Présidentielle 2022 : Macron et Le Pen largement en tête selon notre sondage, c'est la fin du "match à trois", analyse Brice Teinturier

Le baromètre Ipsos que nous publions ce samedi place Emmanuel Macron en tête des intentions de vote du 1er tour (30,5%), loin devant Marine Le Pen (16%). Autre donnée notable : Jean-Luc Mélenchon passe devant Valérie Pécresse.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Illustration d'une électrice déposant son bulletin de vote dans l'urne. (LUDOVIC MARIN / POOL)

"Nous avons deux candidats qualifiés, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, c'est le point le plus important à souligner", analyse, samedi 12 mars sur franceinfo Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ispos. L'institut publie un baromètre pour franceinfo et Le Parisien / Aujourd'hui en France qui donne le chef de l'État à 30,5% des intentions de vote au 1er tour de la présidentielle, et Marine Le Pen à 16%. "C'est un peu comme si on revenait à la situation d'avant la désignation de la candidate LR", estime Brice Teinturier.

franceinfo : Sondage après sondage, une chose n'évolue pas, c'est l'affiche du second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen...

Brice Teinturier : C'est l'enseignement majeur et principal. Nous avons deux qualifiés, Emmanuel Macron et Marine Le Pen à 16%, qui distance un peu plus Eric Zemmour et encore plus Jean-Luc Mélenchon qui est à 12%. C'est un peu comme si on revenait à une situation d'avant la désignation de la candidate LR. En décembre, début janvier, le match à trois s'était profilé avec Valérie Pécresse, là non, on revient à quelque chose qui semble plus fermé.

Il y a cette montée de Jean-Luc Mélenchon. Peut-il se hisser au niveau de Marine Le Pen ?

Jean-Luc Mélenchon a pris le leadership dans l'espace des gauches, c'est absolument incontestable et de manière assez régulière. Quand on regarde la tendance, il y a six ou huit mois nous avions plutôt Yannick Jadot devant, légèrement devant Jean-Luc Mélenchon. Et Yannick Jadot n'a cessé, lui, de baisser.

Jean-Luc Mélenchon était au tout début à 8,5%, maintenant à 12. Peut-il aller plus loin? Oui, tant que la campagne n'est pas achevée.

Brice Teinturier

à franceinfo

Mais il y a une difficulté qui n'était pas présente en 2017 qui est la présence d'un candidat communiste, Fabien Roussel, à 3% dans notre enquête, et ce sont des électeurs qui, pour une bonne partie d'entre eux, avaient voté pour Jean-Luc Mélenchon en 2017. Sur 100 électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2017, 10% votent pour Fabien Roussel, ce qui n'est pas négligeable.

La participation va-t-elle poursuivre sa baisse, comme c'est le cas depuis 2017 ?

Nous avons un indice de participation qui serait à plus ou moins deux points autour de 67%. L'abstention pourrait donc dépasser les 30%. Pour rappel, elle avait été de 22% en 2017. Elle peut diminuer, nous sommes quasiment au début de la campagne électorale, qui peine à démarrer. Donc, on peut faire l'hypothèse que la participation va augmenter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.