Guerre en Ukraine : des miliciens du groupe Wagner quittent l'Afrique pour "se livrer à des provocations auprès de la population ukrainienne", selon un spécialiste

La société militaire privée russe, très présente sur le continent africain, semble redéployer ses hommes vers l'Ukraine où le conflit s'enlise.

Article rédigé par
Jean-Sébastien Soldaïni - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadera (C) assiste à un défilé militaire au Camp Kasai, le 13 août 2021. (BARBARA DEBOUT / AFP)

La milice Wagner va-t-elle rester en Centrafrique ? Ce groupe paramilitaire, très présent sur le continent africain et connu pour ses exactions, semble redéployer une partie de ses effectifs vers l'Ukraine notamment en provenance de Bangui. Car l'offensive russe semble piétiner dans le Donbass et se pose la question des ressources en hommes.

>> Suivez les dernières informations sur la guerre en Ukraine dans notre direct

De l'aveu d'un commerçant local, les combattants russes, habitués des bars et des restaurants de Bangui, sont beaucoup moins visibles ces dernières semaines. Une absence qui ne surprend pas un commandant de l'armée centrafricaine, qui travaille d'ordinaire avec ces miliciens : "Plus d'une centaine d'officiers Wagner de nationalité russe sont repartis en Ukraine. Environ 120 membres de la garde rapprochée du président Touadéra les ont accompagnés."

Renseignements et provocations

Environ 200 hommes aptes à diriger de petites unités ont ainsi abandonné leurs positions pour se rendre en Ukraine. Serguey Sukhankin, spécialiste des groupes paramilitaires à la fondation Jamestown, voit bien l'utilité de ces miliciens capables de se fondre dans la population : "Les combattants de Wagner peuvent facilement collecter du renseignement ou même se livrer à des provocations pour des actes terroristes. Ça peut être aussi facile pour eux de commettre des atrocités en portant des uniformes ukrainiens pour les décrédibiliser vis-à-vis des populations locales."

>> Quatre choses à savoir sur le groupe paramilitaire russe Wagner et ses missions opaques en Afrique

Wagner n'abandonne le terrain africain pour autant : tous les combattants non-russes sont restés sur place. Ils tiennent notamment les sites miniers qui assurent de juteux revenus à la milice.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Centrafrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.