Algérie : une mobilisation contre le pouvoir en place

En direct de la capitale Alger, la journaliste Nabila Tabouri fait le point sur la situation politique en Algérie.

FRANCE 2

Des manifestations ont toujours lieu en Algérie, tous les vendredis. Le peuple, qui a obtenu la démission d'Abdelaziz Bouteflika, veut maintenant chasser le système au pouvoir. "La démission d'Abdelaziz Bouteflika n'a absolument pas fait retomber la pression", explique la journaliste Nabila Tabouri, en direct d'Alger. La mobilisation de vendredi 5 avril "s'annonce d'ores et déjà massive". Des rassemblements ont commencé à Alger, notamment près de la Grande Poste, le lieu de ralliement. "Les Algériens restent déterminés, ils veulent une rupture avec le système en place et rejettent les hommes qui ont été choisis pour gérer le processus de transition."

"Une deuxième République"

Les Algériens réclament "une deuxième République, un nouveau slogan qui est apparu dans les manifestations. Ils veulent des hommes et des femmes qui n'ont rien à voir avec le pouvoir en place", précise la journaliste. L'objectif de la mobilisation de vendredi 5 avril est d'obtenir des garanties. Jusque-là, le mouvement s'est déroulé, toutes les semaines, pacifiquement.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestation de jeunes contre le président Bouteflika à Oran, en Algérie, le 5 mars 2019.
Une manifestation de jeunes contre le président Bouteflika à Oran, en Algérie, le 5 mars 2019. (- / AFP)