VIDEO. Cinq images à retenir de l'ouverture de la COP21

Le 21e sommet sur le climat s'est ouvert à Paris, lundi matin. 

François Hollande pose au centre de la photo de famille, à l\'ouvertre de la COP21, le 30 novembre 2015.
François Hollande pose au centre de la photo de famille, à l'ouvertre de la COP21, le 30 novembre 2015. (JACKY NAEGELEN / REUTERS)

Une conférence historique sur le climat s'est ouverte, lundi 30 novembre, près de Paris. Quelque 150 chefs d'Etat et de gouvernement sont appelés à prendre leurs responsabilités, lors de la COP21, pour lutter contre le réchauffement climatique et trouver un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, d'ici au 12 décembre.

>> Suivez en direct la journée d'ouverture de la COP21

Voici les images à retenir de la première matinée du sommet pour le climat.

"Moment de silence" pour les victimes des attentats

A l'ouverture de ce sommet exceptionnel, l'Américain Barack Obama, le Chinois Xi Jinping, le Japonais Shinzo Abe, François Hollande et leurs homologues du monde entier ont observé un moment de silence, après les attentats récemment perpétrés dans plusieurs pays, dont la France, le Liban et le Mali.

Hollande : "Ce qui est en cause, c'est la paix"

François Hollande a appelé les pays participant à la COP21 à agir "au nom de la justice climatique" et de "la paix". "Le réchauffement annonce des conflits comme la nuée porte l’orage", a prévenu le chef de l'Etat.

Réécoutez l'intégralité du discours de François Hollande (15 minutes).

Ban Ki-moon s'exprime en français

"Paris doit marquer un tournant décisif", a  déclaré le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, lundi matin. "Nous devons agir beaucoup plus vite, et davantage, si nous voulons limiter sous le barre des 2 degrés Celsius la hausse des températures mondiales", a-t-il ajouté. Pour l'occasion, Ban Ki-moon s'est exprimé en français.

Les Etats-Unis "assument leurs responsabilités"

Le président américain refuse un accord contraignant, qui l'obligerait à consulter un Congrès qui lui est hostile. Mais Barack Obama affirme que "les Etats-Unis reconnaissent leur rôle dans la création du problème et assument leurs responsabilités pour trouver une solution". Dans un discours de 13 minutes, au lieu des trois prévues, le"leader de la première économie mondiale et du deuxième plus gros émetteur de carbone" a appelé les dirigeants du monde à "être à la hauteur" des enjeux que pose le réchauffement inédit de la planète.

150 responsables sur la photo de famille