de l'usine métallurgique Azovstal, à Marioupol (Ukraine), le 28 avril 2022, montre les lourds dommages engendrés par des combats entre l'armée ukrainienne et les forces russes. (ALEXEY KUDENKO / SPUTNIK)

Ils ont pu quitter l'enfer des combats pour un futur incertain. A Marioupol, la grande ville du sud-est de l'Ukraine transformée en champ de ruines, une centaine de civils ont pu sortir sans heurts, dimanche 1er mai, de l'usine Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne de ce port stratégique du Donbass presque entièrement sous contrôle russe. Ces évacuations sont une première pour les soldats et les civils ukrainiens, réfugiés dans ce vaste site sidérurgique, assiégé et pilonné par l'armée russe depuis de longues semaines. Alors que Kiev peine à négocier un corridor humanitaire pérenne, franceinfo fait le point sur la situation.

>> Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine dans notre direct

Une première évacuation après d'intenses négociations

Les pourparlers entre le gouvernement ukrainien et le régime de Vladimir Poutine commencent à porter leurs fruits. Ce dimanche a en effet vu "plus de 100 civils, dont des femmes et des enfants, fuir les hostilités", a annoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, lors de son adresse vidéo quotidienne sur Facebook (document sous-titré en anglais). Une délivrance qui intervient après de multiples tentatives avortées, les forces russes n'étant pas tombées d'accord jusque-là avec l'ONU et les autorités ukrainiennes.

"Il n'y a pas un seul jour où nous n'avons pas tenté de trouver une solution pour nos concitoyens", a assuré le président Zelensky, qui a précisé que les civils évacués du complexe d'Azovstal se dirigeaient vers la partie du pays sous contrôle ukrainien. Ils étaient attendus lundi à Zaporijia, grande ville située à 200 km à l'ouest de Marioupol. 

Des représentants de l'ONU et des équipes de la Croix-Rouge, qui ont pris en charge les civils sortis du complexe industriel dimanche, se trouvent toujours sur place et espèrent "pouvoir réitérer ce type d'opération dès que possible", expliquait lundi à franceinfo un responsable de la Croix-Rouge à Kiev. L'ONG, tout comme l'ONU, veut rester extrêmement prudente et ne communique pas plus de détails sur l'évacuation, de peur de "mettre en danger les civils" ainsi que les convois humanitaires. Aucune nouvelle vague d'évacuation n'a pour l'heure été annoncée.

Environ 2 000 combattants ukrainiens retranchés dans l'usine

L'énorme complexe sidérurgique d'Azovstal, qui s'étend sur 12 kilomètres carrés, a vu se replier des centaines de soldats du camp ukrainien à mesure que l'armée russe et les séparatistes prorusses resserraient leur étau sur la ville portuaire de Marioupol. Kiev et Moscou s'accordent à dire qu'environ 2 000 combattants sont encore retranchés dans ces installations, dont le réseau de tunnels permet d'organiser des embuscades et de repousser ainsi l'adversaire. 

Parmi ces soldats, figure une majorité de membres du bataillon Azov, ce groupe militaire controversé qui tire son nom de la mer d'Azov et qui est rattaché aux forces armées ukrainiennes depuis 2014. Après avoir tenté de contrer l'invasion russe, des membres de la 36e brigade de fusiliers marins se sont également repliés sur le site.

La Russie affirme en outre que des "mercenaires étrangers" seraient également terrés dans l'usine, et a plusieurs fois accusé les combattants assiégés (en anglais) d'utiliser les civils présents comme "boucliers humains" – ce que Kiev a systématiquement démenti. L'armée russe continue par ailleurs d'inviter les combattants à déposer leurs armes afin de pouvoir quitter le site en vie. Une garantie jugée insuffisante par les soldats ukrainiens, qui survivent en rationnant eau et nourriture.

Des centaines de civils toujours réfugiés dans les souterrains

Outre ces éléments militaires, le site industriel d'Azovstal a également vu affluer début mars des habitants de Marioupol fuyant les bombardements à répétition de l'armée russe. La grande ville portuaire était peuplée d'un demi-million d'habitants avant la guerre. Il y resterait encore entre 100 000 et 120 000 personnes, selon les autorités ukrainiennes. Le camp ukrainien affirme également qu'au moins 20 000 personnes y seraient mortes, depuis le début du siège russe début mars, et que 90% des habitations de la ville auraient été détruites par les bombardements – un chiffre qui n'a pas encore été vérifié de manière indépendante. 

Combien de civils sont encore réfugiés dans ce complexe sidérurgique ? Difficile de le dire avec certitude. Il y a quelques jours, Kiev déclarait qu'un millier de personnes étaient cachées dans les entrailles de l'usine. Un chiffre confirmé par Sergueï Olov, le maire de Marioupol, au micro de BFMTV jeudi. Pour échapper aux frappes russes, civils et soldats vivent sous terre et peuvent se déplacer dans les kilomètres de tunnels de l'usine, comme l'a rapporté la RTBF. Sur place, les conditions de vie sont décrites comme "vraiment dures" par les Ukrainiens parvenus à quitter le complexe.

Guerre en Ukraine : les civils retranchés dans l'usine Azovstal ont quitté l'enfer de Marioupol
france 2

Malgré l'évacuation organisée dimanche, l'incertitude plane sur le sort des Ukrainiens terrés dans l'usine. L'hypothèse d'un retrait de l'armée russe paraît de plus en plus compromise. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a en effet affirmé dimanche que les soldats russes "n'ajuster[aie]nt pas artificiellement leurs actions" à la date du 9 maijour de la reddition des nazis face aux Alliés en 1945 – qui est généralement célébré en grande pompe par le Kremlin. Surtout, la prise de contrôle totale de Marioupol permettrait à la Russie de disposer de tous les grands ports de la mer d'Azov, situés entre la Russie et la péninsule de Crimée, qu'elle avait annexée en 2014.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.