Cet article date de plus de six ans.

Toulouse, Marseille, Perpignan… le PS prend une claque

Selon les premiers résultats, le Parti socialiste court droit à la défaite aux élections municipales 2014.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, le 23 mars 2014 à Paris. (PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / AFP)

>Les résultats des élections municipales en direct

Le scrutin s'annonçait difficile pour la majorité. Les résultats du premier tour confirment, dimanche 23 mars, que le Parti socialiste se dirige vers une défaite aux élections municipales.

Francetv info revient sur le score du PS un peu partout en France.

Les villes perdues par le PS

Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). C'est une défaite qui va faire parler. Dans cet ancien fief socialiste, le candidat du FN, Steeve Briois, est élu dès le premier tour avec 50,26%.

Niort (Deux-Sèvres). La ville était à gauche depuis près de 60 ans. Le candidat soutenu par UMP, Jérôme Baloge, est élu dès le premier tour avec plus de 54,32% des voix face à la maire PS sortante, Geneviève Gaillard (20,35%). 

Les villes où le PS est laminé

Marseille (Bouches-du-Rhône). Le PS espérait prendre la ville. Son candidat, Patrick Mennucci, n'est que troisième avec 21,2%, derrière l'UMP (36,5%) et le FN (22,5%), selon des estimations.

Nîmes (Gard). La candidate socialiste, Françoise Dumas, arrive en troisième position avec 14,73% des suffrages. Elle est distancée par Jean-Paul Fournier (UMP, 37,23%) et Yoann Gillet (FN, 21,74%).

Pau (Pyrénées-Atlantiques). David Habib (25,77%) ne rattrapera probablement pas son retard sur le MoDem François Bayrou (41,85%)Le leader centriste tente pour la troisième fois de conquérir cette ville aux mains du PS depuis 43 ans.

Amiens (Somme). Thierry Bonte (24,65%) accuse un retard de 20 points contre l'UMP Brigitte Fouré (44,80%).

Perpignan (Pyrénées-Orientales). Jacques Cresta ne pèsera pas bien lourd au second tour. Le candidat PS ne recueille que 11,87% des suffrages, contre 34,19% pour le FN Louis Aliot, en tête, et 30,67% pour l'UMP.

Béziers (Hérault). Jean-Michel Du Plaa recueille 18,65% des voix, loin derrière Robert Ménard (Rassemblement bleu Marine, 44,88%) et Elie Aboud (UMP, 30,17%).

Les villes où le PS est en ballottage défavorable

Paris. C'est la grosse surprise du premier tour. A Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet devance légèrement sa rivale socialiste Anne Hidalgo. Elle obtiendrait 34,8% des suffrages, contre 33,6 pour la première adjointe sortante.

Quimper (Finistère). Conseiller de François Hollande, le maire sortant, Bernard Poignant, n'est que second au premier tour (27,97%). Il est devancé par le candidat UMP Ludovic Jolivet (29,32%).

Reims (Marne). C'est l'une des grandes batailles de cette élection. Adeline Hazan, la maire sortante, est devancée d'une courte tête par l'UMP Arnaud Robinet (38,29 contre 39,63).

Nancy (Meurthe-et-Moselle). Mathieu Klein aura du mal à refaire son retard sur l'UMP-UDI Laurent Hénart. Le candidat PS recueille 35,76% contre 40,47%.

Saint-Etienne (Loire). Avec 31,34% des suffrages, Maurice Vincent n'est qu'à quelques encablures de son rival Gaël Perdriau (UMP-UDI-MoDem), à 36,74%.

Toulouse (Haute-Garonne). Le maire sortant, Pierre Cohen, est en fâcheuse posture. Il accuse un retard de six points par rapport à son adversaire UMP, Jean-Luc Moudenc (32,26% contre 38,20%).

Les villes où le PS limite les dégâts

Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Il visait la victoire dès le premier tour. Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, devra attendre le deuxième tour : il ne recueille "que" 49,82%. 

Lille (Nord). Martine Aubry est loin de son score de 2008 (46%). Mais la maire sortante est tout de même en tête, avec 34,86%. Son rival UMP-UDI, Jean-René Lecerf, ne recueille que 22,73% des suffrages.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.