Algérie : la candidature d’Abdelaziz Bouteflika contestée

À l’approche des élections présidentielles algériennes du 18 avril 2019, des manifestants ont défilé dans les rues d’Alger, vendredi 22 février, afin d’exprimer leur refus d’un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

FRANCE 3

Dans les rues d’Alger (Algérie), officiellement interdites aux manifestations, des Algériens défilent par centaines. Jeunes pour la plupart, ils sont venus défier le pouvoir. Dans l’après-midi du vendredi 22 février, un face-à-face tendu s’est déroulé entre les forces de l’ordre et les manifestants, alors que ces derniers tentent de rejoindre le palais présidentiel. Un peu plus loin, des manifestants ont escaladé une façade afin de décrocher le portrait du chef de l’État, sous les encouragements de la foule. 

La présidence algérienne assume 

Abdelaziz Bouteflika, âgé de 81 ans, est de plus en plus diminué, mais il reste toujours candidat à sa propre succession, le 18 avril 2019. Ce cinquième mandat, la jeunesse ne le veut pas, mais la présidence algérienne assume. Selon les autorités, Abdelaziz Bouteflika se rendra à Genève (Suisse) dimanche 24 février pour passer des examens médicaux.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika dans un bureau de vote, à Alger, la capitale du pays, le 23 novembre 2017.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika dans un bureau de vote, à Alger, la capitale du pays, le 23 novembre 2017. (BILLAL BENSALEM / NURPHOTO / AFP)