Nouvelle-Calédonie : le gouvernement a lancé une vaste opération rassemblant des centaines de gendarmes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Nouvelle-Calédonie : le gouvernement a lancé une vaste opération rassemblant des centaines de gendarmes
Nouvelle-Calédonie : le gouvernement a lancé une vaste opération rassemblant des centaines de gendarmes Nouvelle-Calédonie : le gouvernement a lancé une vaste opération rassemblant des centaines de gendarmes (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A. Lay, C. Cuello, Nouvelle-Calédonie La 1ère, A. Palussière, O. Sauvayre
France Télévisions
franceinfo
Emmanuel Macron a convoqué un nouveau conseil de défense lundi 20 mai sur la situation en Nouvelle-Calédonie. "Quoi qu’il en coûte", c’est le mot d’ordre du gouvernement qui a lancé, dimanche 19 mai, une vaste opération impliquant 600 gendarmes, dont une centaine de membres du GIGN.

Un blindé dégage par la force des carcasses de voitures qui bloquent le passage. Des tractopelles retirent les engins les plus lourds. 600 gendarmes et membres du GIGN ont été mobilisés pour reprendre le contrôle d'une route qui relie le centre-ville de Nouméa à l’aéroport international de La Tontouta. Un axe stratégique de 60 km sur lequel 76 barrages sont posés. "Je ne peux pas vous dire que la circulation est rétablie. Beaucoup de déchets traînent encore", indique le haut-commissaire Louis Le Franc.

Des barrages difficiles à démanteler

Les barrages qui résistent sont aux mains de bandes armées qui continuent de brûler des voitures et durcissent le ton. Sur un autre barrage, dans le quartier défavorisé de Kaméré, la route est couverte d’obstacles. Des débris brûlent encore. En voiture, certains émeutiers paradent comme pour faire comprendre qu’ils ne se feront pas déloger de sitôt. De l’aveu de la maire de Nouméa, il n’est pas facile de les chasser. Après les avoir sécurisés, il faudra encore rendre praticables ces axes routiers jonchés de nombreux débris, sur lesquels le bitume a fondu par endroits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.