Hôpital : à Perpignan, des brancards bloqués devant les urgences

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
À Perpignan, samedi 30 septembre, des dizaines de brancards ont été bloqués devant les urgences. Face à cette situation, les syndicats alertent.
Hôpital : à Perpignan, des brancards bloqués devant les urgences À Perpignan, samedi 30 septembre, des dizaines de brancards ont été bloqués devant les urgences. Face à cette situation, les syndicats alertent. (France 2)
Article rédigé par France 2 - L. Legendre-Trousset, V. Gaglione, A. Conanec, F. Mazou, R. Massini, J.M. Talenton, M. Le Rue
France Télévisions
France 2
À Perpignan, samedi 30 septembre, des dizaines de brancards ont été bloqués devant les urgences. Face à cette situation, les syndicats alertent.

Des brancards patiemment alignés devant les portes des urgences de Perpignan (Hérault), samedi 30 septembre. Les patients et les pompiers ne s’attendaient pas forcément à attendre pendant des heures avant d’être admis à l’hôpital. Une vidéo, tournée par un syndicat, alerte sur les prises en charge qui peuvent être préjudiciables pour les malades et l’organisation des secours. "Ce sont des personnes sur des brancards, donc ce ne sont pas les personnes lambdas qui se rendent par elles-mêmes aux urgences. Ce sont des personnes qui ont besoin d’être prises en charge", regrette Christophe Garcia, pompier et membre du syndicat CGT SDIS 66.

Réguler les urgences

La situation n’est pas nouvelle. En février 2022, un poste médical avancé avait même été installé provisoirement pour faire face à l’afflux de patients et au manque de lits. Si la direction de l’hôpital n’a pas souhaité répondre aux questions de France 2, les syndicats de soignants pointent la difficulté à réguler les urgences et le personnel qui manque depuis des années. Des urgences en souffrance, une situation qui mobilise partout en France, comme le week-end du 30 septembre à Quimper (Finistère). Des tensions et des prises en charge qui s’allongent. L’été est terminé et pourtant, certaines urgences continuent d’être sursollicitées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.