Burkina Faso - Chems Akrouf : "La France essaye de consolider la réponse contre le terrorisme dans la région"

Un nouvel attentat a frappé en plein coeur Ouagadougou, le vendredi 2 mars. Chems Akrour, expert en questions du renseignement, revient sur la position fragilisée du Burkina Faso.

Voir la vidéo

En moins de deux ans, la capitale du Burkina Faso a été la cible de trois attaques terroristes. À chaque fois, ces attaques visaient des lieux fréquentés par des Occidentaux.

"Récemment, les forces spéciales françaises ont mené des opérations à la frontière avec l'Algérie. L'idée était de viser ces groupuscules terroristes, proches d'Al-Qaïda et d'Aqmi", explique Chems Akrouf, spécialiste du renseignement.

Des groupes terroristes fragmentés et disséminés

La France reste l'un des pays leaders contre le terrorisme au Sahel. De quoi expliquer qu'elle soit visée ? "La France essaye de consolider la réponse contre le terrorisme dans cette région. Elle fédère, participe avec 4000 soldats sur place", explique le spécialiste des questions du renseignement. "La France est donc particulièrement ciblée, notamment suite aux différentes actions menées par l'opération Sabre".

D'autant que ces groupuscules terroristes sont fragmentés à travers toute la zone. "Le fait qu'ils soient disséminés rend plus dure la tâche, bien que l'on voit qu'ils sont encore capables de frapper fortement", affirme Chems Akrouf.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des soldats français de la force Barkhane patrouillent à Timbamogoye (Mali), le 10 mars 2016.
Des soldats français de la force Barkhane patrouillent à Timbamogoye (Mali), le 10 mars 2016. (PASCAL GUYOT / AFP)