Coronavirus : Alger prolonge ses mesures strictes de confinement

Elles se traduisent par un couvre-feu de 17h à 7h dans les neuf wilayas (préfectures) les plus touchées. 

Un travailleur nettoie les rues de d\'Alger après l’épidémie de coronavirus (Covid-19), le 30 mars 2020. 
Un travailleur nettoie les rues de d'Alger après l’épidémie de coronavirus (Covid-19), le 30 mars 2020.  (BILLAL BENSALEM / NURPHOTO)

Pays africain le plus touché par la pandémie avec l'Afrique du Sud et l'Egypte, l'Algérie choisit la fermeté. Le gouvernement algérien a prolongé le 28 mai ses mesures strictes de confinement dans la presque totalité du pays jusqu'au 13 juin, en exhortant la population à "poursuivre sa mobilisation citoyenne" afin d'enrayer la pandémie de Covid-19 qui a déjà fait 630 morts.

"Le gouvernement a décidé de maintenir le confinement partiel à domicile jusqu'au 13 juin prochain" dans 44 des 48 wilayas (préfectures) d'Algérie, selon un communiqué des services du Premier ministre. Le confinement est totalement levé dans les quatre autres préfectures (Saïda, Tindouf, Illizi et Tamanrasset), dont trois dans l'extrême Sud désertique du pays, précise le communiqué.

Couvre-feu

Les mesures de confinement se traduisent par un couvre-feu de 17h à 7h dans les neuf wilayas les plus touchées, dont Alger et Oran, et de 19h à 7h dans les autres. Les Algériens ont passé le ramadan et les fêtes de l'Aid El Fitr, qui célèbrent la fin du mois de jeûne, confinés.

Le port du masque sanitaire est obligatoire depuis le 24 mai et les contrevenants sont condamnés à de fortes amendes. Depuis le 19 mars, les autorités ont interdit les regroupements et suspendu tous les moyens de transport en commun publics et privés à l'intérieur des villes et entre les provinces, ainsi que le trafic ferroviaire.

La fermeture des établissements scolaires et universitaires, des stades et des mosquées ainsi que de nombreux commerces, comme les cafés, les restaurants et les salles des fêtes, reste en vigueur. Le tribunal d'Oran (nord-ouest) a placé, jeudi 27 mai, cinq personnes sous contrôle judiciaire pour avoir organisé une soirée artistique en violation des dispositions de prévention.

Hydroxychloroquine

Selon le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie, 9 000 cas de contamination ont été officiellement recensés en Algérie, dont 630 décès, depuis l'enregistrement du premier cas le 25 février. En dépit de la décision de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de suspendre les essais cliniques, l'Algérie a décidé de poursuivre l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans le traitement contre le coronavirus.

Les autorités algériennes font face à l'effondrement des prix du pétrole et, politiquement, à la défiance de la population engagée dans le Hirak (mouvement de contestation).