Tigré : pourquoi l'Éthiopie se déchire-t-elle ?

Le Premier ministre éthiopien a annoncé avoir repris le contrôle de Mekele, la capitale du Tigré. Ce territoire est en guerre depuis plus d'un mois contre le pouvoir central.

FRANCE 2

45 000 réfugiés ont fui le Tigré, une région du nord-est de l'Ethiopie en guerre avec le gouvernement fédéral. Pour comprendre cette nouvelle guerre, il faut revenir en arrière, dans les années 80. Les rebelles du Tigré sont alors déjà en conflit contre le gouvernement éthiopien. Ils finissent par renverser le dictateur Mengistu en 1991. Les Tigréens vont alors diriger le pays pendant une trentaine d'années. En 1993, l'Erythrée, région voisine du Tigré, déclare son indépendance et devient l'ennemi juré. La période est également marquée par des tensions avec d'autres ethnies du pays.

Un renversement de situation

En 2018, les Amharas et les Oromos, qui représentent plus de 60% de la population, s'allient et parviennent à imposer un nouveau premier ministre, Abiy Amed. Isolés et marginalisés, les Tigréens se replient sur leur région et montrent des velléités d'autonomie. Le premier ministre se transforme alors en chef de guerre. Trois semaines après le début des hostilités, l'armée éthiopienne affirme avoir repris le contrôle de Mekele. Les dirigeants de la rébellion en fuite sont désormais dans la ligne de mire du pouvoir central.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des soldats ethiopiens montent la garde à Dansha dans la région du Tigré, le 25 novembre 2020.
Des soldats ethiopiens montent la garde à Dansha dans la région du Tigré, le 25 novembre 2020. (EDUARDO SOTERAS / AFP)