Pesticides : que change Hri1, l'indicateur européen désormais utilisé pour mesurer leur usage en France ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Pesticides : que change Hri1, l'indicateur européen désormais utilisé pour mesurer leur usage en France ?
Pesticides : que change Hri1, l'indicateur européen désormais utilisé pour mesurer leur usage en France ? Pesticides : que change Hri1, l'indicateur européen désormais utilisé pour mesurer leur usage en France ? (France 2)
Article rédigé par France 2 - S. Ricottier, F. Vallet, T. Petit, J. Pelletier, S. Guibout, Y. Kadouch
France Télévisions
France 2
Le Premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé un changement de l’indicateur pour mesurer l’usage des pesticides dans les champs, mercredi 21 février. Le Nodu fait ainsi place à un indicateur européen, le Hri1.

Des agriculteurs français revendiquaient un changement de méthode de calcul concernant l’usage des pesticides. La nouvelle règle annoncée par le gouvernement, mercredi 21 février, devrait rendre les efforts des agriculteurs en la matière plus visibles selon un céréalier, qui affirme au micro de France 2 avoir beaucoup réduit son usage : "Ça va montrer que l’agriculture française est pratiquement le meilleur élève de la classe au niveau européen."

Les associations environnementales dénoncent un trompe-l'œil

Il est reproché à l’indicateur actuel, le Nodu, de ne pas prendre en compte la nocivité, mais seulement la quantité de produits vendus et d’hectares traités. Le nouvel outil européen, le Hri1, ajoute dans le calcul un indice de dangerosité pour chaque produit utilisé. Si l’on se base sur le Nodu, l’usage des pesticides entre 2011 et 2021 est stable. Avec le nouvel indicateur, il baisse de 33% sur la même période. Pour les associations environnementales, c’est un trompe-l’œil. "L’indicateur européen ne permet pas de montrer si l’on utilise plus ou moins de pesticides", explique Thomas Lesperrier, responsable du pôle transition à France Nature Environnement.

Parmi nos sources

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.