Ces autres affaires dans lesquelles le nom de Nordahl Lelandais a été cité

Mis en examen dans deux affaires de disparition, le principal suspect de l'affaire Maëlys est cité dans d'autres dossiers. Franceinfo fait le point.

Nordahl Lelandais, principal suspect de l\'affaire Maëlys, est également mis en examen dans l\'assassinat d\'Arthur Noyer, disparu en avril 2017.
Nordahl Lelandais, principal suspect de l'affaire Maëlys, est également mis en examen dans l'assassinat d'Arthur Noyer, disparu en avril 2017. (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans combien d'affaires Nordahl Lelandais est-il soupçonné ? Depuis son arrestation en septembre, le meurtrier présumé de Maëlys, qui a reconnu mercredi 14 février avoir tué la fillette "involontairement", selon ses termes, a vu son nom cité dans plusieurs dossiers de disparitions inexpliquées. L'ancien militaire est même mis en examen pour l'assassinat, en avril 2017, d'Arthur Noyer, caporal et chasseur alpin.

>> Suivez en direct les dernières avancées de l'enquête.

Franceinfo fait le point sur les dossiers dans lesquels apparaît Nordahl Lelandais.

Les mises en examen

Maëlys De Araujo, 9 ans, disparue à Pont-de-Beauvoisin (Isère) en août 2017. Le 27 août, l'enfant se volatilise en plein mariage. Nordahl Lelandais figure parmi les invités et a été vu à plusieurs reprises en train de discuter avec la fillette, lui montrant des photos de ses chiens sur son portable. Arrêté une première fois puis relâché, l'ancien militaire est mis en examen le 3 septembre pour "enlèvement" : une trace ADN a été retrouvée dans sa voiture. Le 30 novembre, le procureur annonce qu'une caméra a enregistré l'image de Maëlys dans la voiture du suspect puis l'image de la voiture sans Maëlys sur le chemin du retour, à l'heure de la disparition. Nordahl Lelandais, qui continue de nier, est mis en examen pour "meurtre".

Le 14 février, il demande finalement à rencontrer le juge après la découverte d'une tache de sang dans le coffre de son véhicule : "Il a indiqué qu'il avait tué la fillette involontairement, c'est son terme", explique le procureur de Grenoble en fin d'après-midi.

Arthur Noyer, 23 ans, disparu à Chambéry (Savoie) en avril 2017. Caporal du 13e bataillon de chasseurs alpins, il a disparu dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 après une soirée dans le centre-ville de Chambéry, à quelques kilomètres de sa caserne de Barby. Des débris de son crâne avaient été découverts par un promeneur le 7 septembre à Montmélian, à 16 km de Chambéry, sur un chemin de randonnée. Dans ce dossier, c'est la téléphonie qui a permis de relier Nordahl Lelandais au crime. Ses téléphones ont déclenché entre 23h48 et 3h41 les mêmes relais que celui du militaire disparu. Une Audi similaire à celle du suspect a également été aperçue dans le quartier le soir de la disparition. Nordahl Lelandais a été mis en examen le 20 décembre.

Les vérifications en cours

Adrien Mourialmé, 24 ans, disparu en juillet 2017 au bord du lac d'Annecy (Haute-Savoie). Ce cuisinier belge n'a plus donné signe de vie depuis qu'il est parti faire une randonnée au bord du lac d'Annecy, près de Talloires-Montmin. La proximité géographique et temporelle avec les disparitions de Maëlys et d'Arthur Noyer justifient des vérifications, a indiqué la procureure d'Annecy à franceinfo. Mais à ce stade, aucun lien n'est établi. 

Ahmed Hamadou, 45 ans, disparu en septembre 2012 au fort de Tamié (Savoie). Cet habitant de La Bridoire (Savoie) s'est volatilisé vers 5 heures du matin lors de la troisième édition du festival électro Elements. Un cousin d’Ahmed Hamadou assure à France 3 que Nordahl Lelandais et le quadragénaire "se connaissaient de vue". Les deux hommes habitaient à quelques kilomètres l’un de l’autre. Farida Hamadou, la sœur d'Ahmed, attend beaucoup des nouvelles vérifications entamées par les gendarmes pour établir ou non un lien avec l'ancien maître-chien. 

Jean-Christophe Morin, 23 ans, disparu en septembre 2011 au fort de Tamié (Savoie). Un an plus tôt, ce jeune homme a lui aussi disparu en pleine nuit lors du festival Elements. Selon France 2, les investigations sont relancées au vu de la proximité géographique de cette disparition avec les lieux fréquentés par Nordahl Lelandais. "Je suis sidéré", réagit au téléphone le père de Jean-Christophe Morin, contacté par franceinfo le 20 décembre. Daniel Morin n'avait pas encore été informé par les gendarmes de cet éventuel rapprochement. "S'ils rouvrent le dossier, c'est déjà un grand pas", estime-t-il.

Adrien Fiorello, 22 ans, disparu en octobre 2010 à Chambéry (Savoie). Cet étudiant a été vu la dernière fois le 6 octobre alors qu'il se rendait à l'université. Il est parti à 9 heures de Firminy (Loire) et son téléphone a borné à 17h37 à... Chambéry, une ville où Nordahl Lelandais avait ses habitudes. Comme le raconte France 3, le parquet de Chambéry a accepté de joindre l'enquête aux autres investigations.

Stéphane Chemin, 33 ans, disparu à Bourg-d’Oisans (Isère) en septembre 2012. Traité pour schizophrénie depuis dix ans, ce trentenaire traversait une crise lorsqu'il a disparu le 24 septembre. Le 1er février, le procureur de Grenoble a indiqué à France 3 qu'il avait rouvert l'enquête, ainsi que trois autres dossiers : il n'y a "aucun lien en l’état actuel entre ces quatre disparitions et les affaires de Nordahl Lelandais", le seul dénominateur, "c’est que les autres familles m’ont écrit", a-t-il précisé.

Malik Boutvillain, 32 ans, disparu à Echirolles (Isère) en mai 2012. Depuis qu'il a quitté son domicile le 6 mai 2012, ce trentenaire diagnostiqué schizophrène n'a plus donné de nouvelles. Une enquête pour disparition inquiétante a été ouverte par les policiers de la Sûreté départementale de Grenoble, mais n'a rien donné. Ses proches ont été reçus par le procureur de Grenoble fin janvier, comme le raconte France Bleu. Le magistrat leur a annoncé la réouverture de l'enquête. "C’est un grand espoir ! Enfin, on s’intéresse à mon frère, à ce qui a pu lui arriver. On n'est plus seuls !" a confié sa sœur Dalila. Cette affaire fait partie des quatre enquêtes rouvertes début février par le procureur de Grenoble.

Nicolas Suppo, 30 ans, disparu à Echirolles (Isère) en septembre 2010. Cet ouvrier spécialisé a disparu le 15 septembre, entre midi et 14 heures, sans ses papiers d'identité. Comme le raconte France Bleu, son père a demandé la réouverture du dossier. "J'ai écrit au procureur de Grenoble. Domessin, où habite Lelandais, est à une cinquantaine de kilomètres d’Échirolles. Je veux savoir si mon fils a pu le croiser", explique-t-il. Cette affaire fait partie des quatre enquêtes rouvertes début février par le procureur de Grenoble.

Georgette Bonnet, 79 ans, disparue près de La Chapelle-du-Bard (Isère) en septembre 2016. Cette retraitée a disparu alors qu'elle se promenait dans le massif de Belledonne. Comme l'explique France 3, "l’hypothèse privilégiée jusqu’ici était l’accident de montagne, mais le lieu présumé de la disparition de la septuagénaire se trouve non loin de la zone d’enquête autour de Nordahl Lelandais"Cette affaire fait partie des quatre enquêtes rouvertes début février par le procureur de Grenoble.

Coralie Moussu, 32 ans, disparue à Vénéjan (Gard) en novembre 2009. Le corps de cette mère de famille avait été retrouvé dans le Rhône un an après sa disparition. "Le parquet de Nîmes a écrit fin janvier au juge d'instruction chargé du dossier Lelandais, pour lui demander de vérifier sa présence éventuelle dans le Gard à l'époque des faits, a précisé à l'AFP Patrick Gontard, l'avocat de la famille. C'est une piste à creuser, ce n'est absolument pas une certitude absolue, il s'agit uniquement de voir si cette porte peut être refermée."

Lucas Tronche, 16 ans, disparu à Bagnols-sur-Cèze (Gard) en mars 2015. Dans le même département, selon Midi libre, la police judiciaire a relancé des investigations. Le quotidien précise que Nordahl Lelandais "a un cousin à Bagnols-sur-Cèze et une cousine dans un autre village du nord du département".

Antoine Zoia, 16 ans, disparu à Clarensac (Gard) en mars 2016. Toujours selon Midi libre, la disparition d'un autre adolescent, à une heure de route de Bagnols-sur-Cèze, est également étudiée depuis l'arrestation de Nordahl Lelandais.

Les demandes de familles de disparus

Nordine Seghiri, 49 ans, disparu à Chambéry (Savoie) en juillet 2015. Cet homme n'a plus donné signe de vie depuis qu'il a fugué, le 10 juillet, de l'hôpital de Chambéry, où il était soigné depuis quelques jours. Selon Bernard Valezy, président de l'association Assistance et recherche de personnes disparues, les restes de Nordine Seghiri ont été retrouvés en mars 2016 sur un terrain vague de la commune de La Ravoire, près de Chambéry. "Ils ont retrouvé son crâne et ses ossements, éparpillés sur 3 000 mètres carrés. L'enquête a conclu à une mort naturelle, mais la famille persiste à croire qu'il a fait une mauvaise rencontre", explique Bernard Valezy, contacté par des proches de Nordine Seghiri pour relancer les investigations auprès du parquet.

Par ailleurs, début février, comme le raconte France Bleu, les familles de onze personnes disparues se sont réunies afin d'échanger des informations sur leurs proches et essayer de savoir s'ils ont pu croiser le parcours de Nordahl Lelandais. Cinq cas ont déjà été évoqués dans cet article, voici les six autres :

Rachid Rameche, disparu à Bassens (Savoie) en juin 2009.

Lucie Roux, 43 ans, disparue à Bassens (Savoie) en septembre 2012.

Florent Bonnet, 37 ans, disparu à Bourg-Saint-Maurice (Savoie) en janvier 2014. Son casque et son deux-roues avaient été retrouvés près du tunnel de Siaix.

Anne-Charlotte Poncin, 30 ans, disparue à Ambérieu (Ain) en janvier 2016.

Nelly Balmain, 29 ans, disparue à Saint-Jean-en-Royans (Drôme) en août 2011.

Eric Foray, 47 ans, disparu à Chatuzange-le-Goubet (Drôme) en septembre 2016.

Le dossier écarté 

Estelle Mouzin, 9 ans, disparue le 9 janvier 2003 à Guermantes (Seine-et-Marne). L'enfant s'est évaporée vers 18 heures entre son école et son domicile. Le père de la fillette et ses avocats ont demandé aux juges d'instruction de mener des investigations au sujet de Nordahl Lelandais, qui a fréquenté à l'époque le camp militaire de Suippes (Marne), à environ 150 km de Guermantes. Mais, fin décembre, l'armée a indiqué aux enquêteurs que le soldat se trouvait ce jour-là en Guyane.