Cet article date de plus d'un an.

Val-de-Marne : le maire de L’Haÿ-les-Roses placé sous protection judiciaire après sa tentative d’assassinat

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Val-de-Marne : le maire de L’Haÿ-les-Roses placé sous protection judiciaire après sa tentative d’assassinat
Article rédigé par France 2 - M. Burgot, A. Mezmorian, A. Fuzellier, J. Klein, F. Boutet, B. Bervas
France Télévisions
France 2
La maison de Vincent Jeanbrun, maire de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), a été attaquée à la voiture bélier incendiée à 1h30 du matin, dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 juillet. Une enquête a été ouverte pour tentative d’assassinat.

Des flammes devant la maison du maire de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne). Des images symboliques d'une violence aveugle. Il est 1h30, dans la nuit de samedi à dimanche, quand une voiture bélier est lancée en feu vers le pavillon. Le véhicule explose le portail de la maison. Par chance, un muret stoppe la voiture. À l’intérieur, derrière les murs, se trouve l’épouse de l’élu, Mélanie Nowak Jeanbrun, elle-même adjointe au maire, et ses deux enfants terrorisés. Dans sa fuite, l’épouse se blesse grièvement au tibia. L’un des deux enfants a l’arcade sourcilière fendue. Dimanche matin, une enquête est ouverte pour tentative d’assassinat.

Tag prémonitoire

Selon le procureur, les assaillants ont lancé cette voiture dans le seul but de brûler la maison. Les enquêteurs ont d’ailleurs trouvé une bouteille remplie d’accélérant, pour que l’incendie se propage plus vite. Ce midi, la Première ministre est venue soutenir le maire de L’Haÿ-les-Roses et sa famille. Hier, sur France 2, cet élu expliquait vouloir protéger le bâtiment municipal des émeutiers, d'où la mise en place de barbelés pour le protéger. La nuit dernière, il dormait d’ailleurs à la mairie. Dès hier, il nous montrait un tag prémonitoire. Dans la nuit de vendredi à samedi, les émeutiers ont tenté en vain d’enlever ces protections. Le maire, soutenu par ses concitoyens, est placé sous protection policière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.